Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

DeMille Nelson : Retour de l'enfer

retour de l enfer

 

L'histoire: A nous deux Spencerville ! Après vingt-cinq ans d'absence, Keith Landry est de retour dans sa ville natale. Mais pourquoi cet ancien agent secret a-t-il choisi de se retirer dans cette petite bourgade endorrmie au fin fond de l'Ohio ? Se serait-il découvert une soudaine passion pour la pêche à la truite, la culture du maïs et les réunions paroissiales ? A moins qu'il ne soit revenu pour revoir celle dont le souvenir n'a jamais cessé de le hanter, celle qui fut son premier et seul véritable amour : Annie Prentis. Ce serait compter sans Cliff Baxter, le chef de la police locale... et de surcroît le mari d'Annie. Un homme despotique et violent qui considère sa femme comme son plus beau trophée et qui est prêt au pire pour la conserver. C'est la haine et la violence qui écriront la suite d'une histoire dont nul ne sortira indemne.

 

Mon avis: Contrairement à ce que le titre et le résumé peuvent laisser penser, on est plus dans une aventure "sentimentale" que dans un vrai thriller plein d'action. Bien sur, Landry a un passé d'agent secret et courtiser la femme du sheriff (qui partage ses sentiments) va envenimer les choses. D'autant que ledit sheriff est (j'allais dire évidemment) bête et méchant et tout puissant dans le comté. J'aurais pu dire "évidemment" car en fait l'histoire est assez classique, vu et revu dans des tas de series ou téléfilm: le beau héros va vouloir sauver la pauvre fille victime d'un mari brutal et tout puissant. Alors c'est bien raconté, mais c'est un peu trop "classique" pour moi, si encore Landry se servait de son expérience passé pour lutter (un affrontement à la Rambo ou le pro echappe à la traque des forces de l'ordre par exemple) cela aurait pu donner un autre atrait mais non, même la fuite du couple illégitime enfin venu après bien des pages reste relativement plate. Une mauvaise surprise chez un auteur dont j'ai beaucoup aimé d'autres livres.

Voir les commentaires

Forsyth Frederick: Le quatrième protocole

quatrieme protocole

L'histoire: Nous sommes à la veille des élections législatives anglaises de 1987, qui vont se jouer sur le problème du désarmement nucléaire unilatéral. Une poignée de militants d'extrême gauche complote pour s'emparer du pouvoir et des hordes de pacifistes naïfs manifestent dans le vide.
A Moscou, le plus grand des traîtres anglais, Harold Philby, déclare : "Le Kremlin a constamment surestimé la stabilité politique de la Grande-Bretagne, et jamais davantage qu'en ce moment."
L'opération la plus ingénieuse, la plus audacieuse qu'on puisse imaginer, qui doit aboutir à la mainmise du communisme sur le Royaume Uni, est lancée..

 

 

Mon avis: Dans l'univers de Forsyth que je trouve être un excellent auteur sur quasiement tous ses romans lu à ce jour, celui ci est vraiment dans les meilleurs. Comme toujours on y suit à la fois les tribulations de personnages précis et aussi les grandes organisations des services secrets, voire des personnages "historiques" comme ici Philby, traitre anglais qui décridibilisa les anglais auprès de leurs alliés américains et fut une grande blessure dans l'histoire du MI6.

Aujourd'hui, la lecture de ce roman un peu ancien (années 80) fera référence à des pratiques anciennes (peut etre pas toutes obsolètes) et à de la technologie d'époque (portables et autres pas encore courants) mais il reste la façon de nous raconter cela de Forsyth et l'intrigue toujours bien maitrisée.

Voir les commentaires

Martin Georges R.R.: L'ombre maléfique (le trone de fer 4)

trone de fer 4

L'histoire: Plongé dans le chaos, le royaume des sept Couronnes est en proie à une formidable pandémie de violence. Les héritiers du souverain défunt se disputent le trône dans d'âpres et sanglants combats. Et les puissants seigneurs, ralliés aux diverses causes, négligent tout égard pour le peuple, qui supporte souffrances et famine. Les ennemis jurés Catelyn et Tyrion fourbissent chacun leurs armes. Catelyn Stark rejoint Renly Baratheon, à la tête des forces de Hautjardin et Accalmie, tandis que Tyrion Lannister ourdit de nouvelles alliances et prépare Port-Réal à repousser le futur siège. Mais un nouveau péril se profile : une ombre plane, frappe les rois et renverse les citadelles...

 

Mon avis: Que dire de plus de ce quatrième tome que je n'ai pas dit des précédents? Toujours le même style de récit: des chapitres centrés sur les principaux personnages que l'on suit tour à tour dans tous les coins du royaume: Les Lannister à Port Réal et la famille Stark dispersée du Nord (Jon Snow sur le Mur) au Sud (Sansa à Port Réal). Une partie sur Jon et la garde de nuit nous approche des menaces du prologue (les "morts vivants" trouvés par son oncle disparu de l'autre coté du Mur. Et une once de magie maléfique (qui donne son titre à ce volume) se fait jour au coté d'un des prétendants au trône.

La même mise en garde que les précédents volumes: si vous souhaitez suivre en détail les tribulations de ce monde, le nombre de personnages (secondaires) et de leurs alliances est considérable, chaque clan se ralliant à tel ou tel prétendant. Cela rend l'histoire très réaliste et proche de ce qu'était sans doute les guerres médiévales, mais cela rend aussi le suivi précis très compliqué. On peut bien sur se contenter de suivre les Stark et les Lannister, l'auteur rappelant régulièrement qui est avec qui ou contre qui.

Voir les commentaires

Folco Michel: Un loup est un loup

un loup est un loup

 

L'histoire: Des quintuplés, Charlemagne était le plus doué, le plus tenace. Mais quand son père est mort de la rage, quand les enfants ont été dispersés, il est parti vivre parmi les seuls êtres dont il comprend le langage : les loups. Emportant le lecteur dans la France féodale du XVIIIe siècle, Michel Folco dévoile une fois de plus son talent si singulier, tissé d'ancien français, d'aventure et d'humour noir.

 

Mon avis: premier tome de la saga des "Epateurs", les quintuplés de Racleterre, un loup est un loup ressemble au précédent livre de Folco (Dieu et nous seuls pouvons) dans le style, l'époque et le talent de l'auteur. Ici nous ne suivrons pas une dynastie de Bourreaux à travers les ages (nous croiserons peut etre quelques Pibrac malgrès tout) mais le destin des quintuplés très vite orphelin, et plus particulièrement le plus singulier d'entre eux Charlemagne Tricotin. Affligé d'un défaut de prononciation qui lui rend les rapports humains difficiles, il est en revanche un ami des animaux et va même à l'instar d'un enfant sauvage grandir dans une meute.

Pour qui a lu Dieu et nous seuls pouvons, le charme sera le même dans ce livre. Pour qui ne l'aurait pas lu, il n'est pas obligatoire de le faire pour apprécier le style de Folco. Erudition extrême distilée tout naturellement dans un style enlevé et picaresque parsemé d'humour, ce livre est une nouvelle fois une vrai réussite.

Voir les commentaires

Brussolo Serge: Conan Lord - carnet secret d'un cambrioleur

conan lord

L'histoire: Londres, 1945. Qu'arrive t-il quand un cambrioleur se retrouve confronté à un tableau maudit, une toile de maître au passé sanglant ? Comment résoudre le secret d'une peinture qui noircirait à la lumière du jour si l'on commettait l'erreur de la sortir de son coffre-fort ? Comment affronter une oeuvre que personne ne peut contempler sous peine de la voir s'effacer ? Car c'est d'un tableau qui parle de mort, de vengeance, de fantômes, qu'il s'agit. Un tableau qui continue à tuer, même aujourd'hui.

 

Mon avis: Le titre pourrait laisser croire qu'il s'agit d'un simple roman décrivant un casse ou des mémoires d'un cambrioleur. Mais l'auteur étant Serge Brussolo ce n'est pas si simple. D'abord il y a l'époque: le londre d'immédiate après guerre, les ruines du Blitz, les rescapés de la guerre. Ensuite il y a le (je devrais dire les) héros: Conan Lord, un cambrioleur devenu mythique sur lequel courent bien des légendes (est il un ancien pilote défiguré...etc) mais qui en fait est un homme affligé d'une bien étrange maladie (je n'en dis pas plus pour laisser le plaisir de la découverte) et ses associés tout aussi étranges. Et puis il y a cette mission impossible: dérober un tableau protégé par un coffre fort, mais un tableau qui disparaitra s'il quitte ce coffre et voit la lumière du jour. Pour compléter le tout, évidemment, autour de ce tableau d'autres mystères gravitent.

Je suis fan de Brussolo (voir mes autres articles sur ses autres romans) mais je rangerait ce roman dans les meilleurs de l'auteur à mon sens. L'atmosphère d'un londres d'après guerre y est parfaitement rendu, une fois encore les personnages sont originaux et attachants. Et les enigmes nous tiennent en haleine du début à la fin.

A la fois thriller et policier (une ambiance et une enigme pour le prix d'un seul roman!) une réussite

Voir les commentaires

Morgan Richard: Rien que l'acier

rien que l'acier

 

 

Reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique "litterature de l'imaginaire"avec Babelio 

 

L'histoire: Il y a dix ans, l'alliance des hommes et des Kiriaths a repoussé les terribles Ecailleux. Qui se souvient maintenant des héros de cette guerre? Ringil vit en exil, rejeté par sa famille. Mais pour sa cousine Shérin, vendue comme esclave, il décroche son épée et retourne sur les lieux d'un passé qu'il avait tout fait pour oublier. Dame Archeth, dernière représentante d'un peuple disparu, est la conseillère d'un empereur décadent qu'elle abhorre. Elle seule soupçonne qu'une terrible menace point aux frontières de l'empire. Egar le Tueur de Dragons est un nomade des steppes, revenu de la guerre auréolé de triomphe. Une gloire aujourd'hui bien émoussée dans un monde qu'Egar ne reconnaît plus. Ces trois-là ont tout perdu. Sauf peut-être la bataille qui les attend, héroïque et désespérée...

 

Mon avis: Re-lisons et résumons ce quatrième de couverture. Il y a 10 ans les hommes et les kiriaths (qui c'est?) ont bataillé et repoussé les terribles écailleux (qui? surement des espèces de créatures à écailles). Aujourd'hui nous allons suivre 3 des héros de cette guerre passée: Ringil, Egar le tueur de Dragon (ah il y a aussi eu des dragons pendant cette guerre?) et Dame Archeth une Kiriath laissée là quand les Kiriath sont repartis (où? pourquoi? comment? pourquoi l'ont ils laissée?). Ils vont se retrouver tous les 3 à combattre une nouvelle menace incarnée par les Dwendas, un peuple de créatures légendaires qui vivent dans un monde parallèle au leur.

 

Voilà schématisé, les réflexions que l'on se fait tout au long du livre. On débute dans l'histoire sans rien connaître aux tenants et aux aboutissants et il n'y a aucune vrai référence à tous ces événements passés si ce n'est les remarques, dialogues ou pensées des personnages. C'est un parti-pris naratif certe déjà utilisé par d'autres (par exemple Glen Cook dans les anales de la Compagnie noire) mais qui est difficile à manier sous peine de perdre le lecteur et j'avoue avoir parfois eu du mal à suivre.

Car essayer de reconstituer à la fois l'histoire du monde et le passé de trois individus très disparates ne facilite pas les choses: trop de références à des événements et des personnages inconnus pour lesquels il faut imaginer les non dits et réassembler les histoires.

Un peu d'explication aurait été nescessaire, sans nescessairement être trop descriptif.

 

Ensuite, attention: le choix de l'auteur est de faire un récit parfois un peu hard. Notamment sur le sujet du sexe. Sur trois personnages principaux 2 sont homosexuels (pourquoi pas, en plus la parité est respectée puisque ce sont un homme et une femme) et le troisième hétéro mais un brin obsédé. Mais si ce choix ne me choque pas, si une histoire peut avoir des scènes plus ou moins explicitement sexuelles, certaines me sont apparues ici sans intéret pour l'histoire ou dans certains cas très explicites sans nescessité non plus: la même scène prise à la fin (les deux partenaires etendus dans le même lit après leurs ébats dialoguant: l'interet etant le contenu du dialogue) aurait suffit à donner les info, renseigner le lecteur sur les relations entre les personnages et leurs moeurs. J'ai parfois eu la même impression qu'en regardant un film où une scène de sexe semble uniquement là pour répondre à une sorte de cahier des charges ou appater le chalan.

 

Enfin, la plupart des thèmes me sont quand même apparus comme une reprise d'oeuvres antérieures de Fantasy: des héros à la "légende" de Gemmel, un récit à la Glen Cook ("la compagnie noire") en moins réussi, une évocation d'anciens peuples disparus comme les elfes quittant la Terre du Milieu du "seigneur des anneaux"...

 

Un roman pas franchement désagréable, pas franchement loupé,....mais pas franchement exaltant.

 

Le titre semble évoquer une série "terre de héros" donc une suite qui pourra peut être tranformer ces débuts en quelque chose de plus aboutit. A voir

Voir les commentaires

Brussolo Serge: Le Labyrinthe de Pharaon

le labyrinthe

L'histoire: Pour conserver sa puissance dans le monde des morts, le pharaon Anathotep veut une sépulture inviolable. Avec le jeune architecte Dakomon, il imagine une pyramide-labyrinthe dont les clés sont des odeurs. Mais très vite, Dakomon aura une excellente raison de se venger de son commanditaire et de faire alliance avec un célèbre pilleur de tombes, Netoub Ashra. Il aura besoin des services d'Anouna, une jeune embaumeuse dotée d'un nez exceptionnel. Pour son malheur, car cet odorat hors du commun lui donne le très dangereux pouvoir d'accéder au trésor funéraire.

 

Mon avis: Du (toujours?) très bon Brussolo. On retrouve ici la recette exécutée de main de maitre par l'auteur: un personnage impliqué malgrès lui dans une affaire dangereuse et extraordinaire. Ici ce sera dans l'egypte antique et le don de la jeune embaumeuse Anouna lui sera précieux pour déjouer les pièges mortels de la pyramide. Comment? je ne livrerais ici aucun détail, laissant aux futurs lecteurs le soin et le plaisir de découvrir toute l'histoire. Pour qui a aimé les enquêtes moyennageuses du chateau des poisons ou de l'armure de vengeance, changement d'époque mais mêmes mystères, même suspens, mêmes personnages toujours si "réels", si ordianaires et à la fois si extra-ordinaires. Encore un succés.

Voir les commentaires

Brussolo Serge: Le sourire noir

le sourire noir

L'histoire: A Mother Lode Lake, au coeur d'un somptueux parc naturel californien, " yuppies " surmenés et cadres stressés peuvent à la fois s'amuser et suivre le régime amaigrissant idéal : celui qui permet de manger autant qu'on veut... Et ils mincissent. Incroyablement vite. Et ils s'amusent. Un peu trop, même. Des blagues stupides et dangereuses les font rire aux larmes, de leurs lèvres curieusement noires... Lorsque cela tourne au drame, David Sarella, leur prof de création littéraire, commence à s'interroger sur les vertus de ce produit de régime. Pour s'apercevoir bientôt que beaucoup de gens - en particulier la Mafia et la CIA - s'intéressent également aux secrets de l'Amazing Diet...

 

Mon avis: Je suis je dois l'avouer fan de Brussolo en général (du moins de ses romans dans le style thriller, moins inconditionnel de ses premières oeuvres de SF/terreur/fantastique bien que certaines contiennent déjà les germes de la suite de son oeuvre) mais si je suis fan, ce roman est un de ceux qui me l'ont fait classer dans mes auteurs préférés.

Prenez un thème toujours actuel: la recherche du régime miracle (thème récurent de tous les magazines au printemps) qui permet de maigrir en mangeant tout ce que l'on désire. Le rêve...

Mais on est dans un livre de Brussolo, le rêve se mue donc bientôt en cauchemard: il y a des effets secondaires..mortels.

David Sarella, est lui le quidam au mauvais endroit au mauvais moment qui va se retrouver embarqué dans une enquête inquiétante et dangereuse.

Et peut être même que ce David n'est pas simplement un quidam quelqconque...

Avec Brussolo il y a toujours des situations et des personnages improbables et des rebondissements du début à la fin tenant le lecteur en haleine.

Un des excellents Brussolo que j'ai lu.

Voir les commentaires

Eisler Barry: Une traque impitoyable

eisler 3

 

L'histoire: John Rain, virtuose du meurtre sur commande, a été engagé par le Mossad pour éliminer un chimiste israélien de mèche avec des terroristes islamistes. Mais le tueur à gages au code de l'honneur très personnel est troublé quand il découvre que sa cible a un jeune fils. Habituellement discret et efficace, il laisse filer sa proie. Il ne se doute pas que cette hésitation va le placer au centre d'une guerre entre services secrets qui pourrait bien se retourner contre lui. D'autant plus que le Mossad dispose d'armes redoutablement efficaces, parmi lesquelles une espionne avec laquelle il a autrefois fait équipe. Séduit, Rain est toutefois trop expérimenté pour ignorer que, cette fois-ci, le contrat porte sur sa propre tête...

 

Mon avis: Avant-dernière aventure du desormais bien connu John Rain. On retrouve toute la galerie de personnages qu'il a rencontré au cours de ses précédentes missions: agents japonais, Dox le sniper américain qui lui sert de partenaire, Delilah l"espionne israélienne qu'on va envoyer sur ses traces après son échec et qui devra peut être choisir entre son attirance pour Rain et sa fidélité au Mossad (et sa vie), et une fois encore tout va aller de travers poussant Rain à risquer sa vie pour replonger dans la clandestinité à laquelle il aspire.

Ce roman est à mon avis du niveau des précédents, nerveux, palpitant. On continue à plonger peu à peu dans l'univers si particulier de Rain et à s'attacher aux personnages qui commencent à former une petite "famille" autour du teur plus si solitaire. Avec encore quelques rebondissements préparant à la conclusion dans le prochain volume.

Voir les commentaires

Martin George R.R. :La bataille des rois (le trône de fer 3)

trone de fer 3

L'histoire: Le roi robert Baratheon est mort, son ami Eddard Stark a été exécuté. La dynastie Baratheon n'aura duré qu'une générations et la paix plusieurs fois centenaire qui régissait le royaume des sept couronnes a volé en éclats.

Joffrey, le bâtard illégitime, se terre dans sa capitale, les frères de robert rallient des troupes â leurs bannières, le fils de Ned a levé son armée et crie vengeance, des pirates razzient les côtes et des brigands pillent les campagnes.

Il y a quatre rois désormais et chacun forge des alliances pour entraîner le royaume dans la tourmente de la guerre. Maintenant c'est l'acier qui va hurler son chant de mort.

 

Mon avis: Le Roi est mort ...vive le....LES Roi. Le pouvoir réveille les appétits de plusieurs prétendants au tröne, ambitieux ou poussés un peu malgrès eux dans cette lutte pour le trône. En attendant, chacun revendique une partie du royaume et s'affronte dans des batailles terribles. Et en marge de toute cette agitation qui rend le pays de moins en moins sur, les enfants Stark et leur mère cherchent à se rejoindre, tandis que les Lannister veulent maintenir le jeune Jeoffrey (et surtout sa mère Cercei comme régente) sur le trône de son supposé père (le roi défunt).

Toujours ce même principe de récits tour à tour centrés sur un personnage principal (Cercei, Tyrion, un des enfants Stark...) mais de plus en plus de personnages et de familles (vassaux, alliés ou ennemis) rendant les choses difficile à suivre dans le détail.

Mais il reste possible de faire abstraction de la précision, de se laisser porter par l'auteur (qui rappelle ici et là que tel ou tel clan est fidele ou opposé à tel autre) et de se contenter de suivre les péripéties des familles Stark et Lannister. Le récit le permet et reste prenant comme ça.

Voir les commentaires

1 2 > >>