Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Wilson F.Paul: Le testament maudit

  le-testament-maudit-57690-250-400

L'histoire: le Dr Alicia Clayton, un pédiatre qui traite les enfants atteints du sida, vient d'hériter de la maison paternelle. Pour une raison qui lui échappe, son demi-frère, l'ignoble Thomas, veut à tout prix mettre la main sur la demeure familiale. Mais hantée par de douloureux souvenirs, Alicia a l'intention de la détruire. C'est alors que la personne quelle avait engagée pour la seconder décède mystérieusement. Elle va avoir besoin d'un spécialiste. Elle va avoir besoin de Repairman Jack. Repairman Jack n'a pas de nom de famille, pas de numéro de Sécurité sociale, se fait régler uniquement en espèces, et n'hésite jamais à faire usage de la violence ou à mettre en péril sa propre existence par amour du travail bien fait. Lorsqu'il est appelé il la rescousse par Alicia, il découvre rapidement que cette maison, objet de toutes les convoitises, détient la clé d'un secret qui peut changer la face du monde. Thomas pourrait bien n'être que l'instrument de puissances occultes déterminées à s'approprier cette clé, quoi qu'il en coûte..


 

Mon avis: J'ai déjà eu l'occasion de dire ici tout le bien que je pensais de l'auteur lors de précédentes lectures de ses romans, ainsi que l'interet que j'avais pour son personnage de repairman Jack.

Ma déception fut donc grande après avoir pu me procurer difficilement ce roman aux tirages épuisés. Car si dans sa première aventure j'avais aimé les origines de repairman jack et ses débuts, ici je l'ai trouvé un tantinet faiblard: Moins de rythme, une enquête qui va le confronter à des bandits moins hors norme et rendre donc l'histoire bien moins prenante à mon avis. On dit souvent que les plus grands héros sont magnifiés par leurs ennemis et c'est sans doute l'illustration (par l'absurde) de ce concept ici.

Repairman reste un personnage que j'adore sur le principe mais qui m'a semblé sous exploité dans cette aventure.

A ne surtout pas lire pour découvrir jack et à lire sans en attendre un résultat aussi plaisant pour ceux qui auraient lu "La Tombe".

Voir les commentaires

Hillerman Tony: Le chagrin entre les fils

  Le-Chagrin-Entre-Les-Fils-Livre-896660972 ML

L'histoire: L'ancien lieutenant Joe Leaphorn n'avait jamais oublié cette vieille tapisserie narrative. Celle qu'on appelait "Le Chagrin tissé", à moins que ce ne fût "Le Chagrin entre les fils". Elle avait la réputation d'être maudite. Elle perpétuait le souvenir des pires cruautés infligées aux Navajos - la Longue Marche, la captivité, la misère, les nombreux morts - tout ce qui leur avait été imposé par l'irrépressible et féroce soif d'or et d'argent de la culture blanche. Le Dineh enseigne à ses membres que, pour connaître la paix et l'harmonie, ils doivent apprendre à pardonner. Or la tapisserie n'encourageait pas cet oubli des offenses...
Cette célèbre couverture, Joe Leaphorn s'en souvenait bien, car elle avait été réduite en cendres dans l'incendie accidentel du bâtiment où elle était exposée, et l'on avait retrouvé dans les décombres le corps d'un des criminels les plus recherchés par le FBI. Or voici que la tapisserie réapparaît, comme neuve, photographiée dans un magazine consacré aux demeures de luxe. La page du magazine vient d'être envoyée à Leaphorn par son vieux collègue de l'époque, Mel Bork.
Quand Mel disparaît, après avoir reçu des menaces téléphoniques, Joe Leaphorn se retrouve plongé dans cette affaire vieille de vingt ans, cet incendie prétendument accidentel qui lui était resté en mémoire. Les fantômes du passé l'amèneront à croiser le chemin du plus redoutable - et très actuel - ennemi parmi "Ceux-qui-changent-de-forme".

Dix-neuvième enquête en territoire indien, Le Chagrin entre les fils ramène au premier plan la figure légendaire de l'ex-lieutenant Leaphorn et l'histoire du peuple navajo, dont Hillerman rappelle qu'elle fut marquée par la souffrance et la mort.

 

Mon avis: Depuis longtemps déjà j'avais entendu parler de cet auteur dont les oeuvres policières avaient la particularité de se situer dans l'univers des réserves indiennes Navajo. Profitant d'un livre en solde j'ai donc décidé de tester cette réputation.

Malheureusement, je pense ne pas pouvoir faire une critique aussi bonne qu'elle aurait pu l'être. En effet, les romans de Tony Hillerman ne sont pas seulement des romans policiers. Ils dévoilent les ressorts de la civilisation Navajo passée et actuelle, et surtout il décrit l'évolution de ses personnages principaux: Joe Leaphorm et son jeune collègue Jim Chee.

Ici, leaphorn est en retraite et Chee en voyage de noce. Je n'ai donc eu aucun attachement particulier envers les tribulations personnelles des personnages ce qui m'éloigne un peu de l'un des intérêts du roman.

Toutefois, reste une intrigue policière très correcte avec son lot d'énigme et un traitement plutôt "humain" que spectaculaire; une découverte de la culture Navajo très interessante qui donne envie de se plonger (en commençant par le début de la série) dans les romans de cet auteur; et au final un bon livre (que les habitués de l'auteur qualifieraient sans doute d'excellent au regard de leur passé avec Chee et Leaphorn)

 

Voir les commentaires

Eisler Barry: Connexion fatale

  eisler

L'histoire: Jeune avocat à la Silicon Valley, Alex Treven est sur le point de devenir riche. Mais son client, un inventeur de programmes informatiques, est assassiné. Lorsque l'homme chargé de breveter le projet est lui aussi tué, Alex est persuadé d'être le prochain sur la liste du tueur. Il appelle à l'aide son frère Ben, agent secret dans un commando de l'armée américaine.

 

Mon avis: Après la série des aventures de John Rain, l'auteur change de personnages. Ici un jeune avocat va se retrouver confronté à une affaire d'espionnage violente loin de son univers habituel. Mais il a de la chance, son frère connait bien cet univers  puisqu'il travaille pour un service d'espionnage.

Face à ce classique antagonisme entre un homme et l'univers violent auquel il va être confronté (qui parfois devient irréaliste quand un simple quidam met en echec des espions ou des tueurs chevronnés), Eisler s'arrange du problème grace au personnage du frère-espion. La relation familiale tendue entre les deux frères ajoute un peu d'intéret à l'histoire plutot classique du coté de l'intrigue "espionnage".

Contrairement aux romans précédents, celui ci est écrit à la troisième personne ce qui change sans être un réel handicap pour le récit. Par contre, les personnages restent moins charismatiques que Rain et ses accolytes pour moi.

Du moyen donc: pas raté, pas désagréable, mais un cran en dessous de la série précédente et du coup pouvant se révéler décevant pour un fan de la serie des John Rain tout en satisfaisant un lecteur débutant dans ce type de livre.

Voir les commentaires