Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fantasy 1ere approche

Si je l'ai dit, j'ai eu une approche de pas mal de genre à travers la lecture de la longue collection de Bob Morane, mon premier contact (1981-82) avec l'heroïc fantasy eut lieu au travers d'un classique (mais aussi un des seuls ouvrages du genre traduit en france à cette époque): Le seigneur des anneaux.
Pour le cas où quelqu'un l'ignore encore je vais faire un bref résumé de l'histoire:
Résumé: Les Hobbits, petits êtres apparentés à l'Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix  dans la Comté. Paix précaire et menacée, cependant, depuis que Bilbon Sacquet, le seul Hobbit a avoir parcouru le monde hors de la Comté,  a dérobé au monstre Gollum l'Anneau de Puissance jadis forgé par Sauron de Mordor. Car cet anneau est doté d'un pouvoir immense et maléfique. Il permet à son détenteur de se rendre invisible et lui confère une autorité sans limites sur les possesseurs des autres Anneaux distribués aux autres races peuplant le monde (les hommes, les elfes et les nains).. C'est pourquoi Sauron s'est juré de reconquérir l'Anneau par tous les moyens. Autrefois vaincu par l'alliance des hommes des elfes et des Nains, désincarné, il cherche à renaitre et à récupérer l'anneau Déjà ses Cavaliers Noirs rôdent aux frontières de la Comté. 
Des héros vont se rassembler pour mener à bien une importante mission: rapporter l'anneau au fond du Mordor et le jeter dans la lave de la montagne du destin où il fut forgé sans succomber à son pouvoir. Il seront guidés par Gandalf, le magicien et grand sage qui seul mesure la portée véritable de la quête.  Aragorn, qui dissimule ses origines princières sous les traits d'un rôdeur taciturne ? Frodon, Sam, Merry et Pipin, jeunes Hobbits dépassés par cette quête, Legolas et Gimli le nain et l'elfe et Boromir prince du Ponant qui souhaite utiliser l'anneau pour gagner la guerre. Et que fera Gollum, créature abjecte un temps dépositaire et esclave de l'anneau. Les aidera t'il ou les trahira t'il pour récupérer son précieux ?


Mon avis: Une grande histoire, épique, imaginative, qui a posé les bases du genre. Mais c'est aussi un univers très complexe. Tolkien a vraiment créé un monde. En linguiste qu'il était il a même été jusqu'a inventer de toute pièce la langue elfique, établissant une grammaire, un vocabulaire complet de cette langue imaginaire.
On ne lit pas un simple conte. Il y a des chansons, des légendes, des poêmes entre deux aventures, deux combats. Il y a la petite histoire des personnages que l'on suit et parrallélement de grandes batailles entre royaumes; et le recit de la fin d'une époque, celle des nains et des elfes qui vont céder le monde aux hommes.

Un ouvrage à lire si l'on aime la fantasy ou si on veut la decouvrir. Mais attention, c'est un gros volume, il faut avoir la patience de s'y plonger, peut etre perseverer un peu au debut, car Tolkien nous décrit le peuple Hobbit longuement avant que l'aventure commence, mais on en est récompensé grandement ensuite.
Pour les petits lecteurs qui ne voudraient pas se lancer dans une si longue aventure litteraire, reste les 3 films de peter jackson qui sont fidèles à l'histoire principale et aux personnages primordiaux. (Mais dans ce cas vous passerez à coté de bien des personnages et de quelques mésaventures de la communauté de l'anneau).

Voir les commentaires

Romans de gare suite

Si l'Executeur a été un passage marquant pour moi, j'ai apprécié aussi l'originalité de quelques autres séries du même type durant cette période:
Ancien militaire, lui aussi, Mark Hardin va se transformer en redresseur de tort. Mais il n'est pas seul, il ne se livre pas à une vengeance. Il travaille pour un homme avec une logistique (notamment une arme spécialement étudiée pour lui) et de son origine cheyenne, il retirera un certain pouvoir. Le "Sho-Tu-Ca", rituel shamanique lui permettra d'atteindre certaines capacités surhumaine de temps à autre. Comme L'Executeur laissait une médaille de tireur d'élite sur les lieux, The Penetrator signe d'une pointe de flèche (origine indienne oblige).
Plus policier que soldat, un autre personnage qui m'a fait réver adolescent.
(couverture américaine, je n'ai pas trouvé de photo des couvertures françaises)
L'autre personnage hors du commun que je découvrit à cette époque était Remo Williams. Policier condamné à mort mais dont on truque l'éxécution pour le recruter au sein d'une organisation ultra-secrete. Seul le président des états-unis connait CURE et CURE ne compte que peu de membres: Mr Smith, son directeur qui a toute latitude pour décider de ses missions, Remo leur homme de main et Chiun un petit Coréen qui doit faire de Remo un parfait assassin. Car Chiun est le grand maitre du village de Sinanju. Un misérable village coréen dont la seule ressource vitale vient du talent d'assassin de ses grands maitres qui depuis toute éternité vont vendre ces talents auprès des empereurs du monde entier. Chiun travaille donc pour l'"empereur Smith" tant que de l'or est régulièrement acheminé vers son village. et malgrè son mépris pour ces blancs si faibles, il va tenter de transformer ce pitoyable remo (qui bouge comme un babouin puant) aux arts de Sinanju. Remo va apprendre douloureusement mais avec talent jusqu'à devenir le "fils" de Chiun qui voit en lui son digne successeur.
Les arts de Sinanju sont terribles: on peut tuer un homme d'un geste, faire s'évanouir une femme de plaisir sans meme coucher avec elle, grimper le long de murs lisses, sentir et entendre des choses imperceptibles...

Un super héros? oui, mais toute la beauté de ces histoires c'est: un, de trouver des adversaires pouvant résister à Remo. Deux, l'humour toujours présent dans les tribulations de Chiun (qui tue quiconque l'empêche de regarder son soap opéra fétiche et demande à Remo de le débarasser des cadavres) et Remo (toujours exaspéré par son maitre qui veut faire de lui son successeur alors qu'il est profondément américain).. Très original et drole
Un film a même été tourné des origines du personnage ("remo, sans armes et dangereux" paru en VHS dans les années 80) que j'avais trouvé dans l'esprit des livres.

Voir les commentaires

Romans "de gare" mais de bons moments

Toujours en quête de lectures je suis tombé sur plusieurs ouvrages en vogue à l'époque (en dehors de la bibliothèque municipale:
S.A.S (Son Altesse Serenissime, le prince Malko Linge aristocrate fauché qui vend ses talents à la CIA pour payer l'entretien du chateau de la famille) de Gerard de Villiers a ses fans, je n'en fais pas partie. On y trouve portés à l'extrême les ingrédients du vieux OSS117, avec une grande inventivité dans les scènes de sexe et surtout de tortures. Le héros parcours le Monde et se confronte à toutes sortes de situations d'actualité. MAis je n'ai pas accroché au personnage ni à ses aventures.
Par contre j'ai lu par hasard un volume d'un justicier américain, tireur d'élite de l'armée, vétéran de la Corée qui reviens du Vietnam pour assister aux obsèques de ses parents et de sa soeur. Il apprendra de la bouche de son jeune frère la terrible histoire: Ruiné par la Mafia, son père ne pouvait rembourser ses dettes et sa soeur décida alors de se prostituer pour clore la dette. L'apprenant, le père devint fou, tua sa fille et sa femme avant de se suicider. Fou de rage, le sergent Mack Bolan décida de faire payer ça aux mafieux de la ville, responsables du drame.Il acheta un fusil de chasse pour gros gibier et commença à faire ce qu'on lui avait appris et qu'il faisait de mieux: identifier les cibles (c'était moins difficile que de trouver un vietcong dans un village vietnamien), et l'executer. Car ce que personne ne savait c'est que ses camarades de combat l'avaient surnommés:l'EXECUTEUR. Sa signature: après chaque raid il laisse une médaille de tireur d'élite sur les lieux.
Pas très original me direz vous, mais à l'époque j'avais 16/17 ans, on était en 83/84, et c'était assez original.
La série a été longue, très longue (plus de 250 volumes je crois), un peu trop longue.
J'en retiendrais pourtant les premieres histoires ou on découvre Bolan, et le début de son combat.
Le premier volume nous montre sa vengeance mais detruire une famille mafieuse, c'est s'attirer la haine des autres et de vengeur, Bolan devient un homme traqué dont la tête est mise à prix par la Mafia et qui est recherché par la Police (et le FBI) pour meurtres multiples.
Sur l'image, le tome 3 "le masque de combat" où il tente de changer de visage grace à la chirurgie esthétique pour échapper à la Cosa Nostra, en vain.
Il tentera aussi de monter un commando avec des vétérans pour être plus efficace, mais le massacre quasi intégral de son équipe le poussera à continuer seul.
Ayant un contact officieux au ministère de la Justice et respectant son seul interdit: ne pas tirer sur un flic, commence alors une tentative de purger les USA de la Mafia. Bolan passe d'état en état, un par volume, fais un tour à Palerme et même en France.
Quelques épisodes à l'intérèt accru: Bolan retourne au Vietnam, puis chez lui, où tout à commencé.
Mais, volumes après volumes, l'intéret finit par décroitre.
 Et là! astucieux rebondissement: Le gouvernement lui propose de mettre en scène sa mort pour pouvoir le recruter officieusement pour lutter contre le terrorisme.
Bolan accepte mais demande un délai d'une semaine pour achever sa croisade et finir de mettre à genoux le crime organisé. S'ensuit une série de 7 titres évocateurs dont "Lundi linceuls", "Mardi Massacre", "Mercredi des cendres"...
Bolan disparait et voici le colonel phoenix, agent fédéral, en guerre contre le terrorisme... pas pour longtemps car au fil des missions, Bolan va se rendre compte que la Mafia reprends du poil de la bête et que de jeunes loups reprennent les commandes laissées libres par les vieux "CAPI" massacrés par l'executeur.
Et donc Exit Phoenix, et revoilà Bolan.
J'ai arrété après, essayant ponctuellement d'en relire un pour voir (numéro 150 ou plus) et j'ai été déçu, l'impression de revoir sans cessa les mêmes combats et l'écriture (ou la traduction peut être) avait changée. Plus simple (les méchants étaient autrefois "les amici", "les portes-flingues", "les petites frappes"..etc; ils n'étaient plus que "les pourris"..)

Une série moins originale aujourd'hui car on a vu plusieurs personnages de ce genre depuis. Une description de l'amérique des années 60 et 70 (dans les premiers volumes) passée de mode. Mais une lecture que je ne regrette pas et qui peut encore être interessante pour qui aime ce genre de personnage (en ciblant les 10 premiers volumes puis la semaine du massacre, l'épisode anti-terroriste et quelques un du "retour" de Bolan)

Pour une version BD et ciné d'un personnage très proche (et même ouvertement inspiré de Bolan): Franck Castle est LE PUNISHER. Un "ennemi de SPIDERMAN et DAREDEVIL mais qui a fait l'objet d'une série récente dans la ligne MAX de MArvel (BD pour adulte) dont les premiers volumes sont excellents tant au niveau du scénario (par Garth Ennis) que du dessin (à mon gout) en ce qui concerne les versions ciné (une ancienne avec Dolph Lungren et une plus récente: vous pouvez les éviter)

Voir les commentaires

Fleuve Noir Espionnage

Après avoir achevé la lecture de l'intégralité des volumes de Bob Morane de la bibliothèque municipale (éditions Marabout), je me suis tourné vers le rayon "espionnage" en poche.
De gros recueil rouge regroupaient l'intégrale des OSS117 de Jean Bruce, j'ai donc commencé par lui.

OSS117, ce n'est pas le personnage des films avec jean Dujardin. Il s'appelle bien Hubert Bonisseur de la Bath, son nom de code est bien OSS117, mais il est colonel à la CIA (dont l'OSS est l'ancetre). Rien de remarquable dans ces "romans de gare", où on trouve les traditionnels ingrédients: filatures, bagarres, un peu de sexe. Les personnages sont assez simples, on retrouve le climat des films d'espionnage des années 60 (que parodie les films OSS117)
Le plus intéressant ce sont les titres: "du lest à l'est"; "OSS117 et la bombe de Bombay"; "gachis à Karachi"; "partie de Manille pour OSS117"; "cache-cache au cachemire"...
Chapeau pour trouver tous ces titres.

Les recueils d'intégrale achevés, j'ai continué à lire les poches rangés dans le rayon et je me suis alors plongé dans la plétore d'espions publié par Fleuve Noir. Les plus connus (je pense) sont: Coplan et Face d'ange. Mais je n'oublie pas les autres: Bonder, Mr Suzuki, Le Judoka, ainsi qu'un tas d'autres personnages que j'ai oublié.

Les lectures se suivaient, les unes agréables, les autres moins, les qualités "littéraires" de ces productions de masse étant inégales. De tous ces personnages, de tous ces livres je ne retiens pas grand chose, sinon une première approche du monde obscur des services secrets.

Mais au sein de la masse un auteur et son personnage sont restés dans ma mémoire.
L'espion c'est "Calone", un agent secret français dur et froid, assez cynique et sans réels bons sentiments.
Il passe de missions en missions sans illusions.



L'auteur de ses aventures est Alain Page, auteur et scénariste auquel on doit les histoires ayant donné les films "la piscine" et "tchao Pantin". Calone fut l'un des premiers personnages de "thriller/espionnage" comme je vais les aimer ensuite. Dur mais pas très pur; pro et donc pas fleur bleue (les femmes si elles sont dangereuses sont à traiter comme les hommes, les pertes civiles innocentes sont navrantes mais il faut les accepter... Pas très moral, mais réaliste pour ce genre de personnage.

Voir les commentaires

Vernes Henri: Bob Morane, l'aventurier

Bien avant d'être une chanson du groupe Indochine (dont les paroles sont en fait la liste d'une partie des titres des romans), Bob Morane est le personnage d'une très longue série de romans d'Henri Vernes.
Flanqué la plupart du temps de son ami Bill Ballantine, colosse écossais buveur de Whisky Zat77, et parfois de la rousse journaliste Sophia Paramount, le commandant Morane, français, journaliste occasionnel, aventurier à plein temps, parcours le monde et même plus.

Comme je l'ai déjà dit sur les livres de la bibliothèque verte, Bob Morane est un héros des années 60, donc le preux chevalier, sans peur et sans reproche, toujours pret à défendre la veuve et l'orphelin mais aussi à épargner les méchants.
Mais Bob Morane reste un réservoir d'idées, de mondes et de personnages encore trés originaux aujourd'hui.

Son ennemi intime, c'est l'ombre jaune, Monsieur Ming, un mystérieux chinois, grand savant (il a réussi à devenir quasi immortel en se clonant...oui c'était bien vu pour l'époque) et ayant à sa botte plusieurs sectes de tueurs dont les terribles "dacoïts".
Toujours prêt à essayer de conquerir le monde, l'ombre jaune va leur en faire voire de toutes les couleurs, sur terre, dans l'espace (avec des satellites) et même dans le temps!!
Car, Bob Morane, c'est aussi de l'horreur et de la Science Fiction. Vernes a repris un concept de Poul Anderson (auteur de SF) : La Patrouille du Temps, une organisation du futur qui maitrise le voyage temporel (dans des Temposcaphes) et doit veiller à préserver le passé de toute intervention extérieure. Mais en même temps leur crédo étant "observer sans intervenir", ils recrutent des "agents spéciaux" à d'autres époques pour le faire à leur place. Et ces agents seront, Bob, Bill et parfois Sophia.
Bob Morane va voyager dans le temps mais aussi sous la mer vers l'Atlantide, et à travers les dimensions dans "les plaines d'Ananké".

Outre l'Ombre jaune, son principal ennemi récurent, Morane affronte aussi la belle Miss Ylang Ylang adversaire mais secrétement amoureuse de lui, ainsi que le Tigre: un homme qui "possède" plusieurs cerveaux: le sien (celui d'un clochard alcoolique) et ceux qu'on lui a transféré c'est à dire ceux de plusieurs savants et celui d'un Tigre.
Oui, les ennemis de Bob Morane, en france, au moyen Orient ou ailleurs, c'est toujours une gallerie incroyable, variée. On navigue toujours à la frontière de la science, de l'occulte de la science fiction, de l'histoire (Henri Vernes fut journaliste scientifique et amateur d'auteurs de science fiction et de fantastique)
J'y ai lu d'incroyables aventures et puisé je pense un grand nombre de mes intérets futurs pour bien des domaines.
Et pour les moins assidu des lecteurs, les versions BD (moins complètes bien sûr) de quasiement toutes les aventures sont parues (certaines dessinées par William Vance, qui dessinera plus tard le célèbre XIII comme il dessinait Bob Morane.

Voir les commentaires

Du Rose au Vert

Après la bibliothèque rose, je suis vite passé à la bibliothèque verte. Avec des vieux classiques péchés dans la bibliothèque de mes parents: La trilogie de Dumas (Les trois mousquetaires-20 ans après-le vicomte de Bragelonne), le comte de Monte-christo,...etc ainsi que des romans "historiques du même style, ceux de walter Scott notamment  Des héros de grandes aventures épiques eux aussi, mais dans l'angleterre médievale. Peut etre les prémisces de mon intéret pour l'héroïc fantasy. Car à l'époque (1975-1978 environ) les ouvrages disponibles n'étaient pas légion. Et puis, la mode était aux héros redresseurs de tord du passé avec Robin des Bois et à la télévision notre Thierry la fronde national puis Zorro.
Mais dans cette même bibliothèque verte j'ai aussi fait connaissance avec une jeune enquêtrice américaine: Nancy Drew -Alice dans sa version française- une adolescente détective amateur avec l'aide des ses deux amies Bess et Marion. Une version plus agée du club des cinq, avec des enquêtes un peu plus policières (moins de trésors de pirates)
Je n'ai pas lu tous les volumes de la collection (il y en a beaucoup) mais j'ai suivi avec intéret plusieurs enquêtes.
Là encore, je n'étais surement pas trop dans la cible, le lectorat visé étant plutot féminin je pense, mais si aujourd'hui la litterature enfantine regorge de titres, à l'époque il n'en allait pas de même et j'étais très heureux de pouvoir me fournir gratuitement chez des voisins (qui avaient 3 filles..ce qui explique la présence de plusieurs alice) et, heureusement, un garçon, pour qui on avait du acheter les aventures de mon premier espion (américain de surcroit) digne de james Bond ou de la série "Men From U.N.C.L.E." ("des agents très spéciaux" ) car pourvu de gadgets incroyables comme des stylo lance-fléchettes en guise d'arme.
Cet espion s'appelait Chis Cool et j'ai du en dévorer 5 ou 6 volumes avec passion. Pour finir, j'ai continué l'espionnage, mais en France cette fois ci et j'ai lu de nombreux volumes de langelot écrit par le mystérieux "lieutenant X", pseudonyme aujourd'hui abandonné par l'auteur: Vladimir Volkoff.
Aujourd'hui, comme toutes ces vieilles séries de l'époque, on pourra sourire devant son véhicule (une 2CV au moteur gonflé) ou la morale toujours très pure des personnages. Mais c'est de la littérature pour enfant et dans les années 60-70, les héros étaient toujours de gentils "chevaliers" pur et dur.

Ainsi c'est terminé mon époque lecture avec ce que je trouvais à la maison, à coté et ce que l'on m'offrait (mes meilleurs cadeaux de noël, d'anniversaire, ont toujours été des livres)

Voir les commentaires

Les Classiques

Les classiques de la littérature que l'on peut je pense encore apprécier étant enfant (voire un peu plus grand) si l'on n'est pas déjà accros au "sans effort" de la télé et aux Manga (même si certains Manga justement ont repris des classiques pour les mettre en image)

Les débuts des enquêtes avec Enid Blyton et les nombreuses enquêtes de son "Club des cinq"
Des trésors, des mystères, des gens louches et face à eux de simples enfants et un chien, mais il y a du suspens, une enquête.
Pas de violence mais de la débrouillardise.
C'est vieux mais je pense que l'on peut toujours s'y intéresser

Sinon on peut monter d'un cran et passer de 5 à 7 avec le même auteur toujours pour suivre un groupe d'enfant face à des mystères à résoudre:"Le clan des sept"  
Ou pour les aventures plus solitaires et masquées, ma première "super-héroïne": Fantomette
Je ne ferais pas une critique de ces livres, lus il y a trop longtemps maintenant mais dont je garde de bons souvenirs d'évasion et de rêves entre 5 et 7 ans environ. Ils ont sans doute contribué à mon amour de la lecture.

Voir les commentaires

Qui suis-je?

Qui suis-je? D'où viens-je? où vais-je?...

Je suis né en 1968 en Corrèze où j'ai vécu jusqu'en 1985
Puis mes études m'ont (un peu) éloignées dans la région limitrophe: l'Auvergne
L'armée m'a envoyé découvrir Laval puis Bordeaux
La vie professionnelle m'a exilée 10 ans en banlieu parisienne (93) avant de revenir dans le Lot puis la Corrèze.

Depuis 1973 date de mon apprentissage de la lecture jusqu'à aujourd'hui, j'ai toujours aimé lire que ce soient des romans ou des bandes dessinées. J'ai toujours aimé également découvrir des histoires quel que soit le support (Cinéma, Télévision) avec une prédilection pour les séries télévisées qui permettent à mon avis de mieux approfondir les personnages (quand les séries sont bien faites) et de complexifier les intrigues.

Les années 70 étaient moins riches en publications et surtout en diversité, mais peut être plus riches en inventions. Plus d'idées, plus d'audaces, moins de recherche de "business plan" de ce qui se vendra au détriment de l'inventivité et de l'originalité.

Avant de commencer la longue liste des lectures qui ont jalonnées ma vie, je résume ici mes débuts:
J'ai étrenné mes jeunes yeux de lecteur sur de vieux livres appartenant à ma mère dans les anciennes versions de la biliothèque rose: les classiques d'antan que sont "les malheurs de Sophie" et "les petites filles modèles" auxquels j'ai pu adjoindre mes premiers "policiers": "le club des 5" et "fantomette"

Après la bibliothèque rose, ce fut la verte avec aussi ses classiques d'Alexandre Dumas ("les 3 mousquetaires", "le comte de Monte-christo"...etc) mais aussi des enquêtes avec "Alice" la jeune détective américaine (Nancy Drew en VO) et l'espionnage avec "Langelot" jeune espion français

Bibliothèque rose, bibliothèque verte, restait...la bibliothèque municipale où pendant des années j'ai pu lire et découvrir un tas d'ouvrages dans un tas de styles différents à coût modique.

Voir les commentaires

Présentation du Blog

Bonjour à toi surfeur, lecteur,voyageur de la toile.

Ce blog j'ai décidé de le faire après en avoir lu beaucoup, y piochant au fil du temps des idées de lecture, des critiques qui m'ont sans doute évité de perdre du temps et de l'argent sur des livres qui ne m'auraient sans doute pas intéressé.
A mon tour, je vais essayer de participer et de donner un avis sur les livres que j'ai eu la chance (ou parfois la malchance) de lire.

Bien sur, je ne suis pas critique littéraire, aussi ces avis n'engagent que moi, ne sont que le reflet de mes gouts personnels.

Afin de donner une idée sur les styles que j'aime et de mon "passé" de lecteur je vais parler un peu de moi, de mes intérets et de mon parcours de lecteur en remontant au début et à de vieux livres d'enfant:
De la bibliothèque rose à mes lectures actuelles.

Je lis beaucoup de choses avec des prédilections pour l'heroïc fantasy et le thriller, beaucoup d'auteurs anglo-saxons.

Voir les commentaires