Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #fantasy catégorie

Niogret Justine: Chien du heaume

Niogret Justine: Chien du heaume

L'histoire: On l'appelle chien du Heaume parce qu'elle n'a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broc. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d'une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l'épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemardes hommes de guerre... On l'appelle Chien du Heaume parce qu'à chaque bataille, c'est elle qu'on siffle. Dans l'univers après et sans merci du haut Moyen Age, loin de l'image idéalisée que l'on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu'elle a de plus cher, son passé et son identité.

 

Mon avis: Ceci n'est pas à proprement parler un roman de fantasy, pas vraiment un roman historique non plus. C'est avant tout un livre d'ambiance, qui nous plonge de façon plutôt réussie dans une époque dure, qui sent le sang, le cuir et la boue. Les personnages sont bien posés, le style est agréable, à la fois direct et poétique. La tension dramatique est assez habilement distillée pour nous tenir en haleine et on s'immerge facilement.

Le personnage principal est une femme qui n'est pas belle et qui exerce le métier de mercenaire sans pitié, ce qui est original. Sa quête? Non pas un artefact ou la conquête d'un royaume mais simplement son nom...

Pas d'histoire d'amour, pas de prédiction à accomplir, pas de royaume ou de princesse à sauver. Simplement une tranche de vie de cette femme, solitaire et à la recherche de son vrai nom dans un univers sans pitié.

Un roman original par son thème, par son traitement. Une histoire assez courte et bien écrite. Le seul reproche que l'on pourrait faire c'est que finalement il ne se passe pas grand-chose... Mais il est intéressant de découvrir le travail de l'auteur dans ce premier volume. Très prometteur.

Voir les commentaires

Card Orson Scott: Pisteur Livre1 Partie 1

tous les livres sur Babelio.com

Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE par le site BABELIO en partenariat avec l'éditeur. Merci à eux.

L'histoire: Lorsqu'il chasse avec son père, Rigg est capable de suivre des pistes que lui seul perçoit, des traces d'un passé pas tout à fait enfui. Hormis ce talent peu commun qu'il doit dissimuler, le jeune homme mène une vie ordinaire. Du moins le croit-il, jusqu'à la mort de son père, lorsqu'il découvre avec stupéfaction que son histoire personnelle n'est qu'un tissu de mensonges, même son identité est sujette à caution. Commence alors pour lui un fantastique voyage à travers les arcanes du temps.

Mon avis: Un très bon départ...

Eh oui comme indiqué (Livre 1 partie 1) ce n'est que le début mais cela part très bien. Orson Scott Card est l'auteur de l'excellente "Strategie Ender" un livre de SF mettant en scène un enfant aux dons extraordinaires avec une construction d'histoire diabolique.

Ici aussi nous retrouvons un enfant aux pouvoirs encore plus sophistiqués qu'il est dit dans le résumé (mais il lui faudra apprendre à le développer) qui va être amené à quitter son village pour rechercher qui il est et ce qu'il peut faire. Par la même nous allons découvrir nous aussi l'histoire de son monde au delà de son simple village aux allures médiévales. D'un coté donc l'histoire de Rigg et des ses compagnons (car comme dans toute quête il va avoir des compagnons aux talents complémentaires) partis à la recherche de ses origines dans un monde médiéval. Mais d'un autre, au fil des premières pages de chaque chapitre, une histoire bien différente se déroulant aux commandes d'un vaisseau spatial aux prises avec un phénomène spatio temporel complexe. Les deux histoires sont liées, on le sent, mais comment ce premier tome ne le dit pas.

Une introduction prometteuse donc mais qui ne me permet pas d'avancer plus loin sur le terrain des prospectives. Juste une précision: si le héros est un enfant il ne s'agit pas forcément de littérature jeunesse. Certains concepts des débuts de chapitre sont même plus d'un niveau de hard SF dans les spéculation sur les phénomènes temporels.

A suivre...

Voir les commentaires

JADIS: Carnets et souvenirs picaresques de la ville infinie

Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE avec le site BABELIO

Merci à eux et à l'éditeur

L'histoire:

UNE VILLE INFINIE

JADIS, un monde urbain où se succèdent à perte de vue jardins, ruines et palais à l’architecture fantasque inspirée de la Renaissance…

JADIS, la cité aux mille vies où chacun peut défier Dame Fortune, tisseuse du destin, pour gravir la Pyramide des Fanfreluches.

En ce jour, Maestro, le célèbre artiste, a convoqué trente plumes des plus affûtées. Son défi : que chacune narre la plus extraordinaire et la plus mouvementée des aventures qu’il lui ait été donné de vivre !


UN JEU LITTГRAIRE

Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit, Régis Antoine Jaulin et Raphaël Granier de Cassagnac ont choisi un personnage parmi les trente dessinés par Nicolas Fructus.

Ensemble, ils ont exploré pour vous JADIS.

Pendant un an, ils se sont livrés à un exercice passionnant, poussant loin l’écriture d’un récit à plusieurs mains. Ils ont échangé textes et illustrations, se sont lancé des défis et finalement rencontrés, pour jouer une pièce de théâtre ou se dire la bonne aventure.

De ces échanges est née l’histoire que raconte ce livre. Hommage vibrant aux inventions de Léonard de Vinci, aux récits picaresques de Don Quichotte, autant qu’aux mousquetaires d’Alexandre Dumas, JADIS compose une œuvre de fantasy baroque, un livre-monde foisonnant et magnifiquement illustré, un récit aux personnages inoubliables.

4 récits haletants et originaux dont une pièce de théâtre !

Plus de 100 illustrations dont les 22 lames du tarot de Dame Fortune !

Mon avis: Pour ce livre je vais donner 2 avis. L'un sur la forme, l'autre sur le fond.

Sur la forme tout d'abord: il s'agit là d'un très beau livre. L'objet livre. Ce qui met le livre papier au dessus des formats numériques.

Un livre grand format donc presque carré de plus de 23cm. Sous sa première couverture en papier glacé et illustrée qui s'enlève comme nos anciens protèges cahier, un livre à la couverture épaisse en tissé rouge portant un sceau en relief et nommé d'un JADIS en dorure. Petit ruban doré comme marque page intégré, comme dans les vieilles éditions. Les pages sont en papier glacé épais, à l'égal des meilleures éditions de livres photos. Le fond de page reproduit un fac-similé de vieux papier sur lequel auraient été posées des photos, des dessins, des cartes de tarot...

Sur le fond ensuite: au vu de la phrase figurant sur la couverture papier "illustré par Nicolas Fructus & d'après L’encyclopédie rêvée de Jadis de Frédéric Weil", il s'agit là d'un univers imaginaire sur lequel il a été demandé à des auteurs de fantasy d'incarner un personnage et de conter son histoire. L'une le fait sous forme de lettre, l'autre sous forme d'un récit autobiographique, un autre encore sous forme de récit "picaresque" et une pièce de théatre mettant en scène les 3 personnages (et d'autres) lie le tout. L'idée est passionnante, la diversité de ton et de style très intéressante. L'univers de Jadis est lui aussi original, même si par certains cotés j'ai moins aimé la reprise à l'identique de concept de notre monde ou de notre littérature (comme le capitan/picares et ses références à Don Quichotte, Cartouche, Le Cid...)alors que d'autres en sont fort éloignés. La construction du récit alterne les personnages au sein de "carnets" et chaque récit est illustré de dessins de la ville ou des personnages concernés.

Très original donc sur le fond comme sur la forme.

Dommage que l'histoire en elle même ne m'ait pas autant séduite que tout le reste. Certains passages des récits m'ont plus mais la mayonnaise n'a pas pris sur la totalité de l'histoire. Maintenant je n'en condamne pas le livre pour autant car si je suis resté assez insensible à ce récit je pense que d'autres peuvent y trouver leur bonheur. Pour ma part je salue quand même la qualité de l'édition et l'originalité de ce concept qui me font espérer en l'avenir de la production écrite en cette ère digitale.

Voir les commentaires

Holdstock Robert: La forêt des mythagos

Holdstock Robert: La forêt des mythagos

L'histoire: Dans un coin perdu du Herefordshire s'étend le bois de Ryhope, vestige d'une ancienne forêt remontant à la dernière glaciation ; un bois tellement dense qu'il paraît impossible d'y pénétrer au-delà d'une certaine limite. George Huxley, qui s'est établi avec sa famille à l'orée de Ryhope, est pour d'obscures raisons obsédé par cette forêt, par l'idée d'en explorer les profondeurs ; une obsession qui le conduit à négliger sa femme et ses enfants. Après sa mort, en 1946, ses deux fils se retrouvent à Ryhope où, grâce aux carnets qu'il a laissés, l'étrange vérité leur est peu à peu révélée : dans ce coin de l'ancienne Angleterre, il semble que l'inconscient collectif humain soit capable de donner vie aux peuplades des mythes et des légendes. Et qu'au détour d'un sentier, ou bien derrière un arbre, se dissimulent Guiwenneth, la belle princesse celte, Jason et ses argonautes, le roi Arthur Pendragon et bien d'autres héros encore...

Mon avis: L’œuvre de Holdstock dont c'est ici le premier volume est classée dans les classiques de la fantasy. Pourtant ce premier tome ne doit pas être complétement considéré comme un récit de fantasy au sens généralement admis car le lecteur serait alors déçu.

Pourquoi? Et bien parce qu'il s'agit plus ici d'un récit à la Lovecraft: un homme nous raconte qu'il revient chez lui pour trouver un père décédé après une vie de folie et un frère obsédé (possédé?) par la sombre et mystérieuse forêt qui borde la propriété familiale. Une forêt primitive dans laquelle l'espace temps semble différent et dont peuvent sortir d'étranges créatures.

Petit à petit, Steve va voir son frère christian sombrer dans la même folie qui avait envahie son père puis lui même va devoir s'aventurer dans la forêt obsédé par la recherche d'une de ses créatures (et pourchassé par d'autres)

Alors oui ce livre est bien un livre de fantasy en ce qu'il aborde des mythes (des mythagos même) mais ce premier tome est avant tout une explication des phénomènes théorisés par le père du narrateur et une première expérience de ceux ci par Steve au sein de la redoutable forêt.

De bonnes idées, un concept original et riche de promesse pour une utilisation limitée encore, plus proche du roman de terreur que de la fantasy. Il ne faut pas y chercher d'action, de combats, de rapidité dans le récit. On est plus dans l'onirique, l'étrange.

Voir les commentaires

Ryan Anthony: Blood Song. Tome1: La Voix du sang

couv57811107-1

 

Reçu dans le cadre d'une opération Masse Critique spéciale avec le site BABELIO

 

L'histoire:
Vaelin Al Sorna n’était qu’un enfant de dix ans quand son père l’a laissé à la porte de fer du Sixième Ordre. Les Frères de l’Ordre se consacrent à l’art de la guerre, et Vaelin devra être formé et endurci par la vie austère de célibat et de dangers d’un guerrier de la foi. Il n’a pas de famille maintenant à part l’Ordre.
Le père de Vaelin était le Seigneur de Guerre du roi Janus, maître du royaume unifié. En conséquence, la rage de Valin ne connaît pas de limites lorsqu’il se voit privé de son héritage et abandonné tel un orphelin à l’Ordre. Il chérissait la mémoire de sa mère, mais ce qu’il va découvrir sur elle durant ses études va le bouleverser. Son père a également des motifs qu’il finira par comprendre. Mais une vérité domine tout le reste : Vaelin Al Sorna est promis à une destinée extraordinaire, qu’il doit encore appréhender. Un avenir qui va modifier non seulement le royaume, mais le monde entier.

Mon avis:

 Premier tome de ce qui devrait etre une trilogie, publié par Bragelonne à compter de Juin 2014, l'éditeur nous annonce un grand roman comparable au "nom du vent" ou à "légende" (l'auteur se réclame lui meme de l'héritage de Gemmel).
Je n'y ai pas vu une oeuvre de cette puissance mais plutot un assemblage d'influences et d'inspirations d'autres romans de fantasy (ou style apparenté).
La Voix du sang commence par la fin: le héros est tiré des geoles de l'empire Alpiran où il a fini à l'issu d'une guerre semble t'il perdue par ses troupes. Il est envoyé dans les iles Meldénéennes en compagnie de Verniers qui lui demandera de raconter sa vie...

 Classique se dit on: va suivre un récit à la première personne nous retraçant le passé du héros Vaelin Al Sorna. Et bien non: si on retrouve le récit de Verniers à chaque début des 5 parties, le reste nous conte la vie de Vaelin de manière classique à la troisième personne.. Pire: on comprend vite que si nous avons le récit intégral de la vie de Vaelin, Verniers lui n'en a que la version tronquée, celle que veut bien lui donner Vaelin. Et la fin arrivant, je n'ai toujours pas trouvé l'intéret de Verniers dans l'histoire pas plus que ces passages de récit tronqué fait par Vaelin à Verniers (que nous importe ce qu'il a dit ou pas puisque nous avons eu, pour notre part, l'histoire intégrale et que Verniers n'a pas un grand intéret dans l'histoire en fait).
Après ces introductions facilement évitables, chacune des 5 parties ont elles aussi leur tonalité:
La première relate l'instruction de Vaelin auprès du 6eme Ordre, Les "soldats de la Foi". Un air d'Harry Potter en plus adulte avec des professeurs plus durs et des examens parfois mortels... Vaelin y fera des rencontres importantes et commencera à nous faire découvrir les "apostats", les hérétiques pourchassés par le 4eme ordre, l'inquisition de la Foi. Comme dans Harry Potter, Vaelin est épaulé par des camarades ayant chacun un talent (archer, cavalier...), il est le fils de parents illustres qu'il connait mal et sa vie est menacée (par qui? pourquoi?).

 

Dans la deuxième partie Vaelin et ses camarades (ses "frères") vont affronter l'épreuve finale de leur instruction, puis Vaelin va rencontrer une jeune femme adepte du 5eme ordre (celui du corps et de la guérison) dont il va évidemment s'amouracher mais pour un amour interdit entre membres des ordres. Il en apprendra plus sur ses parents et sur les deux forces régissant le Royaume : La famille royale et les 6 ordres de la Foi.

  

Dans une troisième partie, Vaelin sera partagé entre son devoir de soldat de la Foi et celui de soldat du royaume. Le roi est manipulateur, comme il se doit, sa fille aussi, les dirigeants des Ordres (les Aspects) savent plus de choses qu'ils n'en disent et Vaelin possède un mystérieux Don qui commence à se faire jour... Comme Fitz dans l'Assassin du roi... (et s'il ne communique pas avec les animaux il est aussi entouré de deux créatures revèches du monde animal: chien et cheval)

 

La quatrième partie nous relate la guerre et les faits d'arme de Vaelin dans la guerre du royaume contre l'empire Alpiran. Des manoeuvres audacieuses comparables à celles des héros de Gemmel avec astuces mais humanité, courage mais compassion.

 

Pour conclure dans la cinquième partie, on arrive au bout du voyage dans l'archipel Meldenéen, au duel de Vaelin contre leur champion et à l'issue de cette histoire, racontée par Verniers... enfin presque car un dernier chapitre nous conte ce qui s'est passé entre la fin de la guerre et l'emprisonnement de Vaelin, nous apprenant qui veut le tuer depuis si longtemps et pourquoi.

 

Rien de révolutionnaire donc, mais un assemblage très habile de plein d'influences (de bonnes influences!) et un résultat très correct.

Le livre est très agréable, toujours prenant. Il reste incomplet sur plusieurs points, mais ce n'est qu'un premier tome et on peut supposer que le détail sera donné dans les suivants (et pourquoi pas, l'utilité de Verniers apparaitra peut être à mes yeux incrédules me le montrant autrement que comme un gadget de l'auteur pour faire un exercice de style récurent dans les romans de Fantasy).
Mention honorable donc d'autant que ce premier tome prend la peine d'offrir une fin à la trame principale tout en ouvrant plusieurs pistes pour sa suite (du moins on peut espérer que toutes ces pistes seront suivies).

Je le conseille et j'attends la suite avec un bon a-priori sur cet auteur et cette trilogie.

Voir les commentaires

Bizien Jean-Luc: Katana (1-Vent rouge)

  katana

Reçu dans le cadre de l'opération

masse critique

 

 

 

Merci au Site Babelio et à l'éditeur: Le Pré aux clercs/pandore ( www.lepreauxclercs.com/pandore )

 

L'histoire:Le roi-dragon exerce sa tyrannie sur le Japon.
Un jour, Ichirô, apprend que le souverain a tué ses parents. Assoiffé de vengeance, le jeune samouraï errant va alors vouloir réaliser l'impossible, défier le shogun sorcier.
Hatanaka, son père adoptif et samouraï d'élite, va tenter de l'en dissuader. Mais devant sa détermination, il va le préparer à l'impossible.
Ichirô part pour une longue quête, au cours de laquelle il retrouvera ses quatre frères et soeurs. Il devra les accepter dans leurs différences, réunir leurs forces et leurs caractères... et se découvrir à son tour.
 

Mon avis: Un roman à la frontière de plusieurs genre.

La frontière de l'âge tout d'abord: assez "violent" pour être réservé à de grands enfants (pré-ado/ado) un peu gentillet pour ne pas être destiné à des adultes recherchant des histoire un peu complexes ou hardcore.

Frontière du genre: un monde décrivant un Japon médiéval mais avec une once de fantasy (le roi-dragon du résumé et peut être de la magie dans les prochains tomes).

Frontière du style: entre le Manga novellisé, le film de sabre, le roman d'aventure, d'initiation...

Un style agréable qui assure une lecture facile et rapide. Une maîtrise de l'art de raconter, avec des rebondissements, des surprises ici et là et une fin en vrai cliffhanger.

Une description des rituels japonais, des Samouraï... qui peut séduire les non initiés ou les curieux de cet univers mais entaché de petites imprécisions qui pourront heurter les plus initiés (utilisation du terme "hara-Kiri", de "shuriken" pour désigner un "shaken"...)

Ensuite dans l'histoire, l'âge des principaux personnages les destine plutôt à un public jeune. Si les combats au sabre sont meurtriers, on se contente de lire qu'une tête tombe ou qu'une jambe est coupé, pas de détails plus sanglants (pas que je sois un tueur en série en manque de sang mais cela reste soft et donne une impression de conte édulcoré parfois). L'histoire est la quête d'Ichiro qui va suivre les précepte de son puissant et sage Senseï et rencontrer des amis au cours de son voyage. Certaines scènes m'ont fait clairement penser à des scènes de Manga ou plutôt d'Anime quand Buta gémit, se cache face au danger, quand lors d'un duel les combattant se croisent s'arrêtent puis que l'un des deux s'effondre ensuite...

Alors, si je suis peut être un peu exigeant sur l'exactitude des descriptions, un peu habitué à de la fantasy plus adulte qui me fait trouver ce livre un peu trop édulcoré, un peu âgé sans doute pour totalement m'identifier aux personnages et trop vieux routard (ou plutôt lecteur) pour ne pas voir venir certains rebondissements (le dernier même si je n'avais pas imaginé l'ampleur) ou trouver leur révélation un peu trop basé sur des coupes de sabre trop chanceuses et simultanées pour rester totalement crédibles.... J'ai plutôt bien aimé ce premier tome qui pose tranquillement les bases et va je pense évoluer dans les prochains volumes. Cela se lit sans mal, toujours agréablement avec le petit bonus parfois de se dire (et je suis on l'a vu un vieux lecteur cynique prompt à imaginer l'histoire à venir, genre "on ne me la fait pas à moi j'en ai déjà lu plein des trucs comme ça et je vois ce qui va venir") "tiens je l'avais pas vu arriver ça!!"

Voir les commentaires

Abercrombie Joe: Dernière querelle (La 1ere Loi livre 3)

abercrombie 3

 

L'histoire: Logen Neuf-Doigts n'a plus qu'une seule bataille à livrer : celle qui l'opposera à Bethod, le roi du Nord. Vaincre son pire ennemi lui apportera-t-il enfin la paix à laquelle il aspire ? Après avoir fait l'amère expérience de la guerre, Jezal dan Luthar a tourné le dos à la vie militaire pour couler des jours heureux avec sa promise. Cependant, le prestige et les honneurs ont la vilaine habitude de se rappeler au bon souvenir d'un homme au moment où il s'y attend le moins... Et tandis que le roi de l'Union n'en finit plus d'agoniser, les paysans se révoltent et les nobles complotent. Bayaz a un plan pour sauver le monde, comme toujours, mais il comporte des risques. Le premier des Mages est-il prêt à briser la Première Loi ?

 

Mon avis: 

Après les combats et le voyage, chaque personnage a changé mais leurs épreuves ne vont pas s'arrêter là car l'ennemi reste aux portes de l'Union et voici que leur souverain se meure tandis que ses héritiers ont péris avant lui. Si en plus des guerres frontalières il faut gérer aussi une guerre de succession...

Mais Bayaz n'avait il pas déjà prévu cela depuis fort longtemps? Certains de ses choix lors du commencement de l'histoire n'étaient ils pas déjà faits pour préparer la résolution de cette épineuse situation?

Dans ce troisième tome plus long que les deux précédents, la conclusion de la trilogie se fait avec brio. À peine sortis de leurs précédentes aventures, les protagonistes sont jetés dans d’autres drames et les révélations arrivent enfin surtout sur Bayaz et ses plans. Si beaucoup vont avoir ce qu’ils ambitionnent depuis longtemps (pouvoir, vengeance…), le cadeau va se révéler empoisonné.

Certaines scènes sont peu originales (du moins déjà vues ailleurs , comme ce groupe devant défendre une forteresse de bric et de broc contre une armée supérieure en nombre qui n’est autre que Fort Alamo transposé comme le fit Gemmel dans son roman « Légende ») mais fort bien racontées. D’autres – surtout le destin des personnages et leur devenir- beaucoup plus inattendues dans ce type de littérature. C’est peut être l’un des premiers romans de Fantasy dans lequel je trouve une fin de cycle aussi « logique » et presque « politiquement incorrecte » pour ses personnages principaux. Bravo, il fallait oser. On est bien dans de la « dark fantasy » et dans de la très bonne. Oubliez les contes de fée et les happy end.

 

Voir les commentaires

Abercrombie Joe: Déraison et sentiments (La 1ere Loi livre 2)

  abercrombie 2

L'histoire:

 Le tocsin de la guerre résonne aux portes de l'Union. L'armée du monde libre, inexpérimentée, semble inconsciente du danger qui la guette. Face à elle, sur le front du Nord, les barbares de Bethod se chauffent d'un tout autre bois... Au sud, les forces du Gorkhul se massent au pied de la cité de Dagoska. Alors que la ville bouillonne des préparatifs de la bataille, Glotka découvre une conspiration visant à livrer la ville à l'ennemi sans combat. Menacé à chaque instant, l'Inquisiteur a besoin de réponses, et vite. Pendant ce temps, la poignée de héros réunie par Bayaz progresse vers le bord du Monde. Le Mage espère y trouver la Graine, une relique jadis responsable de la destruction d'un empire et, peut-être aujourd'hui, l'unique voie de salut pour l'Union...

 

Mon avis: Après les présentations, nous entrons ici dans le vif du sujet et chaque personnage aura une rude tache à mener.

Au nord comme au sud, l'ennemi est aux portes de l'Union et deux personnages vont devoir protéger les frontières pendant que Bayaz entraine son groupe au coeur d'anciens territoires en quête de la mystérieuse graine cachée par Kanedias au "bord du monde".

Pour chacun ce second opus, outre la confrontation violente avec des forces opposées, sera aussi celui du changement. Un changement souvent forcé par leurs expériences, souvent effectué dans le sang et les batailles.

Tout semble pourtant bien commencer pour certains qui bénéficient de promotions: Glotka passe d'inquisiteur à administrateur, mais il va devoir gérer une ville frontière dont l'ancien administrateur a disparu mystérieusement et dont les forces ennemies ont fait leur cible. Comment défendre la ville comme l'exige l'Insigne Lecteur sans aucun moyen supplémentaire? 

Au nord, West est lui aussi promu mais sa mission est de protéger le prince du royaume, un homme imbu de lui meme, entouré d'une cours d'officiers sans expérience. Comment accomplir sa mission en ayant sous ses ordres une armée d'appelés mal équipés sans expérience du combat?

L'équipe emmenée par Bayaz elle doit traverser des territoires hostiles alors que chacun de ses membres se connait à peine. Pour y parvenir ils devront apprendre à devenir un vrai groupe et en apprendre aussi plus sur eux-même. Au passage le lecteur en apprendra un peu plus sur le passé de Bayaz et les dessous de leur quête.

Après un premier tome de présentation plutôt faible en action, celui-ci nous présente trois séquence de combats: La guerre au Nord, le siège de Dagoska au sud et le voyage de Bayaz dans l'ancien empire. Les conflits du nord et du sud sont plus tournés sur des problématiques stratégiques qui s'imposent à West et Glotka, tandis que la quête de Bayaz fait une plus grande place à des révélations sur le passé du monde et les menaces qui arrivent - entre deux batailles quand même pour ne pas endormir le lecteur. Ces phases de combat dynamisent encore plus cet opus, s'ajoutant à l'intéret toujours grand des personnages principaux.

Tout aussi réussi que le "livre 1", un peu plus sombre comme souvent dans une trilogie (la deuxième partie est souvent celle de l'échec), il donne envie de poursuivre vers la troisième et dernière partie avec des personnages qui vont changer après ces épreuves et les choix qu'ils ont du faire. 

Voir les commentaires

Abercrombie Joe: Premier Sang (La 1ere Loi livre 1)

  abercrombie 1

L'histoire: Jadis synonyme de liberté et de progrès, l'Union n'est plus que l'ombre d'elle-même, minée par la corruption, les complots de toute sorte et l'incompétence notoire de ses dirigeants. Ces derniers n'ont aucune. conscience des dangers qui les guettent : au nord, les clans barbares se rassemblent sous une bannière unique ; du sud, où les forces du Gorkhul étaient jusque-là tenues en respect par l'armée régulière, proviennent de bien curieuses rumeurs. Bayaz, le Premier des Mages, sort de sa retraite millénaire pour sauver ce qui peut encore l'être. Son plan inclus un barbare philosophe, un jeune officier écervelé, un navigateur volubile, une intrépide chasseresse, un apprenti dépressif et surtout une grosse, grosse colère...

 

 

Mon avis: Premier tome d'une trilogie de fantasy, le défi traditionnel de cet opus est de nous donner envie de continuer tout en nous présentant les protagonistes et l'univers qu'ils vont peupler. Il y a ensuite deux écoles: nous plonger d'emblée dans l'action en nous expliquant le monde au fur et à mesure, au risque de nous perdre; ou nous expliquer qui est qui et qui fait quoi au risque de nous ennuyer par trop d'explications. Quelques auteurs s'en sortent malgrès tout réussissant à nous entrainer derrière eux et c'est le cas ici.

Pourtant l'histoire commence doucement et de façon peu innovante tant au point de vue de la situation que des personnages.

Dans les sauvages contrées du Nord, un rude guerrier barbare Logen Neuf doigts perd ses compagnons et va rencontrer un vieux Mage, Bayaz et son apprenti. Ceux ci vont l'emmener avec eux vers la capitale de l'Union où ils rencontrerons d'autres personnages tout aussi stéréotypés: un jeune officier de la garde royale, le capitaine Luthar plus préoccupé de jouir de la vie et des femmes que de la réalité du métier militaire; Long pied un volubile navigateur et Ferro, version féminine de Logen qui elle vient du sud mais qui a la même rage et la même vigueur au combat.

Un barbare du nord, combattant émerite...serait on en Cimmérie? (et la sudiste pour avoir la peau noire ne serait elle pas une guerrière rousse issue elle aussi des oeuvres de Howard?)

Un vieux et puissant Mage qui veut réunir une équipe pour partir en quête d'un vieil artefact...j'ai déjà vu ça dans la Terre du Milieu je crois.

Les jeunes officiers insouciants mais excellents escrimeurs, j'ai déjà vu ça...dans plein d'endroits...

A priori me direz vous, rien ne vient donner envie de suivre cette longue histoire.

Et pourtant si. Logen le barbare reste mystérieux et pas si simple qu'il y parait au premier abord. Bayaz n'est pas seulement un gentil Gandalf et son véritable plan reste caché et pas très clair au fond. Ferro est un excellent personnage sauvage en colère contre le monde entier.

Et à coté de la "compagnie"...pardon de l'équipe sus-décrite, il y a d'autres personnages qui sont sans doute ammenés à jouer un role dans la saga: Le commandant West, supérieur de Luthar, officier par son mérite au combat à défaut d'avoir une ascendance noble. Sa soeur Ardee, jeune fille pas si nunuche qu'il y parait et dont Luthar tombe plus ou moins amoureux.

 Et surtout, surtout, L'inquisiteur Glotka. Un ancien colonel plein de fougue et de panache à l'image de Luthar qui fut fait prisonnier lors de la dernière guerre, torturé par l'ennemi et revenu défiguré et diminué de sa détention. Un homme vivant dans la douleur perpétuelle et dont le travail d'inquisiteur est d'enquéter et de torturer avec ses Tourmenteurs pour protéger le pays mais surtout les intérets de son supérieur L'insigne Lecteur Slut.

 

Après des années de paix, l'Union végète dirigée par un Souverain gateux mais au Nord des créatures terribles apparaissent (les Shankas, monstres difformes et cannibales) tandis que Bethod entraine les tribus du pays vers la frontière; et qu'au sud les Gurkhiens eux aussi préparent la guerre.

 

Dans ce premier tome, peu d'action proprement dite et pourtant dès le premier chapitre l'envie de découvrir ces personnages à la fois déjà vus mais aussi originaux et de les suivre. Certains plus charismatiques que d'autres permettent de ne pas se lasser au long de ces 700 premières page de la première partie d'une longue saga.

Voir les commentaires

Segura Magali: Le prix d'Alaya - Eternité tome 1

le prix d'alaya

 

L'histoire:

Jelis est furieux d'être laissé par sa mère aux bons soins de la vieille Ahna. Du haut de ses huit ans, il en profite alors pour interroger la vieille femme et découvrir la véritable identité de ses parents : sa mère est celle qui a dû choisir à qui confier le don d'Éternité, et son père le plus puissant guerrier de l'Acier. Tandis que le petit garçon décide de tout faire pour réunir ses parents séparés, ces derniers se retrouvent confrontés à leur passé et à de terribles nouveaux choix. Acier et Magie pourront-ils s'allier de nouveau ?
 
Mon avis: Premier tome d'une future trilogie (suivant à paraitre en mars 2013 selon les dire de l'auteure, sympathique jeune femme rencontrée sur la foire du livre de Brive ).
Le piège d'un premier tome dans ce genre, c'est qu'il est parfois, soit rébarbatif, soit un peu classique dans son intrigue pour poser les personnages et les principes du monde dans lequel ils vivent. Ce n'est pas le cas ici. Le récit est immédiatement entrainant, se focalisant sur les personnages principaux mais nous détaillant progressivement les règles régissant la "terre de sel" et le passé de ces héros.
Bien sur, ce parti pris de ne pas nous asséner de longues descriptions dès le départ, demande au lecteur d'accepter un certain flou: on ne comprends pas tout de suite en détail ce qui régit la magie, les différents ordres s'affrontant dans cette société (sorciers majeurs et mineurs, guerriers de l'acier...) ni les animaux bizarre qui peuplent cet ancien désert.
Pourtant, on n'est jamais complétement perdu et le fil conducteur du fils de Naslie et d'Yshem à la recherche de son père et voulant réunir ses parents nous entraine à travers l'ile du crabe et nous permet de découvrir agréablement tout ce que nous devons savoir sur la terre de Sel, ses habitants, sa faune, sa flore et son histoire.
Un bon premier tome qui donne envie de poursuivre l'aventure (en espérant pour ma part que l'on ne sombrera pas dans une love story entre les deux anciens amants...enfin pas trop).
J'avais hésité à entreprendre cette aventure plutôt que la première trilogie de Magali Segura (qui avait l'avantage d'être achevée et réunie en intégrale). En discutant avec elle et en lui faisant part de ma crainte (par rapport au quatrième de couverture indiquant "robin des bois au pays des contes de fée") d'une trilogie trop "gentillette" elle m'a plutôt orienté sur cette nouvelle épopée, me la décrivante comme plus dure, plus adulte. Elle ne m'a pas trompé. De plus, son blog http://www.magali-segura.fr qui précise le "making off" du roman, explique bien qu'elle a profité de l'expérience de ses premiers romans pour complexifier l'intrigue de celui-ci.
Je vous engage donc à tenter l'aventure avec ces héros, de compléter la lecture par la decouverte de son Blog (dans cet ordre, ce serait plus rationnel pour bien comprendre de quoi elle parle sur le site)  et j'attend la suite pour continuer mon voyage en terre de Sel entre magie et acier.
 
Dernière nouvelle: la suite ne paraitra pas en Mars comme prévu mais plus tard en 2013. 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>