Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Kerr Philip: La pâle figure

  pale figure

L'histoire: Septembre 1938. Tandis que la ville croule sous la chaleur, les Berlinois attendent avec anxiété l'issue de la conférence de Munich. Engagé par une riche veuve pour retrouver l'individu qui la fait chanter, le détective privé Bernhard Gunther se trouve plongé, lui, dans les méandres de la médecine psychiatrique moderne... avant de se voir contraint par Heydrich de prendre les rênes d'une enquête bien particulière : retrouver le tueur en série qui hante les rues de Berlin depuis quelques semaines, s'attaquant à des adolescentes. Mais s'il obtient le privilège d'être nommé « Komissar », Bernie est encore loin d'imaginer que son investigation le mènera au plus profond des coulisses du pouvoir nazi... là où même lui, le cynique que rien n'étonne, se laissera surprendre par « le criminel à la pâle figure »... Après le Prix du Roman d'Aventures 1993 et Le Masque de l'Année 1994, Kerr nous éblouit et nous terrifie une fois de plus avec son détective privé dans les affres du IIIe Reich.

Mon avis: Suite des aventures de Bernie Gunther qui cette fois revient dans les rangs de laKripo (police criminelle) qu'il avait quitté quelques années plus tôt. L'ombre de la jeune femme disparue dans le premier volume de ses aventures plane aussi sur cette enquête, ce qui est un habile lien bien exploité par l'auteur sans qu'il soit besoin d'avoir lu "l'été de cristal" pour comprendre cette deuxième enquête.

Si le précédent titre avait eu son titre original ("les violettes de Mars") traduit (trahi) par "l'été de cristal", celui ci a gardé une traduction fidèle du titre anglais même si c'est ici que la célèbre nuit de cristal concluera l'aventure (je ne spoile pas: c'est un événement historique). Et là encore l'auteur a su relier son roman à l'histoire et nous donner une explication personnelle de ce sinistre événement qui, si elle n'est pas attestée histriquement se révèle tout à fait plausible, ce qui démontre le talent de Philip Kerr dans l'exercice.

Tout comme dans le précédent volume, Bernie saura jouer son role de cynique insoumi, même en revenant dans le système; il aura à composer avec la politique et les personalités nazis du premier plan, et il sera aussi confronté à de sulfureuses femmes fatales.

Une suite à la hauteur du premier volume, toujours passionnante et prenante.

Voir les commentaires

Kerr Philip: L'été de cristal

ete de cristal 

L'histoire: Vétéran du front turc, ancien de la police, Bernie Gunther, trente-huit ans, est devenu détective privé, spécialisé dans la recherche des personnes disparues. Berme ne se plaint pas. Les disparitions sont monnaie courante à Berlin, en 1936, et il ne manque pas de clients... Mais aujourd'hui, Hermann Six, le puissant industriel qui engage Bernie, ne cherche pas à trouver sa fille : celle-ci a été assassinée chez elle, ainsi que son mari. Non, ce qui intéresse Herr Six, ce sont les bijoux qui ont disparu du coffre-fort... A la veille des Jeux Olympiques, tandis que les S.A. se chargent de rendre la ville « accueillante » aux touristes attendus, Bernie se met en chasse. Et cet été-là, l'ordre nouveau qui règne sur l'Allemagne va se charger de faire voler en éclats le peu d'illusions qui lui reste... Le Grand sommeil au coeur de l'Allemagne nazie par le plus novateur et le plus prometteur des jeunes romanciers britanniques couronné par le Prix du Roman d'aventures

 

Mon avis:

Ce roman est à la frontière de 2 genres: Son contexte (l'Allemagne des années 30 en pleine avenement du nazisme, à la veille des jeux olympiques) pourrait le mettre dans celui des polars historiques. Mais je pense que globalement il est plus à prendre comme un roman noir, un polar "hard boiled" comme ceux de Raymond Chandler.

 

Car le héros de Kerr: Bernie Gunther, est détective privé. C'est aussi lui le narrateur, nous racontant son enquête tout en décrivant son environnement et les prémisces de ce que l'on connait (les JO mis en scène à la gloire du fuhrer, le début des purges dans le pays et le premiers KZ - camps de concentrations- tristement célèbre de Dachau).

A l'instar du Philip Marlowe de Chandler confronté à la Californie noire de cette époque avec une police violente et corrompue, Gunther va, lui, devoir composer avec un pays se transformant sous la houlette autoritaire du national socialisme. Loin de l'image florissante du renouveau allemand imposée par la propagande, corruption et arbitraire s'y disputent le haut du pavé et les simples citoyens essaient tant bien que mal de s'accommoder de la nouvelle donne politique.

Le titre original du livre qui se traduit par "les violettes de Mars" reflete un de ces aspects, ce surnom péjoratif désignant les opportunistes ralliant tardivement le parti au pouvoir pour atteindre leurs ambitions.

Comme tout roman de ce genre, le personnage du privé est honnete, desabusé, alcoolisé parfois, tombeur de belles filles peu farouches.

Gunther est un ancien combattant de la premiere Guerre Mondiale, décoré mais pas un héros ("ils decoraient tout le monde à ce moment là", dit il pour expliquer sa croix de fer), inspecteur à la Kripo (police criminelle) de Berlin mais démissionnaire face aux purges naissantes pour devenir détective spécialisé dans les disparitions ("et en ce moment ce n'est pas ce qui manque, surtout si vous etes juif").

Son enquête va l'ammener à cotoyer des figures connues de l'époque (Nebe, Goering, Heydrich, Himmler..) et va nous révèler beaucoup des basses tractations qui se déroulaient en arrière-plan de la scène politique (appui des industriels, guerre des polices, lutte d'influences entre dignitaires nazis, corruption). Le tout dans des descriptions précises du Berlin d'avant guerre.

Le seul reproche que je ferais au livre est une fin d'enquête dans les sinistres KZ qui me parait plus etre là pour nous décrire la vie dans ces camps (intéressante au demeurant) que vraiment nécessaire à la conclusion de l'histoire.

Cela reste malgré tout un très bon roman qui peut satisfaire tout à la fois les amateurs de romans policiers (historiques ou non, car l'enquête est parfaitement racontée) que ceux de romans noirs et de personnage de privé des années 30 qui retrouveront le personnage type dans un arrière plan qui change de l'Amérique traditionnelement représentée dans ce genre d'histoire.

Un excellent début pour Bernie Gunther donc. 

Voir les commentaires