Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Wheeler Aline: Neph et Shéa 1: La fuite

Wheeler Aline: Neph et Shéa 1: La fuite

L'histoire:

Au nord de l'Idalie, Shéa fuit la Tour des Ombres pour sauver sa vie.
Plus loin au sud, Neph fuit La Forteresse pour échapper à un destin guerrier dont il ne veut pas.
Leurs chemins les feront se rencontrer et les mèneront chez Berht, un vieil excentrique ami de la Prime Reine. Celle-ci chargera ce trio improbable d'escorter un curieux émissaire elfe jusqu'à Cérasa, une ville au sud du pays.
Mais derrière cette mission officielle, s'en cache une autre, secrète, bien plus importante et plus dangereuse.
Deux cents ans après la Grande Guerre qui opposa les peuples unis de Tell'Andra aux Funestes, la paix qui régnait dans le monde s'étiole à nouveau. Une nouvelle ère sombre s'annonce.
 
Mon avis:
J'ai découvert l'auteure au travers de son blog monde fantasy dans lequel elle prodigue de très intéressants conseils sur l'univers de la fantasy pour tous les aspirant(e)s auteur(e) du genre.
La lecture du blog peut déjà montrer le soin qu'elle prend à créer son univers et cette réflexion se retrouve dans ce monde. Les contrées, les peuples, l'histoire de Tell'Andra sont travaillés, détaillés.
Le thème est plutôt de la fantasy assez classique avec une quête de jeunes héros appelés à s'opposer au retour d'un mal autrefois vaincu. Le tout avec l'aide d'un grand sorcier retiré des affaires mais qui va les accompagner... Il y aura même un Elfe...
Par contre les aptitudes des héros sont assez originales, leurs pouvoirs magiques inédits (à ma connaissance).
Et les engagements sentimentaux des 2 héros nous épargne (du moins dans ce premier tome) l'éternelle love-story entre un garçon et une fille rassemblés dans une quête.
L'écriture est agréable, facile à lire, scindé en chapitres assez courts.
Ce qui m'a moins plu?
Une préface inutile car ce qui nous y est expliqué sur les conflits passés, sera repris ensuite.
Le début de la quête, au château, où la situation nous est exposée en long et en large, cassant le rythme (mais c'est exactement la même critique que je fais du premier volet de Bilbo le hobbit en version cinéma, donc les plus grands ne sont pas à l'abri de ce genre d'erreur) avant une deuxième partie toute en action.
Enfin comme je le retrouve souvent dans les publications modernes, des petites incohérences (à mon avis) sur des détails: le palais a de grandes baies vitrées dans un couloirs par exemple (je doute que ce soit le cas dans un univers plutôt moyenageux). Nos héros dégustent un poulet frites à l'auberge... ce n'est pas dans un KFC quand même???
Voilà ce n'est pas si horrible, il n'y en a pas tant que ça, mais ça me froisse toujours un peu. Même si j'admets que s'enlever de la tête des références aujourd'hui très présentes pour des écrivains du 21ème siècle est compliqué....

Une bonne entrée en matière pour une trilogie (toujours délicat de poser les bases d'un univers fictif en renseignant suffisamment le lecteur sans pour autant l'ennuyer)
Et un tome 2 qui m'attends dans ma PAL.

A noter que c'est un premier roman (donc soyons indulgents pour les petites erreurs citées ci-dessus), et que l'auteure a pris le soin d'en faire aussi une version destinée aux dyslexiques, ce qui est assez rare pour être signalé.
Enfin, pour découvrir ses livres et ses conseils, ne pas hésiter à visiter ses sites:
http://www.monde-fantasy.com/

Voir les commentaires

Kix Paul: Le saboteur

tous les livres sur Babelio.com
Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE en partenariat avec l'éditeur et le site BABELIO

L'histoire:

L'histoire d'un héros français : quand la réalité dépasse la fiction !
Juin 1940. Robert de La Rochefoucauld a 16 ans lorsque l'Allemagne nazie envahit la France. Farouchement décidé à défendre son pays, il gagne Londres, y rencontre le général de Gaulle avant d'être recruté par la branche action des services secrets anglais. Après un entraînement commando, il est parachuté en France. Multipliant les fausses identités, il y accomplit de nombreuses missions, il est capturé à plusieurs reprises par les Allemands, s'évade à chaque fois, dans des conditions souvent rocambolesques. À partir de centaines d'heures d'entretiens, de recherches inédites dans les dossiers officiels, Paul Kix a reconstitué la vie romanesque et palpitante de ce héros peu ordinaire. Avec un sens de l'intrigue et de la construction digne des plus grands romanciers, il nous offre ici un document exceptionnel qui se lit comme un véritable thriller.
Les droits de cette incroyable aventure ont été cédés à la maison de production de Steven Spielberg, avec Cary Fukunaga, réalisateur de True Detective, à la mise en scène.
 
Mon avis:
Il ne s'agit pas d'un roman mais de l'histoire d'une grande tranche de vie, racontée à postériori comme le ferait un historien, à travers les témoignages de la famille de Robert et de ses propres souvenirs couchés sur papier par lui-même.
Paul Kix nous explique bien comment il a travaillé et quelle était la vision de son personnage sur lui-même et cette partie de sa vie. Comme beaucoup de rescapés ou de combattants, il parlait peu de ces moments mais y repensait chaque jour.
D'autant que Robert de La Rochefoucauld (oui oui le descendant de l'auteur des célèbre Maximes) a connu la guerre à 16 ans et en moins de 5 ans est passé du statut d'étudiant à celui d'instructeur en sabotage parachuté en France occupée, prisonnier torturé, prisonnier évadé, pour finir défenseur de Maurice Papon lors de son procès...
Outre l'intérêt pour le destin de ce garçon, l'auteur réussi à nous donner ici et là des indications pour mieux comprendre le contexte de vie de l'époque ainsi que les décisions politiques qui eurent des répercussions sur l'évolution du conflit et des actions de la résistance.
Un livre qui permet de replonger dans une époque historique tout en suivant un héros au destin extra-ordinaire. Même si les De la Rochefoucauld sont une famille bourgeoise, leur destin permet de revivre le sort de bien des familles confrontées à cette époque. De la débâcle de 40 sur les routes bombardées, à l'occupation des demeures par les allemands, aux membres de la famille prisonniers de guerre, à l'ambiance de suspicion et de méfiance dans la France occupée...
L'histoire par un petit bout de la lorgnette, mais qui jette un éclairage instructif sur cette période. Et au final un livre qui se lit aussi bien qu'un roman.
 

Voir les commentaires