Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #aventure catégorie

Hamilton Edmond: Capitaine Futur L'empereur de l'espace

Hamilton Edmond: Capitaine Futur L'empereur de l'espace

L'histoire: Il y a Simon Wright, dit le Cerveau, ce qu’il est, littéralement, et dans un bocal de sérum : un scientifique exceptionnel. Et puis Grag, la montagne de fer indestructible dotée d’outils intégrés étonnants. Sans oublier Otho, l’androïde synthétique, spécialiste du combat rapproché, de l’infiltration et du camouflage. Ils sont les Futuristes, la plus stupéfiante association qui puisse s’imaginer. Et enfin il y a celui qu’ils ont élevé, celui qu’ils ont juré de protéger, celui qui est devenu leur leader : Curt Newton, le géant roux, le sorcier de la science doté d’un esprit hors normes, infatigable justicier connu des peuples du Système sous le nom de capitaine Futur.
Tous quatre veillent sur les neuf mondes et au-delà, attentifs, depuis leur base lunaire à l’emplacement secret.
Or un fléau court à travers le Système solaire, une épouvantable pandémie derrière laquelle semble se tapir un mystérieux criminel, l’empereur de l’Espace. Il n’est alors qu’un seul recours : celui du capitaine Futur ! Les tuyères du Comète, le formidable vaisseau des Futuristes, crachent déjà la puissance de l’atome : l’empereur de l’Espace n’a qu’à bien se tenir !

Mon avis: Pour les connaisseurs du personnage, inutile de préciser à la lecture du résumé les personnages sont suffisamment ressemblants. Pour les autres, ce "Capitaine Futur" a été popularisé au Japon et en France par un animé des années 80 sous le nom de "Capitaine Flam".

Ecrite entre 1940 et 1951, la série de romans "pulp" de Capitaine Futur reprend tous les standards de l'époque. A l'instar des Buck Rogers, Flash Gordon mais surtout je trouve "Doc Savage". Car comme lui, Curt Newton est un athlète doté d'un brillant esprit scientifique qui, avec son équipe de spécialistes, va secourir la veuve et l'orphelin (en l'occurrence plutôt le système solaire) dans une quête de justice transmise par ses défunts parents victimes de la cupidité humaine. Vu d'aujourd'hui cela fait bébête et déjà vu, mais c'était le standard des héros de l'époque. De même l'aspect scientifique et SF est à considérer en regard de son époque d'écriture. Certains aspects pourront donc prêter à sourire au vu des connaissances actuelles.

Pour les fans du capitaine Flam, le jeu peut aussi consister à répertorier les différences entre le roman et son adaptation en animé. Car si le scénario de l'animé reprend l'histoire de ce roman, il y a bien eu adaptation et "actualisation" de l'histoire à l'époque. Ainsi le Capitaine Flam s'envole vers les confins de l'espace et la planète Mégara là où le capitaine Futur voyage simplement jusqu'à Jupiter qui est une planète habitable...

Pour ma part je suis satisfait d'avoir découvert l'origine d'un personnage qui a marqué mon enfance. Mais le fait que l'histoire soit strictement identique au scénario de l'animé et le coté héros à l'ancienne du personnage principal ont un peu terni le plaisir de lire cette aventure.

Voir les commentaires

Poncet thierry: Haig Les guerriers perdus

Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE par le site BABELIO en partenariat avec l'éditeur. Merci à eux.

L'histoire: La belle Vanda nous l'avait mis profond. Elle avait fait exploser la mine d'or, mis le feu à notre campement et s'était enfuie avec l'argent. Le grand Carlo nous a fait promettre de la retrouver et de nous venger. Tous les sept, on a juré. Et je vais vous dire un truc : on n'aurait pas dû. Parce que des États-Unis à l'Afrique, des Balkans au Mexique, il nous a coûté salement cher, le serment !

 

Mon avis: Comme dans le premier tome des aventures de Haig, il s'agit ici d'un roman "de genre" assez typé années 80 et roman d'aventure/roman noir. C'est écrit à la première personne et cela nous emmène à travers le monde dans les pas d'une équipe d'aventuriers (pas des aventuriers façon Bob Morane mais plutôt Corto Maltesse) ici en quête de vengeance. Cette fois le récit de Haig se situe dans le passé, son passé. En étant le récitant il ne risque donc pas de mourir mais cela ne détruit pas le suspens. Car que se demande t'on durant toute l'histoire? C'est: qui en réchappera, qui trahira qui et la vengeance sera t'elle accomplie?

Un roman semblable au précédent dans son ton, ses personnages (atypiques, amoraux) et ses lieux d'action (ici dans plusieurs pays: de la France au Mexique à l’Europe de l'est).

Une fin qui peut surprendre mais reste dans une certaine logique et un certain réalisme de ce type d’œuvre: rien n'est noir ou blanc, tout est compromissions, adaptations pour survivre dans un univers assez glauque et incertain. Peut être un peu moins réussi que le premier, mais correct dans son genre. Une lecture de détente, vite lue.

Voir les commentaires

Poncet Thierry: Haig - Le secret des Monts Rouges

Reçu dans le cadre de l'opération MASSE CRITIQUE grace à l'éditeur et au site BABELIO, qu'ils en soient remerciés

L'histoire: Des tronçonneuses et de l'alcool. Voilà ce que vend l'aventurier Haig, sur sa péniche la Marie-Barjo, à travers la jungle, dans le Cambodge tout juste libéré de la guerre, depuis le fleuve Mékong jusqu'au pied des mystérieux Monts Rouges. Mais quel est cet être qui semble répandre la mort devant lui ? Qui est cette Espagnole trop sexy pour ce far-west des camps forestiers cambodgiens ? Pourquoi a-t-elle absolument voulu le suivre ?

Mon avis: Avant de faire le point sur l'histoire, un point sur l'auteur, l'un étant lié à l'autre. Quand je regarde la fiche de renseignement sur Thierry Poncet en fin de volume, je note qu'il a commencé à écrire dans les années 80 pour des séries de "romans de gare" de la série "brigade Mondaine" que j'ai peu lu et "Le Survivant" que j'ai beaucoup plus lu. Série des "Gérard de Villiers présente", parution mensuelle de romans efficaces aux recettes identiques: action, sexe, dépaysement. Ensuite, Thierry Poncet a rencontré Cizia Zykë et a travaillé avec lui pour ses écrits. Zykë était un personnage, lui même aventurier (délinquant, drogué, orpailleur clandestin...), qui a mis en écrit sa vie et imaginé un personnage (Tuan Charlie) dans quelques aventures imaginaires. Haig était un projet commun de Thierry Poncet avec son ami Zykë, mais Zykë est mort et Thierry Poncet écrit donc cette première aventure de Haig seul.

Pour ma part j'ai bien aimé. C'est, il faut le dire, un livre "de genre". Comme on va aimer une série B ou un film d'action, on ne lui demande pas de répondre aux critères d'un grand film. Ici aussi je ne juge pas le roman à l'aune d'une critique littéraire de classique.

Mais dans son style, Haig rempli toutes les clauses du cahier des charges.

C'est un petit livre de 200 pages environ, divisé en cours chapitre. On y parcourt le Cambodge au lendemain des conflits qui l'ont secoué (Khmers rouges, occupation vietnamienne et américaine) en remontant le Mékong dans un bateau déglingué à l'équipage tout aussi déglingué qui va rencontrer tout un aréopage de populations déglinguées vivant (survivant?) au bord du fleuve.

On boit, on se drogue, on marchande, on risque sa peau. Et il y a la fille, sexy mais cachant la vérité. Haig n'est pas dupe mais il l'embarque quand même. Et tout cela se finira mal bien sûr. La mort frappera et les aventuriers survivants noieront leur désillusion dans l'alcool et l'opium.

Un vrai récit de genre je vous dit. Mais bien raconté et c'est tout ce qu'on lui demande, sans excès, avec des accents de vérité qui nous font croire à l'histoire et à ces personnages. Des personnages originaux et biens imaginés, aux descriptions aussi imagées que celles des paysages que traverse le bateau et son drole d'équipage.

Quand Haig aura desaoulé, je le suivrai volontier dans son prochain périple, s'il survit jusque là...

Voir les commentaires