Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #fantastique catégorie

Aaronovitch Ben: Magie noire à Soho (Le dernier apprenti sorcier tome 2)

Aaronovitch Ben: Magie noire à Soho (Le dernier apprenti sorcier tome 2)

L'histoire: Après avoir réconcilié les divinités qui se partagent la Tamise et mis hors d'état de nuire un tueur en série sorti d'un conte pour enfants vieux de plusieurs siècles, l'agent Peter Grant et l'inspecteur Nightingale pensaient pouvoir souffler un peu. Mais le repos n'est pas une option pour les deux derniers sorciers de Londres : ce sont cette fois les jazzmen de la capitale anglaise qui meurent un peu trop souvent et dans des conditions un peu trop suspectes. Au son du swing, du bop et de l'électro, Peter nous emmène dans les clubs enfumés de Soho, où magie et musique forment les deux faces d'un même penny

Mon avis: Tome 2 de la serie. Il peut être lu independamment mais je conseille quand même la lecture du premier tome, bon nombre de personnage ayant eu un vécu dans le tome précédent, il est préférable de connaitre ces événements pour une meilleure compréhension.

Cette fois encore, on suivra notre apprenti sorcier dans une enquête de police en lien avec des événements magiques. L'auteur reprend des personnages introduits précédemment (hormis les principaux, il sera ré-utilisé certaines divinités fluviales) et prend en compte les conséquence de l'aventure précédente (pour Lesley notamment).

Cette fois ci l'enquête n'est pas en lien avec les fleuves de Londres mais avec le Jazz (dont le père de Peter fut une figure). On y apprend aussi que Nightingale est le survivant d'un plus grand groupe de sorciers, sans entrer vraiment dans les détails l'auteur commence à évoquer l'histoire des magiciens et donc de Nightingale.

Enfin la dernière scène du livre est un parfait cliffhanger pour pousser le lecteur vers le tome suivant. A suivre donc...

Voir les commentaires

Aaronovitch Ben: Les rivières de Londres (Le dernier apprenti socier tome 1)

Aaronovitch Ben: Les rivières de Londres (Le dernier apprenti socier tome 1)

L'histoire: L'agent Peter Grant ne croyait pas aux fantômes, jusqu'au jour où un étrange personnage lui affirme avoir assisté au meurtre sur lequel il enquête. Un témoin providentiel... S'il n'était mort depuis plus d'un siècle !
Et Peter n'est pas au bout de ses surprises : recruté par l'énigmatique inspecteur Nightingale, il intègre l'unité de la police londonienne chargée des affaires surnaturelles.
Au programme, traquer vampires, sorcières et autres créatures de la nuit ; faire respecter les divers accords passés entre les forces occultes de Londres ; réconcilier les divinités qui se partagent la Tamise, sans devenir esclave de leurs charmes ; et bien sûr apprendre le latin, le grec ancien et une montagne d'incantations bizarres et pour le moins rébarbatives.
Peter doit en passer par là, s'il veut un jour devenir à son tour le dernier sorcier de Londres...

Mon avis: Pour qui sera familier d'urban fantasy ou de mélanges d'univers, les sensations de "déjà vu" seront récurrentes. Ici on s'magine dans Torchwood, ici dans X-Files, là dans Harry Potter ou sanctuary. D'ailleurs l'auteur n'hésite pas à évoquer certaines de ces oeuvres dans son texte.

L'histoire nous est donc contée par Peter Grant qui va se découvrir sensible à la magie et devenir l'apprenti d'un sorcier-policier en charge des êtres magiques de ce monde.

Au départ Peter dit ne pas croire à la magie et au surnaturel, pourtant il ne remet guère en question les révélations de Nightingale, ce qui m'a semblé un peu antinomique. Sinon la magie ressemble assez à Harry Potter (on apprend les sorts, on s'entraine à les controler, ils ont des noms dérivés du latin et les connaissances magiques sont gardées dans des livres écrits au fil du temps par d'autres magiciens) si ce n'est qu'il n'y a pas d'école mais simplement un apprentissage avec un maitre.

Les magiciens vivent dans un "manoir" avec une gouvernante étrange (on pense au manoir Wayne avec le brave Alfred ou à celui du Docteur Strange avec Wong).

Les créatures magiques, elles (celles de ce roman en tout cas), sont originales et très reliées à Londres. L'aventure d'ailleurs se déroule principalement dans les rues de Londres et nous font parcourir une partie de la capitale Britannique.

Un premier tome en demi-teinte pour moi: pas désagréable à lire, avec ses originalités, mais pas super enthousiasmant non plus. S'agissant d'un premier tome je vais continuer avec la suite, la mise en place de l'univers et des personnages ayant parfois pour conséquence de rendre les débuts de saga moins passionnants que leur suite.
 

Voir les commentaires

Waggoner Tim: Nekropolis (Matthew Richter, detective privé zombie)

Waggoner Tim: Nekropolis (Matthew Richter, detective privé zombie)

L'histoire: Matthew Richter est un privé pas comme les autres : il est déjà mort. Mais à Nekropolis, une ville peuplée de créatures surnaturelles, ce n'est pas un problème. Quand la belle Devona, une demi-vampire, le charge de retrouver un artefact volé, Matthew se lance dans une course-poursuite effrénée entre lykos, vampires, démons et autres métamorphes, pour la nuit la plus longue de sa... non vie.

 

Mon avis: Les détectives privés ont souvent été mis à toutes les sauces. Classique (Marlowe de Raymond Chandler ), fantasy (Garett de Glen Cook), SF...

Ici notre héros est un ex flic devenu Zombie qui exerce dans un univers parallèle (Nekropolis) peuplé de créatures fantastiques: métamorphes, vampires, démons...

Comme ses confrères humains, Richter a une jolie cliente qui le charge d'une affaire et finalement tout cela va mal tourner. Ok l'histoire est classique, racontée par le héros à la première personne comme il est habituel dans ce genre. Une intrigue pas baclée avec une vrai enquête et un coupable pas évident à démasquer pour le lecteur.

Ce qui rend l'ensemble original et digne d’intérêt c'est d'une part Nekropolis que l'on découvre petit à petit avec sa population et ses principes de fonctionnement.

D'autre part le personnage de Richter. Pour ceux qui connaissent il m'a fait penser à Hellboy de Mignola. Il a des pouvoirs (c'est un zombie donc quasi immortel, on peut lui arracher un bras, il avance toujours par contre il ne pourra jamais courir...c'est un zombie je vous dit!) mais en plus il trimbale tout un tas d'artefacts et de gadgets pour se sortir des situations les plus improbables (balles en argent, eau bénite et autres). L'auteur a même pensé à le menacer de décomposition s'il n’achète pas régulièrement un sort destiné à retarder l'échéance (un privé classique, il a juste des problèmes de facture ou de location à régler!)

C'est donc pour moi un polar "de genre" très correct dans un univers original et (à ma connaissance) pas encore vu dans ce genre. Univers soigneusement pensé en plus. Une très bonne surprise donc.

Voir les commentaires

Delalande Arnaud: Le piège de Lovecraft

Delalande Arnaud: Le piège de Lovecraft

L'histoire:

« J’ai lu le livre qui rend fou. Le Necronomicon. Et aujourd’hui ils m’ont enfermé. Qui que vous soyez, où que vous soyez, si vous tombez sur un exemplaire de ce livre démoniaque, croyez-moi : fuyez-le, brûlez-le – même si cela ne suffira pas à le détruire – mais par pitié : ne l’ouvrez pas…. »

David cherche à comprendre les raisons qui ont poussé un de ses camarades à perpétrer un carnage abominable sur le campus de Laval, au Québec. Retrouvant les œuvres récemment empruntées par cet étudiant, David se voit piégé à sont tour par les livres maudits, dont le fameux Necronomicon de l’écrivain H.P. Lovecraft … Pris dans l’univers du romancier, il bascule à son tour…

Mon avis: Le livre commence par un recueil de mail d'un patient de l'asile d'Arkham à Michel Houellebecq. Il est ensuite dédié: "A David Arnold Milaud".

C'est ce David qui va nous raconter son histoire. Comment de jeune universitaire normal il a été amené à découvrir la vie et l'oeuvre de HP Lovecraft, et notamment l'ouvrage (inventé) le plus célèbre de cette oeuvre: Le Nécronomicon.

Ce livre est écrit "à la manière de". L'auteur s'est très bien documenté sur Lovecraft et même si on connait ce qu'il raconte, on n'en n'est pas moins intéressé car cela valide son histoire comme une possibilité.

Le récit est lui aussi une bonne copie de ce qu'écrivait Lovecraft: Le récit d'un homme ordinaire poussé vers la folie au contact de révélation et de visions sur des choses insoutenables et inimaginables.

J'ai aimé ce livre et je sais pourquoi: si on consulte les sources de l'auteur publiées en fin de volume (livres de Lovecraft, films et jeux vidéos inspirés de son oeuvre) je les ai quasiment tous lus, vus ou joués. Je visualise donc parfaitement les ambiances qu'il décrit, je comprends ses références et même son parti pris d'intrigue, car ce sont des thèmes que je connais.

Il va même faire rencontrer à son personnage Stephen King qui s'est lui même intégré dans une de ses oeuvres (la tour sombre) jouant sur l'ambiguité des univers (l'univers littéraire et le réel sont ils distincts ou non?).

Tout cela est bien mené, le personnage lui même doute de sa santé mentale de la réalité de ce qu'il vit...

Alors vit-on dans le réel ou les romans que nous lisons ne sont ils en fait que des récits d'autres existences et non pas de pures fictions?

Si ces concepts vous intéressent, si vous aimez les récits de Lovecraft, ce roman est fait pour vous.

Si vous ne connaissez rien à l'univers de Lovecraft (et/ou de Stephen King) vous risquez de passer un peu à coté du récit

Mon seul bémol sera sur l'utilisation du vocabulaire "lovecraftien" (les choses innommables, les peurs indicibles et autres formules blasphématoires) qui parfois est employé de fort agréable façon dans le récit mais d'autre fois accroche l'oeil comme si on l'avait placée là pour "faire comme HPL".

A découvrir pour les amateurs de fantastique et de littérature d'angoisse, a essayer avec précaution pour les novices (vous aimerez peut être mais peut être pas), à éviter pour les puristes de HPL car ils trouverons surement l'oeuvre de leur maitre dénaturée.

Voir les commentaires

Signol Anthony: Miserabilis

Signol Anthony: Miserabilis

L'histoire: 3 "histoires courtes" seulement dans ce deuxième ouvrage:

REDEMPTION: Jack a un vice. Il traque les femmes et les prend. Il vole leur âme et leur chair. Ce soir, la chasse est ouverte, sa proie est terrorisée. Mais le crime, pour une fois, n aboutira pas. Parce qu une autre femme, une qu il n a pas choisie, une différente des autres, se met en travers de son chemin... Très vite, Jack prend conscience de l étendue de son pouvoir. Et lorsqu elle lui demande de commettre un acte encore plus effroyable, il ne peut refuser. 

GALICA: La tempête approche de Galica, petite base scientifique perdue au coeur de l Antarctique. Anna, biologiste, fait partie des six chercheurs nommés pour une mission de plusieurs mois. Un soir, un de ses collègues, victime d un accident alors qu il carottait la glace, rentre à la base grièvement blessé. Anna parvient à lui sauver la vie, mais quelque chose a changé en lui. 

ETERNITE:  Une détonation a provoqué un éboulement dans la galerie souterraine. Simon, jeune homme naïf, se retrouve enseveli. Pourtant, sa force et sa rage parviennent à l extirper de ce cauchemar. Lorsqu il se croit tiré d affaire, et qu il atteint enfin la lumière du jour, une surprise de taille l attend à la surface. Le monde a changé. Bien des choses ont disparu, et Simon se retrouve seul. Ou presque...

Mon avis: L'avantage avec les "histoires courtes" c'est qu'elles se lisent assez vite, permettant de se faire une idée de l'auteur avant qu'il ne s'en aille. Acheté le Vendredi, première histoire lue le soir même et dès le Samedi j'étais de nouveau devant le stand de l'auteur pour avoir mon deuxième volume et ma deuxième dédicace (Foire du Livre de Brive, ma carte bleu ne lui dit pas merci!!)

Pour résumer ce deuxième opus, je reprendrais les idées talentueusement développées dans la préface par Maud Mayeras:

Rédemption évoque les nouvelles fantastiques ou les séquences télévisées des "contes de la crypte" (présentées par une excellente marionette squelette ricannant de ses blagues funébres). Avec un coté "diabolique" et si pour une fois la fin me paraissait évidente, j'ai quand même été surpris par les motifs de la mystérieuse femme (et j'adore etre surpris par une histoire)

Galica évoque sans hésitation "the thing" de Carpenter avec son infection menaçant des scientifiques isolés dans une base arctique (et aussi un épisode d'X-files...)

Eternité n'aurait pas fait tache dans la fabuleuse série "Twillight Zone" ("La 4ième Dimension) avec son "twist ending" (retournement final) qui nous laisse songeur quand à la destiné du personnage.

D'excellentes références donc que reconnaitront les amateurs de (bon) fantastique. Pour ceux à qui cela ne parle pas forcément je résumerai ça par un simple: "c'est très bien, lisez les"

Un deuxième livre qui confirme le premier. Et un auteur vraiment prometteur.

Voir les commentaires

Signol Anthony: L'aube des fous

Signol Anthony: L'aube des fous

L'histoire: Pour une fois pas vraiment de résumé pour ne pas trop en dire. Il s'agit de 8 "histoires terrifiantes" d'une quarantaine de pages chacunes: 

HUITIEME ETAGE (dé)plaira aux phobiques des ascenceurs);

RENDEZ VOUS NOCTURNE vous fera hésiter à prendre la voiture le soir dans les bois correziens;

JUSTE UN CRI evoque un cas malheureusement banal de jeunes fétards victimes d'un accident de la route provoqué par trop de vitesse, d'alcool et d'inconscience;

ZONE 7 nous emmene dans le futur, à Limoges...et au delà;

LE SCULPTEUR est une histoire policière, la traque d'un sérial killer mais l'enquéteur en charge de l'affaire en sait plus qu'il ne veut en dire...

Mon avis: Anthony Signol est un jeune auteur corrèzien qui en est déjà à son deuxième recueil de "nouvelles" (entre guillemet car il préfère parler "d'histoires" plutot que de nouvelles en ce sens que chacun des tecxtes est bien une histoire avec début et fin et non une simple tranche de vie comme le sont parfois les nouvelles), chez un jeune éditeur Limousin (les ardents éditeurs).

C'est donc tout naturellement lors de la 33ème foire du Livre de Brive que je l'ai rencontré et me suis laissé tenter par son oeuvre.

J'ai déjà dit ici être peu habitué aux nouvelles (pardon Mr Signol: aux histoires courtes) même si j'ai eu ma période nouvelles de SF dans les recueil Astounding ou autres reprenant les nouvelles SF anglo saxones des années 60-70. De stephen King j'ai aussi lu quelques "histoires courtes" mais peu par rapport à ses romans. Et justement c'est de King (et de Dean Koontz) qu'Anthony Signol se revendique (du moins comme lecteur et amateur de) et c'est en "Stephen King Corrézien" que son éditeur le décrit sur le bandeau de son dernier livre.

Après lecture de ce recueil je pense qu'il y a bien une similtude. A partir de situations du quotidien, ou du moins assez familières au début, ses récits basculent peu à peu vers autre chose, plus surnaturel ou simplement inquiétant.

Pas besoin de faire appel aux créatures fantastiques à la mode (zombis, vampires ou autres lycanthropes), mais il suffit de mettre en place une atmosphère, ou mieux, de nous décrire les doutes du personnage central qui sent confusément que quelque chose cloche mais n'arrive pas à savoir quoi... du moins jusqu'au dénouement final. Et c'est alors le lecteur qui est invité à enquéter, à suivre la réflexion des personnages, à echaffauder des hypothèses.

Tout cela pour nous pièger à la fin, dans un dernier retournement de situation, jamais vraiment attendu.

En plus tout cela se passe dans la région, alors le lecteur Limousin y trouvera le plaisir de visualiser certains lieux.

Un jeune auteur à découvrir et un bon moment à passer avec son premier livre.

Voir les commentaires

Honaker Michel: Chasseur Noir

chasseur noir

L'histoire:

" ... D'anciennes légendes parlent de celui qui, pour avoir pactisé avec le Mal, se voit condamné à galoper chaque nuit à la poursuite des démons. Jusqu'à la fin des temps, il se doit d'accomplir sa traque, inlassablement.,. Telle est la malédiction du Chasseur noir. " Le maire assassiné par envoûtement, un adolescent qui s'adonne à des incantations... Depuis quelques semaines, New York est devenu le théâtre d'événements inquiétants. Alertés, le lieutenant Trevor Meredith et son stagiaire Bob Single mènent l'enquête. Mais ils n'y arriveront pas seuls. Ils ont besoin de l'aide du professeur Ebezener Graymes. Spécialisé en " Démonologie et Traditions anciennes ", il est également le nouveau régulateur des pratiques occultes, autrement dit le " Chasseur noir "...
Mon avis: Je connais l'auteur et la plupart des personnages car ils sont apparus dans une série publiée dans les années 90 par Fleuve noir  sous le titre "Le commandeur".
Ici l'action est ramenée dans les années 2000, et au lieu de mettre en scène un Graymes vieux démonologue et un Single inspecteur aguerri de la criminelle, elle ramène les personnages à leurs débuts : Graymes débarque à New York et Single est un simple inspecteur stagiaire.
Une sorte de préquel donc, et un style moins brut qu'il avait pu l'être dans la version 90' (qui avait des passages plus trash mais qui correspondait aux séries de l'époque où sexe et violence étaient à la mode).
C'est donc avec plaisir que je me suis replongé dans ces aventures de sorcellerie urbaine. Un roman vite lu, facile, mais bien construit et raconté avec aisance et talent par un auteur confirmé.
Pour ma part je regrette un peu "l'adoucissement" du récit type roman jeunesse car j'aimais bien ce style un peu plus cru qui à mon avis cadrait bien avec la sorcellerie, mais au delà du coté magique l'intrigue est correcte sans que l'on soupçonne directement le fin mot de l'histoire, la réalité étant habilement travestie jusqu'à la conclusion.
D'autres volumes, réécrivant  des épisodes parus précédemment ont été publiés... à suivre donc pour juger de leur réécriture...
Mais dans tous les cas Honaker est un auteur que j'apprécie. 

Voir les commentaires

Golden Christopher: Hellboy l'armée maudite

hellboy

L'histoire: 525 av. J.-C. : une armée dépêchée par le roi des Perses, forte de cinquante mille hommes, disparaît corps et biens dans une tempête de sable en plein Sahara. 1986 ap. J.-C. : une expédition britannique partie sur ses traces s'évanouit à son tour. Le Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal est saisi de l'affaire et envoie alors son plus illustre investigateur : Hellboy, le démon rouge ramené de l'enfer par les nazis et recueilli par les alliés. Sa mission : retrouver l'équipe disparue et élucider le maléfice qui règne en ces lieux. Ignorant les avertissements que lui adressent les morts eux-mêmes, Hellboy et ses compagnons vont se jeter dans les griffes de légions de morts-vivants et dans le piège dressé pour eux par le sorcier immortel qui dirige cette Armée maudite !

 

Mon avis: De christopher Golden je n'ai lu que l'excellent roman fantastique sur les aventures de Jack London chroniqué il y a peu ("Sauvage"). De Hellboy, j'ai lu l'intégralité des Bandes dessinées de Mike Mignola grace à mon collègue Crapullax (dont vous trouverez le Blog  de BD, Musique et jeux vidéo "Le Zine du Moi" référencé  dans mes liens) qui me les a prété. J'ai également vu les 2 films consacrés au fils de l'enfer.

D'après Mignola lui même, Hellboy est un aventurier du fantastique à l'instar d'un Doc Savage.

Bon, je deteste le dessin de Mignola, et je trouve certains de ses scénarii (tous?) trop simplistes: Helleboy arrive se castagne avec un monstre et gagne... (si si c'est à peu près toujours comme ça).

Ce qui est original dans les albums BD de Hellboy c'est les personnages et les monstres issus de mythologie connues ou moins connues (Russe par exemple) et de références aux entités lovecraftiennes comme les grands anciens.

En prenant ce livre en main, je pensais donc découvrir un roman fantastique à la hauteur de Lovecraft ou de Brian Lumley (cycle du Necroscope chroniqué dans ce Blog). Mais pas du tout.

Christopher Golden n'a malheureusement pas voulu trahir son ami Mignola. Golden sait raconter une histoire, décrire des scènes de façon détaillées. Mais on a un peu le sentiment de lire une BD de Hellboy (on a même les dessins de Mignola pour bien visualiser). Dommage, Golden introduit bien une histoire sentimentale pour le démon écarlate, mais c'est tout. De plus, il se focalise sur Hellboy sans faire intervenir le BPRD (Bureau de Recherche sur le paranormal pour qui travaille Hellboy) qui est un recueil de personnages tout aussi fascinant que Hellboy à mes yeux.

Le livre plaira donc sans doute aux fans d'Hellboy (voyez la critique de Crapulax), mais il m'a déçu... comme une BD d'hellboy.

Voir les commentaires

Holden Christopher et Lebon Tim : Sauvage

sauvage

 

Reçu en partenariat avec l'éditeur CASTELMORE et le site LIVRADDICT

Qu'ils en soient remerciés, la découverte de ce livre ayant été très positive (cf ma critique) ci-dessous un lien vers le livre et ses commentaires sur Livraddict

<a href="http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=56649"><img src="http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg" alt="Logo Livraddict" title="Fiche du livre sur Livraddict" /></a>

 

L'histoire: Jack, dix-sept ans, part à la conquête du Grand Nord pour devenir chercheur d’or. Plus intéressé par l’aventure que par la richesse, il espère se mesurer aux rigueurs du climat et affronter la nature sauvage. Mais Jack est loin de s’attendre aux obstacles qui se dresseront sur sa route : des hommes sans scrupules, prêts à tout pour faire fortune, et surtout des créatures redoutables qui incarnent ce que l’homme abrite de plus sombre en son cœur. Son animal totem, le loup, l’aidera à traverser les épreuves… pourvu que Jack reste en vie.

 

Mon avis: Au delà de la superbe et évocatrice illustration de la couverture, le sous titre "Les voyages de Jack London" nous précise d'emblé le thème de l'histoire: une épopée dans le grand nord avec l'auteur de "croc blanc" et de "l'appel de la forêt" (pour citer ses oeuvres les plus connues).

Mais ce n'est pas une biographie, plutôt une uchronie fantastique.

Comme les auteurs le précisent en postface, ils se sont inspiré du personnage de London (personnage romanesque par excellence puisque exerçant moult activités rocambolesque depuis l'enfance) et de ses écrits sur le grand Nord, prenant juste quelques libertés avec les dates et développant un coté mystique en prenant pour base les activités de médium de sa mère.

Et cela étant, nous voici partis avec le jeune Jack à la conquête de l'or du Yukon.

Jack y rencontrra des amis (dont Hal Sawyer qui se présente comme le conteur de ces aventures), de dangereux malfaiteurs et des créatures mystiques et mortelles comme le Wendigo (issue du folklore du grand nord Canadien).

 

Le roman débute comme un roman de London: le départ vers l'Eldorado, les espoirs de tous les chercheurs d'or venus chercher fortune, les dangers de la nature et du climat, les villes sordides...

Ensuite, les créatures mystiques entrent en scène et on plonge dans une aventure plus romanesque mais savamment présentée.

Ce livre se lit facilement et les auteurs savent captiver leur lecteur dans un astucieux mélange d'aventures classiques et de fantastique. Ces deux aspect en font un livre qui se dévore vite (il n'est pas énorme: environ 300 pages découpées en chapitres d'une quinzaine de pages chacun).

De plus, l'univers de London est là ce qui rappelera des souvenirs aux lecteurs de "croc Blanc" et fera peut être naitre chez les autres un désir de plonger dans les oeuvres de Jack London pour repartir dans les immensités vierges du Yukon... avant le prochain tome (car le sous-titre "les voyages de Jack London" semble indiqué que ce n'est que le début d'une série de romans)

Un roman à mettre entre toutes les mains (adulte ou enfant -pas les plus jeunes malgré tout, le Wendigo est une entité canibale quand même!!).

 

Voir les commentaires

Wellington David: 13 balles dans la peau (vampire story - 1)

13 balles

L'histoire: Selon les rapports officiels, tous les vampires sont morts. Un agent fédéral nommé Arkeley a trucidé le dernier dans les années 1980 à l'issue d'un combat qui a failli lui coûter la vie. Pourtant, lorsque Laura Caxton, de la police d'État, appelle des renforts en pleine nuit à la suite d'un contrôle de routine qui a mal tourné, le FBI décide de tirer Arkeley de sa retraite. Il est en effet le seul à savoir qu'un vampire a survécu: une femme, qui croupit dans un asile abandonné. Elle est conservée dans un état de faiblesse permanent, mais Arkeley la soupçonne de manigancer le retour en force des damnés. Lui aussi attend ce moment pour en finir une fois pour toutes. Et comme Caxton va vite s'en rendre compte, ils n'affrontent pas des créatures d'opérette, mais de véritables machines à tuer.

 

Mon avis: Peu fan de "bit-lit" (je ne suis pas trop dans la cible non plus il faut avouer), j'aurais hésité à acheter un tel livre d'autant qu'il est publié chez Milady, plutot éditeur de ce type de littérature dès lors qu'on parle de vampires.

Et puis j'ai lu ici et là de plutot bonnes critiques de ce livre, pas du tout bit-lit, plutot un peu gore et violent, et le trouvant à très bas prix dans un magasin je me suis laissé tenter pour quelques euros.

Alors qu'en est il?

Bit-lit? Non, c'est vrai. Pas de romantisme ni avec les vampire ni entre les personnages.

Gore? oui c'est gore, le sang gicle, les victimes sont démembrées...

De l'action? oui, plein plein plein c'est massacre sur massacre

En fait on se croirait dans un de ces jeux vidéo à la Resident Evil et consors où l'on avance de niveau en niveau, vidant ses revolvers sur du menu fretin jusqu'au Boss de fin de niveau. Le menu fretin ce sont les non-mort, des espèces de zombie à demi décomposés au service du vampire, et le Boss c'est le vampire, rapide violent et difficile à tuer.

Ok, c'est original, les vampires ne craignent pas les croix, l'ail et tout l'attirail habituel, ils ne sont pas de jeunes garçons séduisants mais des monstres assoifés de sang et répugnants. Mais à part ça... je me suis un peu ennuyé à suivre mes avatars du jeu...oh pardon, les personnages du livre, dans leur avancée sanglante de vampire en vampire.

Pour la structure de l'histoire, c'est  tout aussi classique: le vieux briscard veut initier une jeune recrue à la chasse au vampire, il est dur avec elle mais lui sauve la mise souvent. La encore plutot un classique dans le genre, on imagine bien un vieux clint eastwood initiant une jeune recrue aux méthodes de survie de l'armée ou de la police...

 

En somme, plein de lieux communs, trop d'action enchainée sans vraiment autre chose pour corser l'intrigue, très vite répétitif et donc assez ennuyeux.

Seul point positif pour moi la vision des vampire sans doute un peu originale elle.

A reserver aux fan de shoot them all

Voir les commentaires

1 2 > >>