Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bizien Jean-Luc: Katana (1-Vent rouge)

  katana

Reçu dans le cadre de l'opération

masse critique

 

 

 

Merci au Site Babelio et à l'éditeur: Le Pré aux clercs/pandore ( www.lepreauxclercs.com/pandore )

 

L'histoire:Le roi-dragon exerce sa tyrannie sur le Japon.
Un jour, Ichirô, apprend que le souverain a tué ses parents. Assoiffé de vengeance, le jeune samouraï errant va alors vouloir réaliser l'impossible, défier le shogun sorcier.
Hatanaka, son père adoptif et samouraï d'élite, va tenter de l'en dissuader. Mais devant sa détermination, il va le préparer à l'impossible.
Ichirô part pour une longue quête, au cours de laquelle il retrouvera ses quatre frères et soeurs. Il devra les accepter dans leurs différences, réunir leurs forces et leurs caractères... et se découvrir à son tour.
 

Mon avis: Un roman à la frontière de plusieurs genre.

La frontière de l'âge tout d'abord: assez "violent" pour être réservé à de grands enfants (pré-ado/ado) un peu gentillet pour ne pas être destiné à des adultes recherchant des histoire un peu complexes ou hardcore.

Frontière du genre: un monde décrivant un Japon médiéval mais avec une once de fantasy (le roi-dragon du résumé et peut être de la magie dans les prochains tomes).

Frontière du style: entre le Manga novellisé, le film de sabre, le roman d'aventure, d'initiation...

Un style agréable qui assure une lecture facile et rapide. Une maîtrise de l'art de raconter, avec des rebondissements, des surprises ici et là et une fin en vrai cliffhanger.

Une description des rituels japonais, des Samouraï... qui peut séduire les non initiés ou les curieux de cet univers mais entaché de petites imprécisions qui pourront heurter les plus initiés (utilisation du terme "hara-Kiri", de "shuriken" pour désigner un "shaken"...)

Ensuite dans l'histoire, l'âge des principaux personnages les destine plutôt à un public jeune. Si les combats au sabre sont meurtriers, on se contente de lire qu'une tête tombe ou qu'une jambe est coupé, pas de détails plus sanglants (pas que je sois un tueur en série en manque de sang mais cela reste soft et donne une impression de conte édulcoré parfois). L'histoire est la quête d'Ichiro qui va suivre les précepte de son puissant et sage Senseï et rencontrer des amis au cours de son voyage. Certaines scènes m'ont fait clairement penser à des scènes de Manga ou plutôt d'Anime quand Buta gémit, se cache face au danger, quand lors d'un duel les combattant se croisent s'arrêtent puis que l'un des deux s'effondre ensuite...

Alors, si je suis peut être un peu exigeant sur l'exactitude des descriptions, un peu habitué à de la fantasy plus adulte qui me fait trouver ce livre un peu trop édulcoré, un peu âgé sans doute pour totalement m'identifier aux personnages et trop vieux routard (ou plutôt lecteur) pour ne pas voir venir certains rebondissements (le dernier même si je n'avais pas imaginé l'ampleur) ou trouver leur révélation un peu trop basé sur des coupes de sabre trop chanceuses et simultanées pour rester totalement crédibles.... J'ai plutôt bien aimé ce premier tome qui pose tranquillement les bases et va je pense évoluer dans les prochains volumes. Cela se lit sans mal, toujours agréablement avec le petit bonus parfois de se dire (et je suis on l'a vu un vieux lecteur cynique prompt à imaginer l'histoire à venir, genre "on ne me la fait pas à moi j'en ai déjà lu plein des trucs comme ça et je vois ce qui va venir") "tiens je l'avais pas vu arriver ça!!"

Voir les commentaires

Michaels David: Tom Clancy's Splinter Cell - Cellule dissidente

splinter

 

L'histoire:

Nom: Sam Fisher. Profession : membre opérationnel de Splinter Cell©, cellule dissidente d'une branche secrète de la NSA. Spécialiste des missions d'infiltration les plus périlleuses. Capable de neutraliser et de contrer les factions terroristes n'importe où sur la planète. Pour protéger l'Amérique, Sam Fisher a tous les droits espionner, détruire, tuer. Ses meilleures armes : sa force destructrice et sa volonté dévastatrice. Action, haute technologie... aux frontières du virtuel et du réel, une série spectaculaire et un cyber héros de choc, inspirés du célèbre jeu vidéo Tom Clancy's Splinter Cell© développé par Ubi Soft.
 
Mon avis:
Quelques  remarques préalables:
Malgré le nom de Tom Clancy en grand sur la couverture, à l'instar des séries "op center", "net force" et "power games", ce livre n'est pas l'oeuvre de Clancy.
Il s'agit d'une adaptation d'un jeu vidéo "Tom Clancy's Splinter cell©" succès d'Ubi Soft à l'image de "Rainbow Six©". Mais à la différence de "Rainbow six" qui est un roman de Clancy adapté en jeu, ici c'est l'inverse et c'est là,à mon avis, que le bas blesse.
Enfin, si je connais le jeu de nom et que je sais de quoi il est question, je n'ai jamais joué à ce jeu ce qui apparemment (au vu de certaines critiques lues ici et là) influence le ressentit sur ce livre. Par contre j'ai lu quasiment tous les Tom Clancy ce qui peut aussi influer sur mon avis (négativement pour ce roman).
 
Tout d'abord parlons "technique" d'écriture. Ce livre de 400 pages est une alternance de chapitres écrits à la troisième personne et d'autres écrit à la première personne (c'est Sam Fisher qui nous parle). Si les chapitres écrits à la troisième personne se laissent lire, les autres ressemblent trop parfois à un ami vous relatant sa partie de Splinter Cell ("je vois une caméra, je me glisse derrière, je rentre dans le bureau, j'ouvre le tiroir, je fouille le tiroir, je sors le dossier, je le met dans mon sac...": je caricature à peine). L'auteur semble prisonnier du personnage et se voit contraint de nous détailler son équipement et ses infiltrations comme s'il écrivait la notice du jeu (ses équipements sont en quantité limité ou se déchargent vite ou s'allument en rouge ce qui est gênant en infiltration...).
 
Concernant la mission du jour, elle n'est pas mauvaise en soi, mais elle est traitée trop simplement pour qui est un tant soit peu habitué à des techno thriller ou à des romans d'espionnage (lecteurs de Clancy, Ludlum, Andy McNab ou Forsyth - lisez "le poing de Dieu" pour un bon roman réussi sur un canon géant en Irak). Quand au "problème" lié à la fille de Fisher... c'est téléphoné et résolu en deux temps trois mouvement si bien qu'on se demande ce que ça apporte à l'intrigue si ce n'est quelques pages supplémentaires ici et là.
Si vous êtes fan de Splinter Cell©(la série de jeux vidéo) et pas trop expérimenté en roman d'espionnage, c'est facile à lire, pas très long, très fidèle au personnage du jeu... tentez le coup. Vous pouvez voir l'avis d'un fan ayant ce profil: link mon ami Crapulax qui m'a gentiment prêté celui-ci.
Si vous êtes fan de Clancy ou amateur de roman d'espionnage ou "d'action militaire" (type McNab ou Chris Ryan par ex), faites l'économie de temps et d'argent. 

Voir les commentaires

Abercrombie Joe: Dernière querelle (La 1ere Loi livre 3)

abercrombie 3

 

L'histoire: Logen Neuf-Doigts n'a plus qu'une seule bataille à livrer : celle qui l'opposera à Bethod, le roi du Nord. Vaincre son pire ennemi lui apportera-t-il enfin la paix à laquelle il aspire ? Après avoir fait l'amère expérience de la guerre, Jezal dan Luthar a tourné le dos à la vie militaire pour couler des jours heureux avec sa promise. Cependant, le prestige et les honneurs ont la vilaine habitude de se rappeler au bon souvenir d'un homme au moment où il s'y attend le moins... Et tandis que le roi de l'Union n'en finit plus d'agoniser, les paysans se révoltent et les nobles complotent. Bayaz a un plan pour sauver le monde, comme toujours, mais il comporte des risques. Le premier des Mages est-il prêt à briser la Première Loi ?

 

Mon avis: 

Après les combats et le voyage, chaque personnage a changé mais leurs épreuves ne vont pas s'arrêter là car l'ennemi reste aux portes de l'Union et voici que leur souverain se meure tandis que ses héritiers ont péris avant lui. Si en plus des guerres frontalières il faut gérer aussi une guerre de succession...

Mais Bayaz n'avait il pas déjà prévu cela depuis fort longtemps? Certains de ses choix lors du commencement de l'histoire n'étaient ils pas déjà faits pour préparer la résolution de cette épineuse situation?

Dans ce troisième tome plus long que les deux précédents, la conclusion de la trilogie se fait avec brio. À peine sortis de leurs précédentes aventures, les protagonistes sont jetés dans d’autres drames et les révélations arrivent enfin surtout sur Bayaz et ses plans. Si beaucoup vont avoir ce qu’ils ambitionnent depuis longtemps (pouvoir, vengeance…), le cadeau va se révéler empoisonné.

Certaines scènes sont peu originales (du moins déjà vues ailleurs , comme ce groupe devant défendre une forteresse de bric et de broc contre une armée supérieure en nombre qui n’est autre que Fort Alamo transposé comme le fit Gemmel dans son roman « Légende ») mais fort bien racontées. D’autres – surtout le destin des personnages et leur devenir- beaucoup plus inattendues dans ce type de littérature. C’est peut être l’un des premiers romans de Fantasy dans lequel je trouve une fin de cycle aussi « logique » et presque « politiquement incorrecte » pour ses personnages principaux. Bravo, il fallait oser. On est bien dans de la « dark fantasy » et dans de la très bonne. Oubliez les contes de fée et les happy end.

 

Voir les commentaires