Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fenris Michäel : Vengeance sur pellicule

Fenris Michäel : Vengeance sur pellicule

Reçu dans le cadre de MASSE CRITIQUE en partenariat avec le site BABELIO et l'éditeur.

Merci à l'éditeur (suisse) qui n'ayant pu m'envoyer l'exemplaire papier m'a proposé un envoi numérique hors opération. C'est pourquoi je publie cette critique comme j'aurais du le faire initialement.

L'histoire: Simon Crane, le meilleur ami et collègue de Jeff Fergusson, est retrouvé mort, abattu dans une ruelle sordide. Alors que les soupçons se portent sur le détective, Susan, l’épouse de Simon avec qui il entretient une relation adultère, lui avoue qu’elle est coupable du meurtre. Incapable de la dénoncer, Jeff la laisse s’enfuir à Hollywood, où elle rêve de devenir une grande actrice sous la coupe d’un patron de la pègre.

Quinze ans plus tard, Fergusson est appelé par le nouveau chef de la police, pour identifier un corps. Il s’agit de Susan, assassinée dans une chambre d’hôtel minable, avec pour tout indice sa carte de visite dans son manteau. Qu’est-ce qui a pu motiver son retour à Résilience, et pourquoi après tant d’années de silence ? Tous les éléments semblent se liguer contre Fergusson. Une seule chose est certaine, elle cherchait à le contacter.

Le détective n’a guère le choix : il va falloir qu’il replonge dans son passé pour trouver le coupable du présent...

Mon avis: Ce roman n'est pas précisément daté et ne se déroule pas dans une ville connue. Pourtant on peut facilement le situer dans les années 50. La ville, théâtre de l'action sera un New York ou un Chicago. Le privé qui nous raconte l'histoire un ancien flic amateur de jazz et porté sur la bouteille. Du classique donc des polars Hard Boiled mais écrit dans les années 2000. Jeff Ferguson ne sera pas Marlowe mais on le suit dans son enquête sans déplaisir. L'auteur reste classique et n'en fait pas trop dans le genre. Son personnage n'est ni un surhomme, ni un looser. Le fait qu'il ait trompé son meilleur ami et laissé son assassin s'enfuir il y a quinze ans le tourmente mais pas exagérément. Les flics ne sont pas trop ripoux, les méchants pas too much. En cela le roman est réussi. Un peu "à la manière de" mais à la manière de bons auteurs et dans une version réussie. L'intrigue elle-même tient la route et tient le lecteur en haleine dans les deux premiers tiers du roman.

C'est le deuxième aventure de Jeff Ferguson (quelques allusions sont faites à la précédente mais sa non lecture n'a pas d'incidence sur la lecture de cet opus) et une troisième est en route.

Un auteur qui ne fait pas que dans le polar et qui peut être à découvrir pour ceux qui aiment ce type de lecture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :