Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abnett Dan: Zone de guerre

Abnett Dan: Zone de guerre

L'histoire: La vérité a toujours un prix… Dans un futur proche, les grandes puissances ont colonisé l’espace. Reporter de guerre vétéran, Lex Falke est à la recherche d’un nouveau Pullitzer lorsqu’il débarque sur la colonie Quatre-Vingt-Six et son intérêt est piqué au vif lorsqu’un différend local dégénère en conflit armé. Interdit d’approcher des lignes de front, Falk entreprend un protocole expérimental et se connecte directement au cerveau d’un soldat pour décrocher le scoop de sa vie. Là, il découvre que la vérité n’est pas la version officielle de l’armée. Falk fera tout pour révéler au monde la vérité, et ce, quel qu’en soit le prix.

Mon avis: Déjà le résumé nous dit "dans un futur proche..." à la lecture du roman le futur est présenté comme assez éloigné quand même. Mais proche ou éloigné ce qui m'a dérangé dans ce roman, c'est cette impression d'être aujourd'hui avec un simple petit vernis SF pour faire joli mais sans trop se creuser: les hélicoptères sont devenus des hoptères, les soldats ont des lunettes à l'intérieure desquelle ils voient des info (des googles glass???) et les journalistes des sortes de tablettes numériques...ouais!!! En plus on est loin dans l'univers mais l'affrontement est entre l'US (Unité de Statut) et "le bloc" deux camps issus de notre bonne vieille terre, conflit sous tendu par des intérets divergents de gros sous ou de ressources énergétiques... (oui vraiment on est très dépaysés...)

Passé ces ficelles un peu grosse, je me disais que j'allais peut etre quand même me plaire en voyant comment allait se passer le conflit ou comment notre journaliste qui se projette dans l'esprit d'un combattant allait réagir et démanteler ce conflit.

Mais pendant plus de 150 pages, rien n'est venu m'aider à m'accrocher avant que les choses un peu plus intéressantes commencent. Bien sur il fallait expliquer le contexte au lecteur mais les personnages ne sont pas assez charismatiques et les situations pas assez tendues pour qu'on ait plaisir (ou tension) pour aller voir plus loin. Alors j'ai un peu souffert et j'ai avancé quand même, m'infligeant de longues descriptions inutiles et me disant qu'on me racontait des choses déjà vues sur la guerre du vietnam par exemple en leur donnant juste un custom SF (il y a des "oisecte" dont on se protège avec du insect-acide et on boit du NoCal-Cola dans un climat moite dans une ville fourmillant de reporter que l'armée tente de controler... Saigon?? Oh non je crois pas!!!).

Mais après 150 pages (sur 350) de souffrance, le répit a été de courte durée, car si les 150 pages suivantes sont un peu plus musclées, tendues et intéressante, la conclusion m'a définitivement stupéfait: tout ça pour ça??!!?? en deux lignes, on découvre la source du conflit et encore sans savoir très exactement en quoi cela consiste (comme si je disais "c'est une voiture" sans préciser la marque, la couleur ou toute caractéristique de ladite voiture).

A mon avis de bonnes idées mal racontées, très décevant.

Voir les commentaires

Coloane Francisco: Le dernier mousse

Coloane Francisco: Le dernier mousse

L'histoire: Au début du siècle, le voilier école de la Marine chilienne, une superbe corvette, se dirige vers le cap Horn pour ce qui doit être son dernier voyage avant d'être mis en cale sèche. A son bord, Alejandro, quinze ans, s'est embarqué clandestinement pour devenir marin, subvenir aux besoins de sa veuve de mère et obtenir des nouvelles de son frère ainé disparu. Confronté aux dures réalités de la mer et du métier de marin, il découvrira une terre sauvage située aux confins de l'hémisphère Sud et taillée à la hache dans la glace des icebergs

Mon avis: Le titre original du livre est, en fait: "Le dernier mousse de la Baquedano", navire école de la marine chilienne à bord duquel l'auteur a lui même navigué.

Comme dans ses nouvelles, une certaine authenticité ressortira donc dans la description de la vie à bord.

Ce roman est un des plus lus d'amérique latine, surtout par les enfants, et je pense qu'il doit être pour ce continent ce que Le petit prince de St Exupéry peut être pour les jeunes français. Un récit initiatique d'une part mais au dela de ce simple récit d'aventure beaucoup de thèmes sont abordés. La nature bien sur, comme dans toute l'oeuvre de Coloane, mais aussi le destin (au travers du destin du frère d'Alejandro), le sort des populations indiennes de la région face aux colons, et le parallèle du destin entre Alejandro "dernier mousse" du bateau qui fait son dernier voyage et le sergent Escobedo, le "premier sergent" qui ne sortira pas indemne de la mise en retraite de "son" navire.

Une centaine de pages seulement vites lues mais qui peuvent nous laisser réfléchir sur tel ou tel fragment de cette histoire.

A lire pour ceux qui ont apprécié Moby Dick, les livres de Jack London, Mark Twain..

Voir les commentaires