Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

action

Camsell Don: En eaux troubles

Camsell Don: En eaux troubles

l'histoire: On les appelle les hommes en noir. En plongée, on ne les voit pas, on ne les entend pas. C’est leur furtivité qui fait leur force. Ce sont les soldats d’élite du Spécial Boat Service, l’unité d’élite de l’armée britannique spécialisée dans les opérations commandos en mer. Au cours de ses années en eaux troubles, Don Camsell a combattu sur tous les théâtres d’opération du globe, des déserts d’Oman aux collines de Port Stanley, du port de Gibraltar aux eaux noires des lochs écossais, de l’Irlande à l’Irak. Dans ce témoignage unique, Don raconte de l’intérieur la vie de cette unité qu’il a longtemps commandée. Il nous fait découvrir le quotidien de ces soldats triés sur le volet, dont la seule évocation fait frémir l’ennemi... Un témoignage exceptionnel sur une unité d’élite.

Mon avis: Le quatrième de couverture est clair: il s'agit du témoignage d'un ancien SBS qui va nous parler de son unité et de certaines opérations qu'il a mené au sein de ce service, équivalent maritime des plus connus SAS. Comme il est souvent de coutume dans ces ouvrages, l'auteur va nous expliquer que le SAS est un peu trop prétentieux et un peu moins efficace. 

Le récit de Camsell reprend des opérations datant des années 70 et 80, il date donc un peu. Pour avoir lu d'autres ouvrage sur ce service (par exemple celui de Duncan Falconer https://leslivresdemavie.over-blog.fr/article-33235502.html ) j'ai retrouvé des histoires, des incidents de plongée en sous marin...etc.

Mais contrairement aux autres livres écrits par d'anciens soldats des différentes forces spéciales, que celui là est mal écrit…

Autant le fond est intéressant, autant la forme est mauvaise, rendant le récit difficile à lire et à comprendre parfois, sans aucune transition, en résumant trop certains passages… 

A réserver aux amateurs qui voudraient en savoir plus sur les opérations passées du SBS

Voir les commentaires

McNab Andy: Force Brute

McNab Andy: Force Brute

L'histoire: Un cargo libyen intercepté par les autorités au large des côtes espagnoles se révèle rempli jusqu'au plat-bord d une cargaison d armes et de munitions suffisante pour déclencher une guerre... Vingt ans après, un inconnu semble vouloir éliminer l'un après l'autre les responsables de cet arraisonnement. Sa dernière victime en date a été cruellement torturée à la perceuse Black & Decker, avant de recevoir une balle dans la tête. Et Nick Stone ex-SAS, coriace, plein de ressources, impitoyable et solidement entraîné est le prochain sur la liste du tueur. La mèche est allumée... et Stone se retrouve embarqué dans sa mission la plus terrible dans une quête qui l'entraîne à travers deux continents et le ramène à Tripoli, dans les recoins les plus sombres d'un passé tortueux. Mais il lui faut tout d abord retrouver un homme impliqué dans ce passé et qui en sait sans doute beaucoup plus qu'il n'est disposé à le dire au sujet de ces menaces bien réelles pesant sur Stone.

Mon avis: Suite de couvre-feu où Stone sauvait son ami journaliste et faisait la connaissance de la veuve et de la fille du caméraman. Seul lui aussi, il décide de les inviter à passer Noël en Irlande dans la maison de campagne du journaliste. Mais très vite il comprend qu'on cherche à le tuer. Qui? des anciens terroristes de l'IRA en lien avec son passé SAS ou les services secrets anglais? Il va devoir interrompre ses vacances pour rechercher la vérité.

Comme toujours le roman débute avec un récit d'une opération du passé quand Stone était encore SAS et qui sera en lien avec la suite. Ici les pays étrangers que Stone devra affronter seront l'Irlande et la Libye. Dans un milieu d'espion plein de mensonges et de manigances. Échapper à ceux qui le traquent tout en recherchant la vérité et sans savoir a qui faire confiance.

Je trouve que le concept s'essoufle peut-être car je suis moins emballé par les romans, même si les qualités des précédents restent et que les scènes décrites paraissent vraiment réalistes.

 

Voir les commentaires

McNab Andy: Couvre-feu

McNab Andy: Couvre-feu

L'histoire: Alors qu'il travaille comme garde du corps en Irak, Nick Stone échappe de peu à la mort grâce à l'intervention du journaliste qu'il était chargé de protéger. Quand ce dernier disparaît mystérieusement quelques heures plus tard, Stone part à sa recherche. Sa piste le conduit successivement à Londres, à Dublin, et enfin à Kaboul, une ville aussi sombre que brutale où se croisent les intérêts d'insurgés, de mercenaires, de politiciens véreux et d'hommes d affaires. Le pays est en guerre, la capitale en proie à l'insécurité la plus grande, mais Nick Stone est encore loin d'imaginer les atrocités qui se déroulent dans les bas-fonds de la ville et qui ont entraîné la disparition de son ami journaliste.

Mon avis: Pour une fois le récit de l'époque passée (Afghanistan 1986) tient en quelques pages et ne sera pas déterminant pour la suite. Ensuite on bascule en Irak en 2007 où Nick Stone fait le garde du corps pour un binôme de journalistes ( 1 journaliste et son caméraman). On va les suivre dans leur travail dangereux, puis les problèmes arrivent, l'un est tué, l'autre disparait. Ayant noué une amitié avec eux, Stone va vouloir retrouver le disparu mais ce n'est pas si simple. Car le disparu s'est attiré des ennuis lors d'une enquête et les services secrets voudraient bien que Stone le retrouve...pour leur compte. Revoilà Stone aux prises avec ses anciens employeurs et il devra revenir a Kaboul.

Plus conforme aux premiers opus de Stone: magouilles d'espion et opérations secrètes. Efficace et comme toujours avec McNab une description réaliste des situations.

Voir les commentaires

McNab Andy: Hostiles

McNab Andy: Hostiles

L'histoire: lors qu'il se remet en Suisse d'une mission qui a coûté la vie à l'un de ses meilleurs amis, Nick Stone, ex-soldat des forces spéciales et vétéran des opérations clandestines, ne pense qu'à une chose : à cette fille qui a quitté son lit un beau matin sans dire au revoir. Et lorsqu'elle demeure introuvable, Nick comprend que sa lune de miel est achevée avant même d'avoir commencé. Sa piste le conduit en Afrique, à la fin d'une sale guerre qui fait rage au Congo. Mais le passé ne tarde pas à frapper à sa porte, et Stone se trouve entraîné une fois encore dans le monde sombre et brutal qu'il avait tenté de laisser derrière lui. Un ennui en entraînant un autre, sa quête, pourtant si simple en apparence, tourne au périple au cœur d'une conspiration épouvantable. Sans le savoir, c'est lui et sa jolie proie qui en détiennent la clé...

Mon avis: Suite des aventures du héros récurent de McNab, Nick Stone. Après avoir quitté le SAS, travaillé en employé Free-lance pour le MI6 puis pour le américains, il a quitté le domaine du renseignement. En vadrouille en Australie il a rencontré une jolie fille, aidé un ami et le voici en Suisse, chez le père de sa copine, un riche homme d'affaire. Mais voilà que la fille décide de partir au Congo pour aider ses amis d'un organisme humanitaire. Stone va partir la chercher et là encore retrouver des acteurs de son passé et devoir reprendre les armes.

Comme la plupart des romans de la série, il commence par une longue séquence du passé de Stone qui va nous présenter des personnages qu'il va retrouver ensuite. Ici, le Zaïre en 1985.

Opérations en Afrique, exploitation des populations pour l'extraction de métaux rares dont nous sommes grands consommateurs avec nos portables et tablettes que nous consommons comme des produits quasi jetables, sont des sujets intéressants et malheureusement connus. La seconde partie du livre va nous décrire le combat pour survivre d'une communauté retranchée face à des troupes d'enfants soldats drogués.

Plutôt donc un opus sur le combat moderne de position avec mitrailleuses lourdes, lances roquettes et explosifs. Moins de mystères sur des plans cachés ou mensonges d'état comme dans les premiers romans.

 

Voir les commentaires

Chris Ryan 1 jour 1 auteur article 27

Chris Ryan 1 jour 1 auteur article 27

Chris Ryan est né en 1961 au nord-est de l'Angleterre. À l'âge de 16 ans, il souhaite rentrer dans l'armée après que son cousin Billy, déjà au SAS, l'a invité à voir « ce que c'est d'être dans l'armée ». Encore trop jeune, il doit attendre d'avoir 23 ans avant d'intégrer le 23 SAS, un régiment de réserve, puis le 22 SAS d'active où il est formé comme médecin et tireur d'élite. Pendant sept ans, il participe à des missions avec son unité, y compris en Extrême-Orient et au Zaïre.


Durant la Guerre du Golfe de 1991, il est le seul membre de la patrouille Bravo Two Zero, dirigée par Andy McNab, à réussir à s'échapper d'Irak sans être capturé ou tué. C'est l'échappée la plus longue accomplie par un membre du SAS. En 1994, Chris Ryan quitte le SAS. Il est depuis auteur de best-sellers ayant pour contexte les missions du SAS.

 

Je n'ai pas découvert Chris Ryan avec un roman, mais - sans le savoir - en regardant une série télé:

Ultimate Force, est une série télévisée britannique en 21 épisodes créée par Rob Heyland et Chris Ryan, diffusée entre le 16 septembre 2002 et le 1er juin 2008 sur ITV.
Cette série a été diffusée en France à partir de 2005 sur France 4.

Elle suit la vie et les missions d'une unité SAS menée par un sergent un peu border line sur plusieurs saisaons (les saisons anglaises étant de quelques épisodes et non de 22 épisodes comme les séries américaines)

Puis après avoir lu Andy McNab, j'achetais le récit autobiographique de Ryan sur la mission Bravo Two Zero (Sa conclusion relatant le sort d'une partie du commando tandis que McNab relate le sort de l'autre partie du groupe fait prisonnier après leur séparation pour s'enfuir)

 


1995 – The One That Got Away (traduit sous le titre Celui qui s'est échappé, éditions Nimrod, 2005)
Guerre du Golfe, janvier 1991. À la veille des hostilités, huit membres d¹un commando britannique du SAS ­ l¹une des meilleures forces spéciales au monde ­ sont infiltrés en profondeur derrière les lignes irakiennes. Nom de code de la mission : Bravo Two Zero. Objectif : détruire les batteries de missiles Scud et saboter les réseaux de communication ennemis. Repérés par les forces irakiennes, coupés de leur base arrière et isolés dans une région qui connaît les pires températures depuis plus de cinquante ans, les huit hommes doivent se replier vers la Syrie. Trois d¹entre eux trouveront la mort, quatre autres seront faits prisonniers. Un seul réussira à rejoindre la Syrie : Chris Ryan. Celui qui s'est échappé.

Roman autobiographique de soldat. Sa vision de la mission en Irak et le récit d'un exploit individuel exceptionnel au final.


2001 – The Watchman (Nom de code : veilleur, éditions Nimrod, 2006)
En mission de sauvetage en Sierra Leone, le capitaine du SAS Alex Temple est rappelé de toute urgence à Londres. Sa mission : traquer un homme issu de leurs rangs responsable de l'assassinat de plusieurs dirigeants des services de sécurité britanniques, le MI5. L'homme devra être localisé, puis « neutralisé ».
En collaboration avec l'agent du MI5 Dawn Harding, aussi séduisante que glaciale, Alex Temple débute une chasse à l'homme impitoyable dont l'enjeu devient d'autant plus élevé que les meurtres se multiplient. Tout au long de cette course insensée, Alex Temple n'est sûr que d'une seule chose. Sur le champ de bataille des services secrets, les notions de bien et de mal n'existent pas. Il n'y a que la victoire, ou la mort.

Après celui qui s'est échappé j'ai voulu voir ce que Ryan donnait en auteur de fiction. Sans surprise son héros est du SAS et ce premier roman m'a déçu par rapport à ceux de McNab. Tout aussi réaliste sans doute mais moins enthousiasmant à la lecture. On est moins dans des opérations militaires, plus dans de la "sécurité intérieure", de l'espionnage.


2003 – Greed (Prise de guerre, éditions Nimrod, 2007)
Fiancé, heureux copropriétaire de bar, Matt Browning semblait avoir accompli sa reconversion civile. Mais des placements boursiers hasardeux menacent l'équilibre précaire de cet ancien du Special Air Service. Inutile de compter sur la patience de ses usuriers : la mafia russe ne fait pas crédit. Aussi n'hésite-t-il pas longtemps lorsque le M15, en la personne d'une splendide femme- agent, lui propose de réunir une équipe. Leur mission ? L'infiltration d'un cargo clandestin. A bord : dix millions de dollars destinés au financement d'Al-Qaida. S'ils réussissent, tous les bénéfices de l'opération leur seront reversés : s'ils échouent, les services britanniques nieront être à l'origine du projet. En haute mer, cinq hommes que rien n'arrête s'aventurent bientôt à la pêche au gros sans filet.

Cette deuxième lecture correspondait mieux à ce que je recherchais en terme d'action et m'a réconcilié avec l'auteur.


2000 – The Hit List (Cibles à abattre, éditions Nimrod, 2006)
Neil Slater, un ancien SAS poursuivi par son passé, est recruté presque malgré lui par "Le Cercle", une organisation gouvernementale très secrète qui a carte blanche pour protéger à tout prix, et par tous les moyens, les intérêts de l'Etat britannique. Intégré au sein d'une équipe d'agents du "Cercle", il est chargé de surveiller et de "neutraliser" une cible sur le territoire français. En toute illégalité. Mais l'intervention des services secrets serbes donne bientôt une tournure dramatique à cette mission. Ce qui n'était alors qu'une simple opération "homicide" se transforme en un combat pour la survie, en plein coeur de Paris. Manipulés, confrontés à des ennemis qui avancent à visages couverts, Neil Slater et ses équipiers du "Cercle" devront pourtant accomplir leur mission, ou mourir.

Toujours de l'action, du réalisme, à rapprocher des romans de McNab et développant les mêmes qualités.


    1996 – Stand By, Stand By (Stand By, Stand By, éditions Nimrod, 2008)
Temporairement rendu à la vie civile après la première guerre du Golfe, le sergent du SAS Geordie Sharp tâche de recoller les morceaux d'un mariage malmené. Las, la violence aveugle du terrorisme ne lui en laisse pas le temps : un attentat à la bombe, commandité par l'IRA, le prive de la mère de son enfant. Une raison de plus - et la pire - pour s'engager illico au sein du contre-terrorisme, chargé du ménage en Irlande du Nord. Dans cette course à la vengeance, de Belfast jusqu'à la jungle colombienne, la rage et la haine seront ses meilleures armes. Tiraillé entre la loyauté qu'il doit à son régiment et ses griefs personnels, Sharp saura-t-il entendre la voix de la raison ? "Stand by, stand".

Geordie m'a moyennement convaincu avec cette histoire de vengeance entrecoupée de missions sans aucun lien avec elle. Le rythme n'y était pas vraiment.


    1997 – Zero Option (Option Zéro, éditions Nimrod, 2009)
De retour d'une opération en Colombie qui a conduit à l'arrestation d'un haut responsable de l'IRA impliqué dans un trafic de drogue et d'armes, Geordie Sharp, sergent au 22e SAS, se voit confier deux nouvelles missions top secrètes par le ministère de la Défense britannique. Des opérations " grises ", a priori sans liens l'une avec l'autre, dans lesquelles le gouvernement niera toute implication en cas d'issue dramatique. A la tête d'une unité d'action subversive du Régiment, Geordie Sharp doit tout d'abord éliminer un haut dignitaire irakien réfugié en Libye. Sans laisser le moindre indice quant à l'identité ou à la nationalité des tueurs. De retour en Angleterre, il lui faudra aussitôt organiser l'assassinat d'un homme politique de premier plan. S'il échoue, son fils de 4 ans, kidnappé par l'IRA, sera exécuté. Pour le ministère de la Défense, cette deuxième mission représente une formidable occasion de tendre un piège à l'organisation terroriste. Mais pour Geordie Sharp, devenu le jouet de forces qui le dépassent, c'est un quitte ou double désespéré. Dans ce combat à mort, qui, du gouvernement britannique ou de Geordie Sharp, aura le dernier mot ?

Le résumé parait interessant, je continuerai donc à lire les aventures de Geordie, ce livre et ses 2 suites sont dans ma PAL mais pas encore lus.


    1998 – The Kremlin Device (Opération Kremlin, éditions Nimrod, 2010)
Envoyés à Moscou pour y entraîner la force Tigre, une nouvelle unité d'élite russe destinée à lutter contre la mafia, Geordie Sharp et ses hommes du SAS prennent leur mission trop à cœur et outrepassent leur rôle de simples instructeurs militaires. Confrontés à la mafia tchétchène dans une ville qui leur est inconnue, ils doivent rendre coup pour coup, mais également planifier la mission « grise » que leur a confiée leur gouvernement et qui représente la véritable raison de leur déplacement en Russie. Aux ordres de dirigeants pour lesquels la guerre froide n a jamais cessé d'exister, ils seront tenus d aller contre leur conscience et d'exécuter des ordres terrifiants dans un pays débordé par le crime organisé et l'instabilité politique.


    1999 – Tenth Man Down (Poussières d'Afrique, éditions Nimrod, 2011)

 

Entre temps j'ai retrouvé Chris Ryan à la télévision dans une adaptation de ses romans inédits en France:

Strike Back, est une série télévisée d'action et d'espionnage américano-britannique, diffusée depuis le 5 mai 2010 sur la chaîne Sky 1 (UK) et rachetée par Cinemax (US) à partir de la saison 2. Elle est adaptée des romans de Chris Ryan, ancien SAS, inspirés de ses années de service en tant que soldat de la Couronne.
 En France, la série est diffusée depuis le 10 juin 2012 sur Canal+ et à partir du 22 mai 2013 sur NRJ 12 ;


Après le départ des deux acteurs principaux en 2015 (après la saison 5), la production avait envisagé une nouvelle aventure sur grand écran mais finalement la chaîne Cinemax et les producteurs de Left Bank Pictures ont décidé de produire une sixième saison avec une distribution renouvelée en 2017.


La première saison met en scène les actions de John Porter, un ancien agent du Special Air Service et Hugh Collinson, un officier de la Section 20 des services secrets britanniques (le MI6). Tous deux participent à une opération bâclée à Bassorah, la veille de l'invasion de l'Irak en 2003, dans laquelle deux soldats anglais trouvent la mort. La saison 1 établit alors trois arcs narratifs de deux épisodes chacun, et qui prennent place 7 ans après les évènements d'introduction:


Saison 1 (UK):
Les deux premiers épisodes se concentrent sur l'enlèvement de Katie Dartmouth, une journaliste britannique, aux abords de Bassorah. Porter est redéployé pour la sauver. Les deux épisodes suivants prennent place au Zimbabwe, dont le gouvernement accuse le Royaume-Uni d'avoir orchestré une tentative d'assassinat sur le président Robert Mugabe. Porter est envoyé dans la prison où est détenu le tireur, un ancien soldat anglais, pour l'aider à s'échapper et échapper à son procès. Les deux derniers épisodes prennent place en Afghanistan et au Pakistan, où un hackeur est responsable de la mort de plusieurs soldats américains dans la province d'Helmand. Durant la série, un scénario parallèle suit les soupçons de Porter sur le véritable assassin des soldats morts à Bassorah en 2003.


Richard Armitage joue le protagoniste de la première série, John Porter, Après l'annonce de la deuxième série, Armitage a dû quitter le rôle, après s'être engagé à jouer le rôle de Thorin Oakenshield dans les films The Hobbit.
Dans la première série, Andrew Lincoln joue Hugh Collinson, camarade de Porter dans la mission de 2003 et patron de la Section 20


Saison 2 : Project Dawn (saison 1 : US) :
La deuxième saison ne comporte qu'un seul arc narratif s'étalant sur dix épisodes. John Porter est enlevé par le terroriste pakistanais Latif, qui prépare un projet secret dont le nom de code est Projet Aurore (Project Dawn). Porter étant l'un des deux seuls occidentaux qui pouvait identifier Latif, la dirigeante de la Section 20, la colonel Eleanor Grant, envoie le sergent Michael Stonebridge pour retrouver l'autre témoin, l'ancien membre de la Delta Force Damian Scott, qui se terre à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Nouveaux acteurs et cette fois les militaires seront un duo SAS/Delta Force (version américaine oblige je pense) Dans le role de Stonebridge Philip Winchester et dans celui de Scott sullivan Stappelton (que l'on retrouvera dans la série Blindspot et au cinéma dans 300: la naissance d'un empire)


Saison 3 : Vengeance (saison 2 : US):
Il s'agit de 10 épisodes reliant le même arc narratif et étant la suite de la saison 2. Scott repart en mission en Somalie pour sauver des otages, mais il est capturé. Stonebridge, qui a démissionné de la Section 20 afin d'être présent auprès de sa femme est instructeur dans les SAS. Il envisage de renvoyer une recrue, Jake Hanson, qu'il estime psychologiquement inapte en raison du syndrome de stress post-traumatique qui commence à apparaître, mais l'ancien SAS et frère de la recrue, Craig Hanson, le convainc de le garder. Plus tard, Stonebridge est obligé d'abattre Jake qui a sombré dans la folie et assassiné ses coéquipiers lors d'un exercice d'entraînement. Par vengeance, Craig assassine la femme de Stonebridge. Peu après, ce dernier part sauver Scott et ensemble ils évacuent les otages, mais ils vont devoir rapidement se mettre à la poursuite de détonateurs d'ogives nucléaires, qui sont convoitées par un certain Conrad Knox, riche homme d'affaires sud-africain et mécène pour l'Afrique qui engage le mercenaire Karl Matlock pour les récupérer, auquel se joindra plus tard Hanson.


Saison 4 : Shadow Warfare (saison 3 : US):
Bénéficiant de longues vacances méritées, Scott et Stonebridge sont aussitôt rappelés lorsqu'un de leur collègue est assassiné en essayant de trouver des informations sur l'insaisissable terroriste Al-Zuhari.
Dalton envoie Stonebridge & Scott, rejoints par une agent de la DEA, se mettre en chasse de cet insaisissable terroriste à travers la planète. Leur mission les conduira à découvrir qu'un de leurs ennemis est en fait un allié (de la CIA) infiltré depuis 10 ans dans les réseaux terroristes en liens étroits entre djihadistes, réseaux criminels russes et anciens terroristes de l'IRA. Ils découvriront l'un des pires projets d'attentats sur le sol européen depuis l'Opération Aurore.


Saison 5 : Legacy (saison 4 : US)
En mission à Bangkok, la section 20 se retrouve au milieu d'un piège visant à agrandir la puissance Nord-Coréenne avec l'aide de groupes terroristes.

Saison 6 : Retribution (saison 5 : US)
L'histoire de ce nouveau Strike Back racontera la traque d'un terroriste notoire à la suite d'une brutale évasion de prison. On suivra une unité chargée d'opérations de renseignements militaires secrètes et d'opérations à haut risque. Elle va se lancer dans une chasse mortelle, qui révélera un vaste réseau d'activités criminelles interconnectées, à travers le Moyen-Orient et l'Europe. Elle va aussi découvrir une conspiration qui menace de les submerger tous...

Nouveau casting avec Daniel MacPherson, Alin Sumarwata, Warren Brown


Saison 7 : Revolution (saison 6 : US)
Cette nouvelle saison voit la Section 20 enquêter sur le naufrage d'un bombardier russe en mer de Chine méridionale et la disparition de sa charge utile nucléaire

 

 

Voir les commentaires

Andy McNab 1 jour 1 auteur article 25

Andy McNab 1 jour 1 auteur article 25

Steven Billy Mitchell, connu sous le pseudonyme Andy McNab, est un ancien militaire et un romancier britannique, né le 28 décembre 1959 à Londres.

Andy McNab a été abandonné à sa naissance à l'entrée du Guy's Hospital, à Southwark. Jeune, il a des résultats scolaires médiocres et commet quelques délits. C'est à 16 ans, après être sorti de prison, qu'il décide d'entrer dans l'armée britannique.
Après avoir tenté en vain de devenir pilote, il est soldat dans le Royal Green Jackets. De fin 1977 à 1979, il est en poste en Irlande du Nord, au sud du Comté d'Armagh ; il est promu caporal pendant cette période.
En 1982 il échoue à l'entrée dans le SAS. Il le retente en 1984 et cette fois est accepté. McNab a travaillé à la fois dans le cadre d'opérations clandestines et officielles, dans le monde entier, incluant des opérations antiterroristes et anti-drogue au Moyen-Orient, Extrême-Orient, Amérique latine et Irlande du Nord. McNab a un entrainement de spécialiste en lutte antiterroriste, élimination de cibles, sabotage, armes à feu, tactique, surveillance clandestine collecte d'informations en environnement hostile, ainsi qu'en protection rapprochée. Il a pris part à des opérations menées en coopération avec des forces de police, des services pénitentiaires et des forces antidrogues occidentales, il a soutenu des mouvements de guérilla et des opérations spéciales conventionnelles.


Pendant la Guerre du Golfe, McNab commandait Bravo-Two-Zero, une patrouille SAS de huit hommes dont le rôle était de détruire les liaisons souterraines de communication entre Bagdad et le Nord-Ouest de l'Irak, ainsi que de surveiller les mouvements des Scuds dans la région. La patrouille a été envoyée en Irak le 22 janvier 1991 mais a vite été mise en danger et dû fuir à pieds vers la Syrie, le pays allié le plus proche. Trois d'entre eux meurent (deux d'hypothermie, le troisième est abattu) et quatre (dont McNab) sont capturés après trois jours de fuite. Le dernier, 'Chris Ryan', est parvenu à rejoindre la Syrie. Les quatre prisonniers sont relâchés le 5 mars, après six semaines de captivité. À sa libération, McNab souffrait de ses deux mains (nerfs endommagés), d'une épaule disloquée, de problèmes rénaux et hépatiques, ainsi que d'une hépatite B.
Il reprend le service actif après un traitement médical de six mois puis quitte le SAS en 1993.


Après son départ de l'armée, il écrit plusieurs livres relatant son expérience militaire, dont Bravo Two Zero  sur sa participation à la Guerre du Golfe et notamment concernant le rôle du SAS dans ce conflit.
Son premier roman, Manipulation (1998) retrace la violence et la sanglante brutalité de la guerre clandestine liée au statut politique de l'Irlande.
Andy McNab a su tirer de son expérience personnelle au sein du SAS un roman captivant, instructif où beaucoup de détails opérationnels, de scènes d'action pure et de situations politiques sont vraies. Le récit commence par l'exécution de trois terroristes présumés de l'IRA à Gibraltar.


Il est aussi coauteur, avec Robert Rigby, de la série de romans d'espionnage pour jeunes Danny Watts (Boy Soldier Series en anglais). Bien entendu l'un des personnages est un ancien SAS qui va "initier" le jeune Danny aux techniques du service, ce qui permet de les présenter aux lecteurs.


"Andy McNab" est un pseudonyme. Sa véritable identité, son lieu de résidence et son visage sont inconnus du public (à l'occasion de passages à la télévision pour son œuvre littéraire, son visage apparaissait flouté). Il faut savoir que sa tête est mise à prix par plusieurs organisations terroristes, à qui il a eu l'occasion de faire du tort pendant sa carrière dans l'armée.

Les éditions De fallois ont publié ses 5 premiers romans mettant en scène son héros récurrent Nick Stone. (1999 - 2004) Les 6 et 7 restent inédits en france, puis les éditions Nimrod ont publié les opus 8 à 12 entre 2008 et 2012.

J'ai donc rencontré Nick Stone dans sa première aventure

Manipulation:

En mission confidentielle aux États-Unis, l'agent secret anglais Nick Stone découvre son vieil ami Kev Brown sauvagement assassiné avec sa famille. Seule Kelly, sept ans, a échappé au massacre...
Et voici le redoutable professionnel du combat clandestin, accompagné d'une enfant traumatisée, tentant d'échapper avec elle à d'impitoyables tueurs. Au terme d'une éprouvante odyssée à travers l'Amérique et jusqu'en Angleterre, Nick mettra au jour un réseau de complicités entre les trafiquants de drogue, les terroristes de l'IRA et les services censés lutter contre eux. Mais à quoi bon savoir la vérité si l'on est mort ?

Les romans de McNab commencent toujours par une scène "officielle" une mission du passé de Stone, alors encore SAS ou travaillant pour le gouvernement anglais directement (pour le MI-5, le MI-6) ou indirectement (prêté aux américains lors de l'assaut de Waco). Puis vient le temps d'une mission officieuse qui va être le thème du roman. Dans Manipulation, Stone doit travailler seul pour enquêter sur la mort de son ami tout en préservant Kelly. Dans les suivants, pour payer des soins à Kelly il devient un opérateur officieux du MI-6, espérant qu'ils l'embauchent enfin officiellement mais contraint en attendant d'accepter des contrats officieux de leur part. Puis Kelly "disparaitra" et Stone essayera de refaire sa vie mais il sera toujours confronté à des anciens amis à sauver, d'anciennes mission qui reviennent impacter sa vie.

L'originalité de ces romans est leur authenticité: le héros  a des doutes, des peurs. Il sait qu'on ne peut pas se précipiter dans une pièce remplie d'ennemi en vidant un chargeur d'AK47 sans se faire abattre. En planque il emballe ses déjections pour ne pas laisser de trace. En mission il part avec un cathéter dans le bras pour faciliter la pose d'une perfusion en cas de nécessité... etc. Et surtout Stone est humain, il n'a pas toujours de la chance, il est blessé, il souffre, ses capacités sont altérées par les blessures... Des romans à lire pour qui est amateur de ces récits d'action et qui recherche plus de réalisme que dans les films classiques sur le sujet.

 

Voir les commentaires

Robert Ludlum 1 jour 1 auteur article 15

Robert Ludlum 1 jour 1 auteur article 15

Robert Ludlum, (1927-2001) , est un écrivain, un comédien et un metteur en scène américain. Il est surtout connu pour ses romans d'espionnage. Il a aussi écrit sous les pseudonymes de Jonathan Ryder et de Michel Shepherd.
Né en 1927 à New York, il a grandi dans le New Jersey. Il se destine très tôt au théâtre, mais attiré également par la carrière militaire, il s'engage avant sa majorité dans les Marines durant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, il reprend des études à l'université Wesleyenne, puis devient comédien et metteur en scène. À quarante ans, il se tourne vers l'écriture.
Son premier suspense, L'Héritage Scarlatti, publié en 1971, est immédiatement un succès et l'impose comme le maître du roman d'espionnage. Depuis, il a publié une série de romans qui sont autant de chefs-d'œuvre du genre.
Avant sa mort, il vivait dans le Connecticut avec sa femme. Grand voyageur, il aimait aussi séjourner dans les capitales de la vieille Europe où se situent nombre de ses intrigues. Il est décédé en 2001 à l'âge de 73 ans.
Il a écrit 26 romans d'espionnage et vendu 210 millions de livres de par le monde. Ses livres ont été traduits dans 32 langues différentes.
Robert Ludlum est décédé en 2001, mais l'exploitation commerciale de son nom, très porteuse, s'est poursuivie après son décès. Au départ, Gayle Lynds s'est chargée de récupérer, d'achever et de mettre au goût du jour des manuscrits non encore publiés de l'auteur. Puis, face à la raréfaction des manuscrits ou des synopsis exploitables, les romans posthumes de Robert Ludlum ne lui doivent rien du tout et paraissent désormais avec son nom en guise d'enseigne.


Ses propres romans sont donc (à raison d'un roman par an environ, certains sous un de ses pseudonymes):
1971 : L'Héritage Scarlatti (The Scarlatti Inheritance), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1985
1972 : Le Week-End Osterman (The Osterman Weekend), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1983
 1973 : Une invitation pour Matlock (The Matlock Paper), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1987
1973 : La Conspiration Trevayne (Trevayne), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1997
1974 : Le Secret Halidon (The Cry of Halidon), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1998
1975 : L'Échange Rhinemann (The Rhinemann Exchange), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1990
1975 : Sur la route de Gandolfo (The Road to Gandolfo), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1988
1976 : Le Duel des gémeaux (The Gemini Contenders), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1994
1977 : Le Manuscrit Chancellor (The Chancellor Manuscript), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1992
1978 : Le Pacte Holcroft (The Holcroft Convenant), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1986
1979 : Le Cercle bleu des Matarèse (The Matarese Circle), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1983
1980 : La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1980
1982 : La Mosaïque Parsifal (The Parsifal Mosaic), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1982
1984 : La Progression Aquitaine (The Aquitaine Progression), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1984
1987 : La Mort dans la peau (The Bourne Supremacy), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1986
1988 : L'Agenda Icare (The Icarus Agenda), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1989
1990 : La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1991
1992 : La Route d'Omaha (The Road to Omaha), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1993
1993 : L'Illusion Scorpio (The Scorpio Illusion), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1995
1995 : Les Veilleurs de l'apocalypse (The Apocalypse Watch), Robert Laffont, coll. « Best-sellers », 1996
1997 : Le Complot des Matarèse (The Matarese Countdown), Grasset, coll. « Thriller », 1999
2000 : La Trahison Prométhée (The Prometheus Deception), Grasset, coll. « Thriller », 2001
2002 : La Directive Janson (The Janson Directive), Grasset, coll. « Thriller », 2005
  

Une adaptation cinématographique de la série Jason Bourne a vu le jour :
    La Mémoire dans la peau est sorti en France le 25 septembre 2002.
    La Mort dans la peau est sorti en France le 8 septembre 2004.
    La Vengeance dans la peau est sorti en France le 12 septembre 2007.
    Jason Bourne : L'Héritage est sorti le 19 septembre 2012.
    Jason Bourne de Paul Greengrass est sorti le 29 juillet 2016.

D'autres films sont tirés des romans:

Le Week-End Osterman (par Sam Peckinpah) et L'Échange Rhinemann.

En 1985, John Frankenheimer adapte Le Pacte Holcroft avec Michael Caine dans le rôle principal.

Il existe également un feuilleton télévisé (en 2 parties) fait à partir de La Mémoire dans la peau et mettant en vedette Richard Chamberlain dans le role de Bourne et Jacklyn Smith (ex drole de dame) dans celui de Mary st jacques.

J'ai découvert Ludlum avec La mémoire dans la peau, à la bibliothèque municipale. Quittant le rayon des Fleuves noirs espionnage je trouvais ce plus gros livre dont le résumé m'attira. En voici le pitch (en tout cas le début pour ne pas spoiler ceux qui voudraient le découvrir):

La mémoire dans la peau:

Un homme est retrouvé grièvement blessé au large de Marseille. Soigné par un médecin, il se révèle amnésique, mais son corps montre des traces de chirurgie esthétique. Il décide de découvrir son identité en partant des indications trouvées dans un micro-film implanté sous sa peau. Bourne découvre peu à peu ses talents : il connaît plusieurs langues étrangères, sait se battre et possède une grande capacité à se travestir et assumer des rôles.
À Zurich, il se rend dans une banque où il a accès à un compte en banque très bien fourni. Poursuivi par de mystérieux tueurs à la solde de Carlos, un tueur à gages mondialement réputé, il rencontre la femme qui deviendra sa complice et son amante, une experte canadienne en finances internationales nommée Marie Saint-Jacques. Ensemble, ils fuient pour Paris, où Bourne croit qu'il trouvera une réponse à sa quête.
Les confrontations vécues par Bourne alertent la CIA, plus précisément les membres de Treadstone 71, une branche clandestine qui s'est donné pour but de détruire Carlos...

Ludlum écrira 2 suites à ce roman, moins intéressante à mon sens, le mystère de l'identité de Bourne n'existant plus. L'adaptation au cinéma est réussi, bien que s'écartant un peu du roman. L'adaptation télé avec Richard Chamberlain est plus proche du roman mais moins efficace et un peu ancienne maintenant.

Bourne n'est pas la seule réussite de Ludlum. J'ai également bien apprécié:

La mosaïque Parsifal:

Michael Havelock est un agent secret au service des États-Unis. Au début du roman, il assiste à l'exécution d'une femme, sa partenaire de missions et l'amour de sa vie, Jenna Karras. Alors que se déroule l'exécution sur une plage située sur la Costa Brava, le lecteur apprend que Karras est un agent double travaillant pour les Soviétiques. Pire, elle appartient à un réseau qui entretient le terrorisme mondial.
Après cette opération, Havelock quitte les Opérations consulaires, une branche du Département d'État des États-Unis (le ministère des Affaires étrangères américain), et voyage dans différentes capitales européennes. Il veut les visiter en plein jour, lui qui les a surtout vues de nuit lors des différentes missions pendant les 16 dernières années. À Athènes, Pyotr Rostov, un des principaux officiers du KGB, lui tend un piège pour l'obliger à discuter. Pendant la discussion, orageuse, Rostov nie que Karras ait été à la solde du KGB, mais Havelock ne peut le croire. Plus tard, à Rome, il voit Jenna dans une gare. Elle s'enfuit, effrayée, alors que lui tente de la rattraper.
Quelque temps après, il prend conscience qu'il a été trahi par ses supérieurs, des personnes influentes du gouvernement fédéral américain. Il prend contact avec un ancien collègue travaillant aux opérations consulaires, menaçant de révéler diverses opérations américaines en Europe s'il n'obtient pas des réponses convaincantes à ses questions. Également, il entame ses recherches pour retrouver Jenna à travers différents pays.

Le cercle bleu des Matarèses:

Deux vieux agents secrets, exceptionnels, se détestent mortellement. L'un des deux découvre un complot qui menace l'équilibre géopolitique mondial. Décidé à arrêter les menées des Matarèse et ne sachant à qui se fier, il décide de faire équipe avec son ennemi mortel.

La directive Janson:

Paul Janson est un ancien Navy SEAL et également ancien agent secret pour les Opérations consulaires. Il est hanté par ses souvenirs du Vietnam où son commandant était un psychopathe qui torturait et contre qui il s'est soulevé en emportant avec lui les preuves de ses crimes. Il est aujourd'hui consultant en sécurité d'entreprise tant demandé qu'il peut se permettre de choisir ses contrats.
Alors qu'il attendait son avion, Janson est approché par une femme mystérieuse qui lui demande de sauver son patron : Peter Novak prix Nobel de la paix et milliardaire philanthrope. Ce dernier a été enlevé par un groupe révolutionnaire qui menace de l'exécuter.
Pour payer sa dette de guerre, Janson accepte la mission et, lorsque les choses tournent mal, le gouvernement américain lui fait porter la responsabilité et le déclare, par directive, au-delà de récupération.
Condamné par ses anciens collègue, Janson doit découvrir qui veut lui faire porter la responsabilité de la mort de Novak, découvrir le lien avec les meurtres d'hommes politiques américains et une étrange conspiration qui menace l'ordre mondial.

Voir les commentaires

Romans d'action 1 jour 1 auteur article 13

Romans d'action 1 jour 1 auteur article 13

Après l’exécuteur, dans la collection Gérard De Villiers présente et autres collections du même genre, j'ai lu quelques séries du même style, caractéristiques de cette littérature d'action des années 80. Voici les "meilleures" (ou en tout cas les plus marquantes pour moi)

Rod Garaway (André Caroff) : KNACK

8 volumes en 1985 -1986.

Guerriers de l'ombre, agents américains top-niveau, les cinq hommes n'avaient qu'une devise: rayer le terrorisme de la carte du monde. Là où les autres avaient échoué, seul le Knack pouvait réussir.

le knack et une force antiterroriste composé
de Kentucky jack le chef d'équipe qui a ses moments libre joue comme acteur porno
de Nevada Smith qui retape des motos
d'  Arizona bill qui fait le bucheron.
de Colorado jack le monsieur muscle et expert en explosif
de Kansas Philip tireur d'élite.
et de joker le cerveau: Joker est myope, allergique, asthmatique, bureaucrate, mais son Q.I. est de 180. C'est le cerveau du Knack: il sait tout, il voit tout, il dirige tout.

Sur le concept d'une équipe de spécialistes alloué à des missions contre le terrorisme, fléau de l'époque qui a remplacé les espions de l'est, Caroff propose des romans faciles à lire. J'ai pensé au dessin animé MASK où chaque membre de l'équipe est pilote d'un engin spécial en voyant ce groupe... une version toutefois plus adulte que MASK...

En plus l'éditeur nous offrait une photo de chacun des membres sur la couverture

David Rome (Joël Houssin): SCUM

6 épisodes de 1986 à 1988

Dans le même esprit que KNACK mais poussé à l'extrême dans le non politiquement correct, il y a une autre équipe: le Spécial Commando for Unlimited Missions.

Ce qu'on dit d'eux est explicite:

Par l'intermédiaire de leur agent de liaison un ancien officier anglais homosexuel a tendance pédérastes, le SCUM est envoyé sur les missions les plus dangereuses et les plus désavouables. Et ils ne font pas dans la dentelle. Leur chef est Mark Ross,  agent secret et acteur porno live dans les sex shop de Pigalle depuis l'accident de sa femme qui l'a perturbé mentalement, Laeticia Vecciune, nymphomane italienne perpetuellement en cure interrompue par les missions du SCUM, les frères Sig Sauer, deux jumeaux autrichiens complètement fous et spécialistes..des armes bien sur et enfin un « nègre juif apatride » as de la conduite aérienne... dans le premier roman un membre de l'équipe qui les trahit est massacré à la fin... pas de pitié, pas de morale mais une efficacité totale.

Il faut avoir le cœur bien accroché, ne pas craindre les scènes de sexe et de violence crues mais cela peut être jouissif et finalement peut être plus proche de ce monde underground...

Jack Hild: SOB's

"S.O.B." (Soldiers of Barrabas) est une série publiée par l'éditeur us  Gold Eagle à partir de 1983 sur une quarantaine de titres. Dont seuls les premiers ont été traduits
Jack Hild est un pseudonyme-maison partagé par Robin Hardy, Jack Garside, John Preston, ...

  le pitch: Une fois encore, le gouvernement américain l'avait secrètement choisi pour lui confier la mission la plus difficile, la plus dangereuse. Il se nommait Barrabas, Nile Barrabas. Il s'était adjoint une équipe de spécialistes. Des marginaux qui n'attendaient plus rien de la vie et qui n'avaient plus rien à perdre. Ces soldats étaient " ses soldats". Les " soldiers of Barrabas". Les S.O.B. Pour leurs enemis ils étaient les Son Of Bitch...

Là encore une équipe, une équipe de militaire avec chacun sa spécialité: le pilotage érien, sur route, sur l'eau, les explosifs, les armes lourdes...

En lisant SOB on voyait l'Agence Tout Risque (The A team) en version hard. Et le colonel Barrabas avec sa crinière blanche et son grade ressemblait beaucoup à un colonel Hannibal smith...Jerry H

Jerry Ahern: Le Survivant

Le Survivant (The Survivalist), est une série de romans populaires de Jerry Ahern  parue entre 1981 et 1993. Bien que précédé de six ans par le roman de 1975 de Giles Tippette The Survivalist, Ahern est le premier romancier à centrer une série de romans sur un personnage survivaliste.


L'histoire commence dans le contexte de la guerre froide, elle est centrée sur John Rourke, qui cherche à retrouver sa famille après une guerre nucléaire entre l'URSS et les États-Unis. Dans les premiers volumes, il combat des soldats soviétiques, des bikers, des mutants, des cannibales, etc. Les livres suivants se tournent vers la science-fiction, avec des villes sous-marines, des armes apocalyptiques, de la cryonie, etc.
La série décrit minutieusement les armes et les techniques de survie. Elle contient quelques personnages soviétiques sympathiques (à la place des habituels personnages de Russes de propagande des États-Unis du temps de la guerre froide), cependant ils sont souvent de la chair à canon misogyne. Ahern utilise aussi un personnage de juif (Paul Rubenstein) et de noir comme personnages secondaires positifs anti-sexistes et anti-racistes. Il défend les valeurs de la famille.


Jerry Ahern,  a fait ses études à la Lindblom High School et a servi à la Reserve Officers Training Corps, une organisation militaire chargée de l'entrainement des officiers de réserve des forces armées des États-Uni. En 1969, il épouse Sharon; ensemble ils ont deux enfants.
Spécialiste des armes à feu, il a été président d'une entreprise de fabrication d'armes à feu et accessoires d'armes à feu, Ahern Enterprises.
De 2004 à 2007, il a été président de la société Detonics, fabricante de pistolets style année 1911. Le Survivants est d'ailleurs armé d'un Detonics 45


les débuts de la saga: John Rourke, qui entraîne l'armée pakistanaise dans la passe de Khyber, est témoin de l'invasion du Pakistan par l'armée rouge. Il tente de rentrer chez lui aux États-Unis, mais l'URSS lance une attaque nucléaire contre les États-Unis au cours de laquelle 200 000 000 Américains et 1 000 000 Soviétiques périssent. Rourke est dans un Boeing 747 en direction de la Géorgie à ce moment-là, et parvient à poser l'appareil en urgence près d'Albuquerque ; il fait alors équipe avec Paul Rubenstein. Alors que les troupes aéroportées soviétiques envahissent les États-Unis et que la majorité des politiciens américains sont morts, le président des États-Unis se suicide pour éviter une reddition forcée...
L'édition américaine comporte 27 romans numérotés et deux hors-série. La maison d'édition Plon Presses de la Cité a publié dans la collection « Gérard de Villiers présente » 53 livres dans la série Le Survivant, écrits par des "nègres" français sous contrat.


Ahern a également publié sous le nom de Axel Kilgore (la série "Le Mercenaire", 1980-1984). Le mercenaire raconte les missions privées ou pour son pays du mercenaire borgne Hank Frost, ex capitaine des forces spéciales au Vietnam qui veut combattre pour les plus démunis.

 

Richard Sapir et Warren Murphy: L'implacable

L'Implacable (The Destroyer) est une série de romans créée par Richard Sapir et Warren Murphy en 1971
Remo Williams est un jeune policier de Newark envoyé sur la chaise électrique pour le meurtre d'un dealer qu'il n'a pas commis. Mais tout cela n'était qu'une mise en scène destinée à faire passer Remo pour mort aux yeux de tous. À son réveil, le docteur Harold W. Smith lui explique qu'il dirige une organisation gouvernementale ultra-secrète appelée CURE. Créée à l'initiative d'un jeune président assassiné, CURE œuvre dans un seul but : protéger la Constitution, mise en péril par le Crime organisé qui exploite à mauvais escient les droits qu'elle garantit.
Dans sa lutte, CURE disposait à l'origine de toutes les moyens légaux et illégaux (corruption, chantage, etc.) à l'exception du meurtre. L'échec de son action fit lever cette dernière restriction. Harold W. Smith offre donc à Remo ce choix : servir son pays en travaillant pour CURE ou bien mourir. Remo se laisse recruter afin de devenir le bras armé de CURE chargé des assassinats.
Il est formé par un vieil oriental nommé Chiun. Ce dernier est le Maître de Sinanju, petit village de pêcheurs de Corée du Nord. Depuis des millénaires, chaque Maître régnant doit subvenir aux besoins de Sinanju en louant ses services - contre rétribution en or quasi exclusivement - en tant qu'assassin et agit dans l'ombre de grands événements de l'Histoire mondiale. Chiun soumet alors Remo à un régime strict et lui enseigne son art mortel, source solaire dont dérivent tous les arts martiaux.
Au fur et à mesure de leurs aventures, Remo poursuit son apprentissage et devient un surhomme capable de réaliser des prouesses. Des liens d'affection se nouent avec son vieil instructeur, qui pour sa part pense bien avoir trouvé son futur successeur.


L'Implacable a débuté comme une banale série policière, mais, dès le troisième tome, les histoires se tournent assez rapidement vers le fantastique, l'espionnage et la science-fiction, le tout agrémenté d'une féroce satire politique et sociale. Le personnage haut en couleur de Chiun dans les livres est l'instrument principal de cette satire. Raciste, puéril, boudeur, accro aux soaps, il porte un regard en complet décalage sur une Amérique folle et décadente. Quant à Remo, patriote quelque peu sommaire, ses arguments ne tiennent guère face à la sagesse millénaire orientale.Il découle de cette opposition, des dialogues et des disputes savoureux.

La série comporte plus de 100 titres écrits en alternance par Sapir et Murphy et avec l'aide d'autres auteurs.

Les éditions Bragelonne ont ressortis plusieurs titres en e-book dans leur catalogue Milady.

L'Implacable a été porté sur grand écran par Guy Hamilton en 1985 sous le titre Remo sans arme et dangereux (Remo Williams: The Adventure Begins) avec Fred Ward dans le rôle de Remo et Joel Grey dans celui de Chiun. Film assez proche du premier tome de la saga, drole (les disputes Remo - Chiun sont très bien retranscrites) avec une musique très années 80 mais efficace pour ce type de film.

Un pilote de serie télé a été tourné en 1999, non diffusé en france

Lionel Derrick: The Penetrator

Lionel Derrick est le pseudonyme collectif des écrivains américains Chet Cunningham et Mark K. Roberts. .
Pour le compte de la maison d'édition américaine Pinnacle Books, les romanciers Chet Cunningham et Mark K. Roberts écrivent une série policière matinée d'aventure et d'espionnage ayant pour personnage principal l'ancien vétéran de la guerre du Viêt Nam Mark Hardin. Aujourd'hui agent indépendant pour les États-Unis, il lutte contre différentes organisations criminelles au cours de ces missions afin de protéger son pays.

Succès commercial à son lancement, cette série compte cinquante-trois romans publiés de 1973 à 1984. En France, la maison d'édition Fleuve noir sort en 1980 la collection Mark Hardin. Les vingt-quatre premiers épisodes de cette série y sont publiés, le dernier en 1985.

La particularité de Mark Hardin dans le paysage des vétérans du Vietnam revenus se battre aux USA est d'une part son héritage cheyenne, lui donnant accès au Sho-tu-ca, une magie indienne lui octroyant quelques capacités supérieures; D'autre part un équipement high-tech fourni par son employeur dont un pistolet à fléchettes lui évitant de tuer.

Voir les commentaires

Don Pendleton: 1 jour 1 auteur article 12

Don Pendleton: 1 jour 1 auteur article 12

Don Pendleton, (1927-1995) , est un écrivain américain prolifique, spécialisé dans le roman policier.
Pendleton sert dans la marine américaine durant la Seconde Guerre mondiale. Il est démobilisé en novembre 1947. Il reprend toutefois du service en 1952 durant la Guerre de Corée, où il sert jusqu'en 1954.
Il travaille ensuite en tant que salarié de la Southern Pacific Railroad de 1954 à 1957, date à laquelle il devient contrôleur aérien de la Federal Aviation Administration.
Dans les années 1960, il est à l'emploi de la société Martin Marietta où il œuvre au sein du programme Missile Titan.
Par la suite, il est nommé administrateur à la NASA lors des missions Apollo.
On note aussi qu'il a travaillé sur le programme de transporteur aérien C-5 Galaxy.


En littérature, sous le pseudonyme de Stephan Gregory, il publie son premier roman, Frame Up, en 1960.
Il signe ensuite Don Pendleton plus de 80 romans qui abordent « des genres variés : romance (The Huntress, 1966), science-fiction (Cataclysm, 1969 et The Godmakers, 1970), essai sur la sexualité (The Thruth about Sex, 1969) et roman noir, avec une cinquantaine de titres ».
Il reste surtout connu pour avoir publié, à partir de 1969, une série policière dont le héros est Mack Bolan, surnommé L'Exécuteur. La série compte une quarantaine de titres.
Il a également écrit les six romans de la série Joe Copp, Private Eye, les romans de la série Ashton Ford, Psychic Detective, ainsi que d'autres ouvrages.
Outre Stephan Gregory, il a aussi publié sous le pseudonyme de Dan Britain.

Je ne me souvient pas réellement où j'ai trouvé mon premier roman de la série, mais j'ai lu quasiment l'intégralité des 50 premiers numéros:

Mack Bolan est un tireur d'élite pendant la Guerre du Viêt Nam où il avait été surnommé L'exécuteur. Son père a de grosses dettes auprès de la mafia ; à la suite d'un enchaînement de circonstances, le père tue la mère et la sœur de Mack avant de se suicider. Le frère de Mack échappe à la mort. Cet acte met Mack Bolan dans une colère noire contre la Mafia ; rentré du Viet-nam pour enterrer sa famille et mis au courant du role de la Mafia dans leur mort par son jeune frère, il dévalise une armurerie, y dérobe une carabine Marlin 444 et commence une croisade vengeresse.


À chaque livre de la série, Mack Bolan massacre une bande de mafiosi. Son arme préférée, au début de ses aventures est un Beretta Brigadier avec silencieux et un Automag 44:

 

 

 

 

 

 qui seront remplacés par un Beretta 93R équipé de munitions 9 mm Parabellum et d'un silencieux:

mais il dispose d'une grande quantité d'armes de guerre (il est très souvent fait référence à ces armes dans les livres de la série policière). Bolan va au départ se trouver entrainé dans une spirale: il a tué la famille mafieuse de sa ville natale, il doit fuir, pourchassé par la Mafia. Il tente de changer de visage (le masque de combat), puis de former une équipe de vétérans pour lui venir en aide (la death squad), équipe quasi anéantie qui le persuadera de continuer sa croisade seul, simplement aidé par quelques amis de loin. Notamment un technicien qui lui aménagera un mobil home (son "char de guerre").

Mack Bolan est un soldat qui utilise des technique et un armement militaire contre les mafieux. Il est adepte de la "blitzkrieg", la guerre éclair: il bombarde avec le lance roquettes montées sur son mobil-home et commandable à distance, traverse le territoire ennemi en tirant et en massacrant pour semer la terreur. C'est aussi un tireur d'élite qui peut abattre ses cibles de loin. D'ailleurs sa "signature", pour marquer son passage est une médaille "marksman" qu'il laisse derrière lui. (il doit en avoir un stock impressionnant...)


Après 38 volumes, conclu par une semaine sanglante, la série a été continuée à partir de 1980 par d'autres auteurs sous le même pseudonyme.
Mack Bolan a alors vu son rôle élargi : bien que luttant contre la Mafia, les auteurs l'ont fait aussi lutter contre le KGB dans les années 1980, ainsi que contre les services secrets de nombreux pays, dont ceux d'Iran, de Corée du nord, de Syrie, etc.
Dans les années 1990, après la fin de la Guerre froide, le personnage Mack Bolan, dans le cadre d'une organisation gouvernementale top-secret, les Stony Men, lutte contre le terrorisme international.

 

 

Voir les commentaires

McNab Andy: L'ennemi

L'histoire:

Avril 2005.
Ancien opérateur des services secrets britanniques, Nick Stone savoure une jeunesse retrouvée en sillonnant l'Australie en camping-car. Mais lorsque Charlie, l'ancien camarade du SAS chez lequel il vient de passer une nuit, disparaît sans laisser d'explications, Nick n'hésite pas longtemps entre l'amitié qu'il porte à son ancien frère d'armes et ses projets personnels. Il se lance aussitôt sur les traces de Charlie et découvre que celles-ci mènent à Tbilissi, en Géorgie, ex-république soviétique traversée par un oléoduc d'une grande importance géostratégique.
Dans cet État gangrené par la corruption, sous influence américaine et confronté à l'agressivité de son voisin russe, Nick Stone va se retrouver projeté dans l'univers des opérations clandestines qu'il croyait avoir définitivement quitté.

 

Mon avis:

Suite des aventures du héros récurrent de McNab, Nick Stone. Après sa période de contractuel pour le MI6 britannique puis un passage rapide par les états unis, Stone se retrouve dans une phase de remise en question. Sa petite protégée est morte, plus de contrainte d'obéissance aux barbouzes américains ou anglais... le voilà donc en mode vacances tendance surf, combi, planche de surf, petite amie fraiche, sympa et cool. En plus il va en profiter pour rendre visite à un ancien camarade en retraite.

Évidemment, il va devoir intervenir dans une affaire louche (sinon il n'y a pas de roman ou alors Andy McNab bascule dans la collection Arlequin, mais on n'en est heureusement pas là)

Structure habituelle des romans de McNab, une première partie se déroule dans le passé de Stone, encore SAS, qui nous permettra de rencontrer certains des personnages de l'histoire à venir. Ici, ce sera le tristement célèbre siège de Waco au Texas qui sera un fiasco du FBI et de l'ATF. Puis, de nos jours, voyage en Europe de l'est, en Géorgie avec une affaire louche à démêler.

Moins militaire, un peu plus nihiliste cette fois, l'aventure de Stone. Mais reste le point fort de McNab sur la crédibilité de ses récits, surtout les phases opérationnelles, dans lesquelles l'action reste réaliste. Les héros doutent, font des erreurs, ne sont pas immortels...

J'ai trouvé l'Ennemi moins prenant que les précédents, mais cela reste du bon McNab qui ne décevra pas ses lecteurs habituels je pense. Peut être aussi un redémarrage de la vie de Stone? Je verrais ça dans le prochain...

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>