Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cheng Kin-wo: Le geek, sa blonde et l'assassin

Cheng Kin-wo: Le geek, sa blonde et l'assassin

Reçu dans le cadre de l'opération MASSE CRITIQUE Merci au site BABELIO et à l'éditeur

L'histoire: À 19 ans, Kin-wo mène une vie (presque) parfaite : il dessine des mangas pour des fanzines (même s'il n'arrive pas à être publié chez un éditeur), et sort aussi une fille super sexy. Mais ce quotidien va déraper très vite quand, par mégarde, il tue involontairement son meilleur pote ! Pour ne pas finir ses jours à croupir en prison auprès de codétenus douteux, Kin-wo va devoir réfléchir, et vite ! Le voilà donc à surfer sur le web, pour chercher comment se débarrasser d'un cadavre, sans faire trop d'éclaboussures. La mignonne Mary se propose de l'aider mais… est-elle vraiment la fille qu'elle prétend ? Mensonges, trahisons, amitié perdue, humour caustique, meurtres et autres projections ne sont qu'un petit aperçu de ce qui vous attend dans ce récit !

 

Mon avis: On peut par faciliter qualifier cet album de "Manga" même si c'est un terme Japonais alors que l'auteur est de Hong Kong. Comme un Manga il est paginé dans le sens de lecteure original (c'est à dire de droite à gauche). Contrairement à un manga (le plus souvent en noir et blanc), il est en couleurs. Et il n'emprunte pas les codes du manga (petits personnages avec des mimiques grotesques pour figurer la surprise,la gêne etc.).

Concernant l'histoire: elle est très bien construite, en 3 parties. La première est du point de vue de Kim (le geek), la seconde de celui de "mary" (l'assassin) et le troisième du point de vue croisé de ces deux personnages. La conclusion ouverte laisse à imaginer la fin que l'on veut.

Un contenu très adulte (meurtre, sexe...etc) mais un "roman noir" très bien raconté, avec ses rebondissements, ses changements de perspectives nous amenant à reconsidérer l'histoire au fil du temps et des infos nouvelles,  et bien servi par les dessins suffisamment réalistes et soignés (à mon goût: pour se faire une idée voir les pages jointes)

Une excellente surprise pour moi que cette incursion dans la production BD de Hong Kong (qui n'est pas très représentatif sans doute au regard de l'interview de l'auteur qui clôt le volume)

Cheng Kin-wo: Le geek, sa blonde et l'assassin
Cheng Kin-wo: Le geek, sa blonde et l'assassin

Voir les commentaires

Coloane Francisco: Antartida

Coloane Francisco: Antartida

L'histoire: Alejandro, personnage principal du Dernier Mousse, devenu adulte, est radio télégraphiste depuis quatre ans et repère les navires en détresse pour la marine chilienne. Il décide de prendre deux mois pour aller au-delà du Cap Horn, récupérer des échantillons de métaux précieux et part accompagné d'un sergent en rupture de ban et d'un Indien Yaghan qui connaît le Sud comme son âme. Ils découvriront les trésors marins, terrestres et humains d'un pays aussi tourmenté que lumineux dans lequel son bateau finira par être pris dans les glaces...

Mon avis: Reprenant le personnage du "dernier mousse" pour lui faire vivre une nouvelle aventure, Coloane écrit un court roman d'une centaine de pages. On y retrouve donc Alejandro devenu soldat et son frère qui semble avoir quitté le pays des loutres (sans que l'on sache pourquoi). Les voila partis pour un voyage dangereux dont tous ne reviendront pas.

J'ai trouvé ce roman moins intéressant que "le dernier mousse". Il y a les paysages, le voyage, mais moins d'intéret sur les personnages, moins de sens secondaire à mon avis. Un simple récit de voyage qui n'a pas à mes yeux la dimension "romanesque" en cela qu'il ne nous raconte pas une histoire un peu plus complexe ou "questionante" derrière cette tranche de vie des personnages.

Voir les commentaires

May Peter: Le braconnier du lac perdu

May Peter: Le braconnier du lac perdu

L'histoire: Depuis qu'il a quitté la police, Fin Macleod vit sur son île natale des Hébrides, à l'ouest de l'Ecosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il se trouve confronté à Whistler, son ami de jeunesse qui vit désormais comme un vagabond, privé de la garde de sa fille unique. Alors qu'ils viennent de traverser ensemble une nuit d'orage, ils découvrent l'épave d'un avion abritée depuis dix-sept ans par un lac.

 

Mon avis: Après les deux premiers opus de cette trilogie qui avaient chacun une grande force dans le récit, ce dernier tome m'a semblé moins prenant. Mais sans doute parce qu'il venait après deux expériences plus fortes, car il n'en est pas pour autant mauvais.

Comme toujours dans cette trilogie, tout commence par un meurtre...et une disparition. La disparition est la plus étrange car il s'agit de celle d'un loch entier en une nuit, mais elle sera expliquée très vite dans les pages qui suivent.

 Le meurtre, lui, va nous replonger encore dans le passé de Fin MacLeod. Nous avions découvert son enfance jusqu'au drame de l'ile des chasseurs d'oiseaux et savons qu'il a ensuite quitté son ile natale pour gagner Edimbourg et l'université avant de finir dans la police. Ici nous découvrons quelle fut sa vie d'étudiant, et ce qui s'y déroula ce qui a, bien sur, un lien avec cette nouvelle enquête.

Si j'ai trouvé ce dernier tome moins intéressant c'est qu'il n'y a ni évocation de faits historiques - comme dans les deux précédents - ni autant de suspens sur un drame survenu dans le passé.

Toutefois cela reste un bon roman policier et on en découvre plus sur le passé du héros à défaut d'en savoir plus sur le passé de l'Ecosse.

Voir les commentaires

Delalande Arnaud: Le piège de Lovecraft

Delalande Arnaud: Le piège de Lovecraft

L'histoire:

« J’ai lu le livre qui rend fou. Le Necronomicon. Et aujourd’hui ils m’ont enfermé. Qui que vous soyez, où que vous soyez, si vous tombez sur un exemplaire de ce livre démoniaque, croyez-moi : fuyez-le, brûlez-le – même si cela ne suffira pas à le détruire – mais par pitié : ne l’ouvrez pas…. »

David cherche à comprendre les raisons qui ont poussé un de ses camarades à perpétrer un carnage abominable sur le campus de Laval, au Québec. Retrouvant les œuvres récemment empruntées par cet étudiant, David se voit piégé à sont tour par les livres maudits, dont le fameux Necronomicon de l’écrivain H.P. Lovecraft … Pris dans l’univers du romancier, il bascule à son tour…

Mon avis: Le livre commence par un recueil de mail d'un patient de l'asile d'Arkham à Michel Houellebecq. Il est ensuite dédié: "A David Arnold Milaud".

C'est ce David qui va nous raconter son histoire. Comment de jeune universitaire normal il a été amené à découvrir la vie et l'oeuvre de HP Lovecraft, et notamment l'ouvrage (inventé) le plus célèbre de cette oeuvre: Le Nécronomicon.

Ce livre est écrit "à la manière de". L'auteur s'est très bien documenté sur Lovecraft et même si on connait ce qu'il raconte, on n'en n'est pas moins intéressé car cela valide son histoire comme une possibilité.

Le récit est lui aussi une bonne copie de ce qu'écrivait Lovecraft: Le récit d'un homme ordinaire poussé vers la folie au contact de révélation et de visions sur des choses insoutenables et inimaginables.

J'ai aimé ce livre et je sais pourquoi: si on consulte les sources de l'auteur publiées en fin de volume (livres de Lovecraft, films et jeux vidéos inspirés de son oeuvre) je les ai quasiment tous lus, vus ou joués. Je visualise donc parfaitement les ambiances qu'il décrit, je comprends ses références et même son parti pris d'intrigue, car ce sont des thèmes que je connais.

Il va même faire rencontrer à son personnage Stephen King qui s'est lui même intégré dans une de ses oeuvres (la tour sombre) jouant sur l'ambiguité des univers (l'univers littéraire et le réel sont ils distincts ou non?).

Tout cela est bien mené, le personnage lui même doute de sa santé mentale de la réalité de ce qu'il vit...

Alors vit-on dans le réel ou les romans que nous lisons ne sont ils en fait que des récits d'autres existences et non pas de pures fictions?

Si ces concepts vous intéressent, si vous aimez les récits de Lovecraft, ce roman est fait pour vous.

Si vous ne connaissez rien à l'univers de Lovecraft (et/ou de Stephen King) vous risquez de passer un peu à coté du récit

Mon seul bémol sera sur l'utilisation du vocabulaire "lovecraftien" (les choses innommables, les peurs indicibles et autres formules blasphématoires) qui parfois est employé de fort agréable façon dans le récit mais d'autre fois accroche l'oeil comme si on l'avait placée là pour "faire comme HPL".

A découvrir pour les amateurs de fantastique et de littérature d'angoisse, a essayer avec précaution pour les novices (vous aimerez peut être mais peut être pas), à éviter pour les puristes de HPL car ils trouverons surement l'oeuvre de leur maitre dénaturée.

Voir les commentaires

May Peter: L'homme de Lewis

May Peter: L'homme de Lewis

L'histoire: En rupture de ban avec son passé, Fin Macleod retourne sur son île natale de Lewis. La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, il a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l’océan qui s’abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s’élèvent en un chant tribal : il pense pouvoir retrouver ici un sens à sa vie. Mais à peine Fin est-il arrivé qu’on découvre le cadavre d’un jeune homme, miraculeusement préservé par la tourbière. Les analyses ADN relient le corps à Tormod Macdonald, le père de l’amour de jeunesse de Fin, faisant de lui le suspect n°1. C’est une course contre la montre qui s’engage alors : l’inspecteur principal est attendu sur l’île pour mener l’enquête et il n’épargnera pas le vieil homme, atteint de démence sénile. Au rythme des fulgurances qui traversent l’esprit malade de Tormod, le passé resurgit, douloureux, dramatique, et dévoile le sort que la société écossaise a réservé pendant des décennies aux homers, ces enfants orphelins ou abandonnés que l’Eglise catholique envoyait sur les îles Hébrides.

Mon avis: Après un premier tome qui nous a présenté le policier Fin MacLeod et son enfance, cette fois Peter May va nous emmener encore plus loin dans le passé. Car à présent, la solution de l'énigme se trouve dans l'enfance du père de l'ex petite amie de Fin, une génération plus tôt donc. Et un autre pan de l'histoire de ces îles écossaises nous est révélée au travers des souvenirs du vieil homme.

Comme dans le précédent volume, l'enquête policière est avant tout un prétexte pour cette plongée dans des souvenirs d'enfance et dans l'histoire des iles hébrides. C'est donc tout aussi intéressant.

Et la description de la vie du vieil homme dont le cerveau se perd peu à peu dans une démence sénile sont incroyablement bien rendus et émouvants, inspiré à l'auteur par son propre père (selon ce qu'il m'a dit lors de notre rencontre à la foire du livre de Brive)

Un deuxième opus de cette trilogie de Lewis à la hauteur du premier que je recommande sans réserve.

Voir les commentaires