Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pif gadget 1 jour 1 BD

Pif gadget 1 jour 1 BD

En fait de BD, je vais commencer par une revue publiant des petits récits complets dessinés qui fut ma première lecture du genre, hebdomadaire et innovante. Cette revue est née presque en même temps que moi ( elle a un an de moins mois pour mois) et a accompagné mon enfance, tant par ses cadeaux innovants ou farfelus, que par ses publications:

Pif Gadget est un magazine français de bande dessinée pour la jeunesse, créé en février 1969, dont la fréquence de parution était à l'origine hebdomadaire.
Successeur de Vaillant, le journal de Pif, dès ses débuts Pif Gadget présentait la particularité d'inclure un gadget à chaque édition, mais également de proposer des récits complets, ce qui était novateur pour l'époque, la plupart des autres revues de bandes dessinées offrant toujours des histoires à suivre, forçant ainsi à la fidélisation du lecteur.
Alternant à chaque parution les styles « comiques » et « réalistes » ainsi que la couleur et le noir et blanc, le magazine a notamment lancé des séries culte de la bande dessinée française tout en continuant à publier les aventures de Pif le chien.
Pif Gadget a été un phénomène de presse majeur dans les années 1970-80.
Fondé en 1969, Pif Gadget est le successeur de Vaillant, le journal de Pif. Pif le chien est né en 1950 dans le journal l'Humanité sous la plume de José Cabrero Arnal, surnommé affectueusement Monsieur Paparnal. Le magazine s'appelle à ses débuts Pif et son gadget surprise puis, quelques mois plus tard, Pif Gadget. C'est un hebdomadaire.
Il doit son nom à  son héros principal, le chien Pif ;  au gadget inclus avec chaque numéro, dont les célèbres « Pifises » (Artemia salina, un petit crustacé), et les « Pifitos », des pois sauteurs vivants du Mexique.


Prolongeant la tradition de son prédécesseur Vaillant, le journal de Pif, Pif Gadget constitue ses dix premières unes en publiant le début de l'aventure hebdomadaire de son héros Pif.
En avril 1970, le numéro 60 de Pif Gadget, qui contenait les fameux Pifises, a été tiré à 1 000 000 d'exemplaires (650 000 exemplaires, puis retiré à 350 000 exemplaires).

En septembre 1971, le numéro 137, qui propose comme gadget les « pois sauteurs du Mexique », est également tiré à 1 000 000 d'exemplaires. Il s'agit dans les deux cas du plus fort tirage en Europe pour un journal de bande dessinée.


Pif Gadget se caractérise par sa parution en histoires complètes, attesté par la ligne d'accroche « Tout en récits complets » écrite sur la couverture juste sous le titre, contrairement à la plupart des autres revues de bandes dessinées qui offraient toujours des histoires à suivre, forçant ainsi à la fidélisation du lecteur (Pilote, Tintin, Spirou, le Journal de Mickey, etc.).


Il se caractérise aussi par son volume. Pif Gadget offre quatre-vingts pages d'histoires comiques et d'aventure chaque semaine.

Je ne compte plus le nombre de BD  qui parurent dans Pif. Les plus connues sont celles à caractère comique (et animalier): Placid et Muzo, Pifou (glop glop) ou Léo.

Mais aussi Manivelle de Goux, Pinky de Mattioli, Supermatou de Poirier, Léonard de Turk et De Groot Dicentim (le petit franc...jeu de mot daté aujourd'hui!) de Kamb.

Gai-Luron de Gotlib y fit ses débuts, aux cotés de Corinne et jeannot, la jungle en folie ou la parodie de western Horace, cheval de l'ouest.


Mais il n’y avait pas que de la ligne claire. Des BD dignes de ce nom étaient régulièrement publiées. Taranis le jeune Gaulois, Docteur Justice le médecin judoka et aventurier dessiné comme le Alain Delon de l'époque, Ayak, Capitaine Apache, Rahan, le fils des âges farouches, le mc gyver de la préhistoire. Et même Corto Maltese!!


Au fil des series TV, des adaptations furent aussi publiées comme celle des célèbres Mystères de l'ouest (dont on récupéra le derringer de James West en gadget) et Amicalement Votre. Même Julien Clerc, très en vogue dans les années 70 sera le héros de Corsaire Julien pour quelques numéros.

 

Il se caractérise enfin par son Journal des jeux d'une quinzaine de pages comprenant entre autres des tests (pourriez-vous être…), des mots croisés, des questions, des énigmes. Il se termine par la page solutions pour respecter la formule de l'illustré « complet ». Du premier au numéro 46, un jeu concours primé à thèmes permet de récompenser le lecteur gagnant d'une somme d'argent et d'un cadeau.

En 1975, le numéro 347 de Pif Gadget offraient à 360.000 petits lecteurs une pousse d'épicéa. Beaucoup l'ont planté (j'en fais partie) et l'épicéa vit encore...


En 1978, un autocollant, « La main de Pif », est inclus dans le magazine avec consigne de le coller à l'arrière de la voiture de ses parents. On pouvait ainsi être tiré au sort dans la rue par une équipe du journal et gagner un cadeau.

Resteront pour moi les gadgets emblématiques: Le parachute, le boomerang, le cerf volant qui me servirent de jeu d'été. Mais aussi le sous marin qui montait et descendait tout seul dans l'eau grace à une poudre, le set pour relever les empreintes

J'ai aussi fait des photos avec :

Plusieurs pellicules de photos réussies. Je n'ai pas beaucoup mangé de pates avec la fourchette à spaghettis, par contre,  j'ai pu faire quelques premières observations avec:

Coté BD, parmi celles déjà citées, resteront des must: Rahan, Docteur Justice, Corto Maltese, Gai-luron, Léonard. Mais aussi des souvenirs pour Arthur le petit fantôme, Dicentim le petit franc (Bougredane et bougredandouille ne font qu'un!), Teddy Ted le cow boy humaniste, Supermatou le superman de rominagroville, ...etc.

Un rendez-vous hebdomadaire attendu, toujours plein de surprises coté BD comme coté gadget.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :