Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Villeminot Vincent: Nous sommes l'étincelle

Villeminot Vincent: Nous sommes l'étincelle

L'histoire:

Quand les tensions entre générations deviennent trop fortes, des groupes d'adolescents choisissent de rompre définitivement. Mais créer une société alternative est-il possible ?

2025: une partie de la jeunesse décide de partir vivre en forêt, dans des villages autonomes. Leurs seules politiques : l’amitié et la liberté. Antigone et Xavier, puis Paul, Jay, La Houle avaient vingt ans. Ils sont partis dans la Forêt. Ils ont cru à ce rêve, à cette révolution. Comme des milliers d'autres


Et maintenant, trente-six ans plus tard, parmi les arbres, il en reste seulement quelques-uns. Des survivants. Presque des enfants.


2061: Dan, Montana et Judith vivent dans une cabane avec leurs parents. Ils chassent, pêchent et explorent les ruines alentours. Mais un jour, les enfants sont enlevés par d'inquiétants braconniers. Quand leurs parents décident de partir à leur recherche, c'est le passé, le présent et le futur de ce monde qui se racontent et s'affrontent.
 

Mon avis: J'ai reçu ce livre avant une rencontre avec l'auteur, mon avis commencera donc par mon interprétation personnelle à la lecture puis après questionnements de l'auteur.

Tout d'abord l'éditeur. L'auteur ayant précédemment travaillé pour Pocket Jeunesse c'est dans cette collection que le roman est édité. Par contre, tant par son thème que par son traitement, il s'adresse à un public allant du jeune adulte (lycéen) à un vieil adulte (au moins cinquantenaire s'agissant de moi et plus je pense).

Certains lecteurs ont eu du mal avec le choix de récit qui navigue entre 3 périodes. Pour ma part je trouve que ce choix permet de garder un rythme et un suspens dynamisant la lecture. En fait on navigue entre 3 époques clés. 1ere époque, un manifeste de "rébellion" est publié et entraine un mouvement planétaire de rupture avec la société. 2ème époque, les "rebelles" quittent la société industrielle de consommation pour revenir à la nature, à la vie en communauté, à l'entraide. 3ème époque, celle où le roman commence, après 30 ans de vie utopique qu'en est il de ces rebelles et de leur société rêvée.

Réussite dans l'anticipation. Beaucoup de point de notre société actuelle est prise en compte et extrapolée. Plus de carburants fossiles hormis pour l'armée et la police. Des migrations climatiques. Une surpopulation sur les campus où la crise du logement est résolue par la transformation de containers en logements (oui ça existe déjà, pas encore sur les campus)...

Les répercussions du manifeste à l'origine de la rupture sont aussi très bien traité, avec le scepticisme des uns, l'incrédulité des autres, le refus de certains de laisser une partie de la population faire sécession.

A la lecture j'ai transposé l'histoire dans différents événements que je connaissais. On pense au mouvement actuel des gilets jaunes, mais bien sur le roman était écrit avant. On pense au retour à la nature du Larzac et des mouvements des années 60 avec la communauté, le peace and love... Pas du tout en fait

L'auteur s'est inspiré de mouvements de dissidence en Afrique par exemple. Son propos est clair et je trouve à saluer: il ne veut transmettre aucun message, encore moins sa thèse personnelle, simplement étudier l'évolution d'un projet de vie d'une communauté. Ne pas s’arrêter à "on a renversé le système et..fin" mais "on a renversé le système et...30 ans plus tard que devenons nous? avons nous réussi? échoué? créé un autre système?". Ensuite, à chaque lecteur d'y piocher ce qui l'interpelle, d'en faire sa propre interprétation. Son travail était juste de créer quelque chose de cohérent, d'être fidèle à ses personnages et à leur façon d'être. Dix-huit mois de travail intense...et un résultat vraiment réussi.

On s'attache aux jeunes en danger, on découvre un tas de personnages du passé et au final ce qu'ils sont devenus. Pas de manichéisme, pas d'utopie ni de dystopie. On passe ces 500 pages (écrites assez gros avec un bon interlignage quand même) tranquillement avec un intérêt à poursuivre qui ne faiblit pas.

Une excellente découverte d'un livre que je n'aurais pas été cherché dans une collection jeunesse (et j'aurais eu tort) et d'un auteur qui a fait un travail remarquable et qui est un homme vraiment intéressant à rencontrer et à écouter.

 

Voir les commentaires

Martel Jacques: La voie Verne

tous les livres sur Babelio.com

Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE grâce à BABELIO en partenariat avec l'éditeur Mnémos. Merci à eux

 

L'histoire:

Un futur qui pourrait être aujourd'hui : l'usage du papier a disparu et l'ensemble des connaissances a été numérisé, jusqu'à ce qu'un virus informatique terriblement puissant et fulgurant en anéantisse une grande partie.
Dans ce monde au savoir gangrené, John, un homme d'âge mûr, devient majordome pour de mystérieuses raisons dans une famille richissime, recluse dans un immense manoir perché au coeur des Alpes.
C'est là que vit Gabriel, un étrange enfant qui passe son temps dans un univers virtuel mettant en scène un XIXe siècle singulièrement décalé où il retrouve tous les héros, machines et décors de Jules Verne, un écrivain depuis longtemps oublié...
Confronté au mutisme du jeune garçon, aux secrets et aux dangers du monde virtuel dédié à Jules Verne, John s'embarque sans le savoir dans une aventure dont les enjeux se révéleront bientôt vertigineux.

Mon avis:

Comme souvent avec l'éditeur, tout d'abord un beau livre, avec une belle couverture qui donne envie de le prendre et le lire. C'est accessoire mais c'est aussi cela qui permettra (peut être) de garder des lecteurs de livres physiques...

Un livre d'anticipation donc, avec une histoire située dans un avenir pas très éloigné de notre quotidien, tout juste un peu poussé aux extrêmes. Le climat est déréglé, la nature mutilée, les humains passent une bonne partie de leur vie dans le virtuel planétaire, un méga web produisant des fictions de télé réalité en format court... on y est presque. Tous les livres sont numérisés pour économiser le papier (et surtout les arbres), et pas de chance, un virus a détruit une partie des données.... Mention spéciale à ce qui a ralentit le virus...c'est tellement vrai!! même si les hackers auraient dû y penser du coup!

Voilà pour le paysage d'arrière plan. Et pas seulement car on comprendra en quoi il a une importance sur l'histoire. Dans ce contexte, un homme aux motivations mystérieuses va se présenter comme Majordome à une riche famille abritant un jeune autiste obsédé par Jules Verne...

Rien de plus sur l'histoire car plusieurs points sont à découvrir dans le livre: qui est cet homme, que cherche t'il, comment peut il résoudre son problème.

L'histoire est originale, partant comme toute bonne histoire de SF sur un concept improbable mais auquel on peut vouloir croire. Toutefois, pour apprécier ce roman il sera nécessaire de maitriser un peu deux choses: Jules Verne (avoir au moins connaissance de qui est cet auteur et du titre de ses principaux romans et de leurs protagonistes célèbres: Nemo, Robur..); Le concept de réalité virtuelle, de jeux en ligne multi-joueurs type WOW, Second Life..., là encore pas une expertise geek mais au moins savoir un peu de quoi on parle. Sinon, suivre l'histoire sera difficile, malgré le petit index de fin de roman.

Comme c'est souvent le cas sur ce genre, peu d'action, mais un intérêt pour la société présentée (et les analogies envisageables avec la notre et son évolution), une interrogation sur la problématique du personnage et sur la solution qu'il va trouver et son succès (ou pas). Lecture agréable malgré les passages liés au monde virtuel (la voie Verne) et son développement qui pourront être plus difficile pour certains lecteurs. Mais c'est de la SF et sans être de la hard science il faut toujours s'attendre à devoir affronter un peu de technique dans ce genre d'ouvrage.

Un bon moment de lecture
 

Voir les commentaires