Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Gemmel David: Rénégats

 

L'histoire: Il était une fois les Chevaliers de la Gabala, légendaires protecteurs des neuf duchés. Leurs cœurs étaient purs; leurs armures brillaient d'un éclat incomparable. Ils étaient plus grands que des hommes, plus puissants que des princes. Pour combattre les forces des ténèbres, ils ont accepté de franchir un mystérieux portail. Ils ne sont jamais revenus.
Depuis, le meurtre et la magie noire ont envahi les duchés. Les rumeurs courent: le Roi a été envoûté et son âme est morte. Et face au danger, le seul espoir est entre les mains d'une poignée de mercenaires, voleurs ou artisans, renégats sans attaches et sans foi ni loi...

 

Mon avis: Un excellent Gemmel.

 Comme d'habitude avec cet auteur, c'est du héros grand fort et viril, mais l'histoire est bien construite et le "pitch" est accrocheur: comme les gentils chevaliers du royaume ont disparu, qui va le défendre?

Il faudra peut etre se contenter d'une bande de renégats!!!

Alors où et comment ont ils disparus? quel danger menace le royaume? et comment en venir à bout? Pour le savoir il faudra lire ce livre (le révéler gacherait votre plaisir).

Les personnages ne sont pas stéréotypés, il y a des surprises, des situations originales (l'armure impossible à oter par exemple). Le destin de 9chevaliers, les chevaliers de la table ronde vus par Gemmel? pourquoi pas.

Voir les commentaires

Eisler Barry: Tokyo Blues

eisler 2

L'histoire: Tokyo. Sa nuit, ses néons, ses bars à hôtesses et ses quartiers traditionnels qui résistent si péniblement à l'appétit insatiable d'une société corrompue. Pour un tueur à gages comme John Rain, contraint à la solitude, la ville est souvent sa seule amie. Malgré cet attachement, la prudence lui impose de disparaître : un dernier contrat, et cap sur le Brésil. Mais le passé resurgit toujours quand on veut s'en défaire le plus : Tatsu, ennemi d'hier devenu un ami, Harry, hacker ensorcelé par une fille trop belle pour lui, Midori, jolie pianiste en quête de vérité, et, bien sûr, la CIA et la mafia japonaise semblent s'être concertés pour obliger John à différer sa retraite. Pas question de partir avant l'exécution d'une dernière mission. Il va devoir affronter Murakami, un tueur particulièrement pervers, ainsi qu'un adversaire jusqu'alors inconnu : la peur...

 

Mon avis: la suite des aventures de John Rain.

Si vous avez aimé le premier (la chute de John R) vous aimerez cette suite. Equivalente en terme d'action de suspens de réalisme, elle apporte d'autres détails sur le héros et enrichi la galerie de personnages gravitant autour de lui. Et toujours cette fatalité qui s'acharne sur lui: il veut partir mais les "formalités" avant de partir se passent moins bien que prévu. Et toujours cette immersion dans la vie d'un homme vivant sans cesse dans un univers violent et dangereux, avec sa paranoïa vitale..

Toujours du grand art.

Voir les commentaires

Eisler Barry: la chute de John R

eisler 1

 

L'histoire: A Tokyo, John Rain est tueur à gages. Mi-américain, mi japonais, ancien du Vietnam et ex-membre de la CIA, il a fait table rase de son passé pour se fondre dans la foule japonaise et " opérer " en toute tranquillité. Ses principes agir seul, ne jamais s'en prendre aux femmes et ignorer l'identité de ses commanditaires. Sa prochaine cible : un fonctionnaire du gouvernement. Mais John Rain est loin de se douter qu'avec ce contrat, son univers va basculer : il croise la route de Midori, une jeune pianiste de jazz pleine de charme et d'avenir... Dans le tumulte de la capitale nippone dominée par la corruption, ses ruelles bondées, ses bars enfumés, dans ses night-clubs envoûtants, John Rain va devoir affronter tous les fantômes qui le hantaient et qu'il croyait disparus à Jamais...

 

Mon avis: Excellent

J'ai un parti pris positif bien sur: je m'interesse au Japon et je suis fan de romans avec ce type de personnage.

Mais malgrès tout il y a vraiment tout pour plaire au plus grand nombre: un personnage principal original (métis, pris entre ses anciens patrons de la CIA et du gouvernement japonais et ses nouvelles obligations de tueur à gage) des situations traitées avec réalisme (l'auteur est un ancien employé de la CIA qui a vécu au Japon, un récit bien construit qui tient en haleine...

Une réussite dans ce genre de roman.

Ce premier contact avec John Rain est un excellent contact.

Et pour le fun le titre en VO: Rain Fall (la chute de john R comme le dit le titre français mais aussi la chute de la pluie)

Voir les commentaires

McCammon Robert: L'heure du loup

heure du loup

L'histoire: Michael Gallatin est un as de l'espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou.
Capable de se transformer à la vitesse de l'éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà donné un aperçu de ses talents en Afrique contre Rommel. Il doit maintenant s'acquitter de la plus dangereuse et de la plus délicate des missions : découvrir qui se cache derrière l'opération « Poing d'Acier », le mieux gardé des plans secrets nazis.

 

Mon avis: Tout ce que j'aime: une ambiance un peu "à l'ancienne" où se mélent des nazis, du surnaturel, de l'espionnage... A l'instar de la série du Nécroscope de Lumley ou de Hellboy (les films ou les BD) , ici McCammon nous plonge dans un récit mi "réaliste" (un espion durant la seconde guerre mondiale) mi fantastique (l'espion en question étant un loup garou). Et outre la mission actuelle de Gallatin nous découvrons ses origines et la vie de la "communauté" lycanthrope. Comme Lumley qui revisite le mythe des vampires, McCammon réussi lui aussi son approche des loup-garou

Un livre plaisant bien écrit avec un talent de conteur indéniable.

Voir les commentaires

Lumley Brian: Les Origines (nécroscope 3)

necroscope 3

 

L'histoire: Au-delà de la mort ? La damnation éternelle !
Les montagnes de l'Oural en Russie dissimulent une porte surnaturelle. Des scientifiques soviétiques et des experts, dans une base militaire secrète, étudient la porte et les créatures maléfiques qui en surgissent dans l'intention d'exterminer l'humanité.
Quand Jazz Simmons, un agent britannique chargé d'infiltrer cette base, est capturé par l'ESPionnage du KGB et contraint de franchir la porte, son dernier message avertit Harry Keogh, le Nécroscope, que les vampires se préparent à une invasion massive.
Harry n'a pas le choix : il doit frapper le premier et porter la guerre des humains contre les vampires sur les propres terres de ces derniers. Mais son don spécial sera inutile là-bas : à quoi bon appeler à l'aide les morts, dans un monde où rien ne meurt jamais, où hommes, femmes et enfants deviennent les serviteurs morts-vivants des Wamphyri ?

 

Mon avis: Une troisième fois, Lumley change de récit. Et comme dans le deuxième tome, Harry Keogh n'est pas le principal sujet du livre, il n'apparait d'ailleurs que dans la deuxième partie. On débute avec l'agent Simmons infiltré en Oural qui va découvrir la porte ouverte sur le monde d'origine des Vamphyris; puis le roman prends des allures de roman d'aventure à l'ancienne comme "le monde perdu" quand Simmons est envoyé sur ce monde nouveau et dangereux qu'il va devoir découvrir et comprendre. Enfin, Harry viendra le chercher et sera confronté à quelques surprises.

Ce roman peut surprendre les fans des deux premiers. Le récit comme je l'ai dit précédemment fait parfois penser aux vieux récits d'aventure alors que les précédents étaient davantage vieux romans d'espionnage matiné de fantastique ou carrément vieux roman d'horreur. Le préfixe "vieux" n'étant pas péjoratif car si les récits rappellent d'anciens romans (plutot années 60/70) ils sont néammoins bien écrits et innovants.

Toutefois, pour les lecteurs accrochés par l'univers "vamphyri", on découvre ici leurs origines et leur mode de vie dans leur monde natal, ce qui en fait une bonne suite des deux premiers.

Pour ma part je l'ai apprécié et je reste admiratif sur la capacité de l'auteur à se renouveller en gardant des personnages et des créatures récurentes d'un roman à l'autre. Que réserve la suite? j'espère le découvrir rapidement (ayant du attendre de nombreuses années entre les trois premiers tomes)

Voir les commentaires

GEMMEL David: LEGENDE

legende

L'histoire: Ulric est le chef de guerre qui a su pour la première fois rassembler les sauvages tribus nadirs sous un même étendard. Il poursuit avec son immense armée l'implacable extension de son nouvel empire. Druss, guerrier vétéran, est une légende, il a été de toutes les campagnes au temps de son âge d'or. Aujourd'hui au terme de sa vie, il reprend une dernière fois les armes pour sauver l'honneur de sa patrie.

La rencontre de ces deux héros de l'Histoire, passée et à venir, à Dros Delnoch, forteresse mythique jamais tombée, va bouleverser la vie et la destinée de milliers d'hommes.

 

Mon avis: Vous avez aimé "Fort Alamo" ? voir une poignée d'hommes inférieurs en nombre tenir désespéremment une forteresse face à l'immense armée Mexicaine? Des hommes ordinaires qui transcendent leur condition et se battent aux cotés de "légendes" que sont Davy Crockett et Le Colonel Bowie...

Légende c'est cela transposé dans un univers de Fantasy. L'armée Nadir fonce sur l'empire Drenaï qui après trop de paix a demantelé son armée. Seule la forteresse de Dros Delnoch se dresse sur leur passage. Celui qui la dirige est mourant et fait appel à sonvieux frère d'arme Druss -devenu une légende vivante lors d'une bataille passée. Mais si Druss accepte, il est vieillissant lui aussi, moins fort qu'autrefois et surtout les paysans armés qui doivent tenir la forteresse sont trop peu et pas entrainés.

Qu'importe comme dans tous les romans de Gemmel, chacun va se battre courageusement, voire héroïquement.

Le livre ne se contente pas de décrire la bataille, il y a la préparation, les ruses employées pour faire face au déferlement des Nadir. Il y a aussi quelques luttes de pouvoir, des traitrises et un soupçon de magie.

Globalement un grand roman épique.

Quelques petits bémols: l'utilisation de termes un peu trop contemporains qui font tache dans un univers "médieval" (quand on explique que "les atomes..." par exemple, je doute que la science de l'infiniement petit soit très développé dans ces temps là); et une fin dont le dernier "happy end" etait inutile à mon sens.

Toutefois, c'est épique, facile à lire, plein de combats et de prouesses, voire d'émotion lors des inévitables pertes de bien des personnages.

Voir les commentaires

Bello Antoine: LES ECLAIREURS

les eclaireurs

 

Reçu dans le cadre de l'opération "masse Critique"Livres contre critiques

 

L'histoire: C'est l'histoire de Sliv, agent spécial du CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui veut comprendre pour quoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, qui tente d'influer sur l'histoire des hommes, et dont l'existence est brutalement remise en cause un certain 11 septembre 2001. C'est l'histoire de Youssef, tiraillé entre sa foi et son amitié ; de Maga, jeune femme moderne que son mariage précipite dans une famille d'intégristes ; de Lena, dont la rivalité professionnelle avec Sliv cache peut-être des sentiments d'une autre nature. C'est l'histoire d'une grande nation, l'Amérique, qui trahit ses valeurs quand le monde a le plus besoin d'elle. C'est, d'une certaine façon, l'histoire du siècle qui vient.

 

Mon avis: J'avais été attiré par le quatrième de couverture du précédent roman de Bello les falsificateurs (ce fameux CFR qui aurait falsifié notre histoire) mais uclassiqene trop grosse pile à lire m'a fait repousser l'achat de celui-ci et j'ai donc lu les éclaireurs sans avoir pu lire sa "première partie" avant.

De ce fait 2 conséquences:

1- si l'éditeur a ajouté un résumé au début de ce livre nous permettant de faire un rapide point sur le passé de Sliv et du CFR, je reste sur ma faim quand aux méthodes employées pour travestir le réel (qui seraient plus détaillées dans les falsificateurs que dans ce volume si j'en crois les critiques lues ici et là)

2- un résumé rapide est un peu restreint pour s'attacher aux personnages (Sliv et ses amis du CFR) rendant leurs aventures peut être moins passionnantes.

 

Toutefois, j'ai lu ce livre  sans avoir à me forcer. Une histoire bien présentée dans un style très agréable. Ici, après une première partie reprenant le concept du CFR (comment faire entrer un pays dans l'égide de l'ONU en travestissant la réalité), le coeur du livre est plutot sous tendu par la responsabilité (ou non) du CFR dont les agissements passés ont peut être conduit aux attentats du 11 septembre et à la guerre en Irak qui en a découlée. Le CFR est il responsable et si oui, se dénoncer, se révéler au grand jour permettrait il de rétablir la vérité? Le dilemme de Sliv sera de trouver quel est le but du CFR, et de décider de l'avenir de l'organisation.

Un coté prenant avec ce "et si..." que j'aime bien en général (et si Ben Laden et Al Quaïda n'étaient que le résultat d'une manipulation? et si les américains étaient meilleurs manipulateurs que les soi-disant manipulateurs dans leur gestion du 11 septembre?...) et une réflexion sur les conséquences des manipulations

Un regret: l'explication de la génèse du CFR que je trouve peu crédible et fort peu exlicative (comment est on passé de l'organisation des origines à un concept de manipulation du réel? Pourquoi? l'auteur ne l'explique pas).

Une bonne idée de départ, un récit bien mené, des concepts bien analysés. Je pense que la lecture préalable des Falsificateurs enrichirait la lecture de ce deuxième livre qui est plus une "deuxième partie" qu'une suite.

 

Voir les commentaires

Baldacci David: LE CAMEL CLUB

camel club

 

L'histoire: Le Camel Club: Derrière ce nom, quatre aventuriers vieillissants revenus de tout. Leur mission : placer les autorités des États-Unis sous surveillance. Une nuit qu'il s'apprête à se réunir, le quatuor est le témoin involontaire du meurtre d'un certain Patrick Johnson, agent du NIC, le tout-puissant service du contre-espionnage. Se refusant à contacter la police, les hommes du Camel Club mènent leur propre enquête. Pourquoi les autorités s'empressent-elles de conclure à un suicide ? Qui cherche-t-on à protéger derrière les assassins de Johnson ? Et s'il s'agissait du plus grand complot de l'histoire des Etats-Unis ? Par un maître du suspense, un thriller ambitieux dans la mouvance post-11 Septembre, une plongée dans les rouages de la machine politique américaine.

 

Mon avis: Le titre français est (pour une fois) parfaitement conforme au titre original, et pourtant ce fameux Camel Club n'est pas vraiment le sujet ni le centre du livre.

C'est en effet une introduction, une présentation de ce club des "gentlemen extraordinaires": Des personnages experts dans leurs domaines mais marginaux et marqués par leur passé, qui ont en commun une grande méfiance dans l'état et les hommes qui les gouvernent.

Leur route va croiser celle d'un agent du Secret Service, Alex Ford, qui serait plutôt le "héros" du livre.

Le 3ème ingrédient étant l'intrigue elle même: un habile montage visant à organiser un attentat spectaculaire contre le président des Etats Unis.

Excellent récit, bien dosé, machiavélique...pendant les 400 premières pages. Et là, petite déception, 80 pages de conclusion hative enchainant des scènes "d'action" minimalistes et des révélations trop rapidement expédiées. Dommage.

Le "Camel Club" après cette présentation a je crois repris du service dans un autre ouvrage de Baldacci. N'étant ni complétement convaincu ni complétement déçu je pense lui laisser une deuxième chance car les trois quart de ce livre étaient très prometteurs.

Voir les commentaires

Lumley David: VAMPHYRI (Le Nécroscope 2)

necroscope 2

 

L'histoire: (mon résumé perso afin de ne pas trop en dire) Harry est mort (enfin pas vraiment mais un peu...les lecteurs du premier tome comprendront) c'est donc son fils qui doit affronter les vampires. Une famille de vampire, devrais je dire une "ruche" prete à envahir le monde. Heureusement harry junior pourra compter sur l'aide de papa.

 

Mon avis: Après nous avoir présenté Harry, les vampires et la lutte des ESPerts dans le premier tome, Lumley nous décrit ici la renaissance des vampires. C'est je pense le coeur du livre: le récit de la formation de nouveaux vampires qui vont à la fin menacer la vie du fils de Harry. Une ambiance un peu différente du premier tome, plus proche de la "saga" familiale (une "famille" un peu particulière toutefois) que du récit "espionnage/ guerre froide" du tome 1. Et toujours un récit original, prenant, surprenant sur les rebondissements et les pouvoirs d'un nécroscope...

Différent et pourtant équivalent au premier tome. Je le recommande avec le même enthousiasme.

Voir les commentaires

Coben Harlan: Mauvaise base

mauvaise base

 

L'histoire: Une île privée des Caraïbes, une bombe sexuelle pour compagnie : le célèbre agent sportif Myron Bolitar met tous les atouts de son côté pour oublier ses dernières mésaventures. C'est le moment que choisit Win, richissime sociopathe et néanmoins meilleur ami pour débarquer : Esperanza, l'associée de Myron, est accusée d'avoir assassiné une star du base-ball sur le déclin. Myron décide de prouver son innocence. Seul problème : elle ne veut pas de son aide. Mais Myron n'est pas du genre à renoncer. Sa propre investigation le conduit vers un bien étrange suspect : lui-même...

 

Mon avis:  Déjà lecteur de plusieurs Coben, je suis par contre novice sur sa "série" mettant en scène Myron Bolitar, agent sportif et surtout détective amateur. Alors, commencer par ce volume est sans doute un peu handicapant, dans la mesure ou plusieurs personnages semblent récurents. De ce fait beaucoup de détail sur eux ou leur passé doivent me manquer. Mais le livre était un cadeau, donc je me suis lancé.

Tout d'abord, l'histoire est assez différente de celles que nous content habituellement Coben dans ses "récits complets". Ici ce n'est pas un homme ordinaire aux prises avec un mystère issu de son passé. C'est une sorte de détective amateur, ex sportif de haut niveau reconvertit dans la profession d'agent de sportif qui est ammené à enquéter.

Ce récit m'évoque plus ces personnages d'enquêteurs improbables tels que le couple de milliardaire de la serie TV l'amour du risque, Avec un "style" lus proche du roman d'enquête: moins de suspens, plus d'humour au travers de certaines réparties ou de personnages hauts en couleur (comme Big Cindy).

Pas désagréable, au contraire on lit sans peine mais moins accrocheur que ses romans sans Bolitar. Et commencer en cours de série laisse aussi plein de questions sans réponses sur des allusions au passé des personnages récurents.

Voir les commentaires

1 2 > >>