Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eric Van Lustbader 1 jour 1 auteur article 19

Eric Van Lustbader 1 jour 1 auteur article 19

En rodant dans les rayons de la FNAC de Clermont-Ferrand (fin des années 80), je trouvais un livre de poche intitulé LE NINJA. J'étais alors dans une période de lecture de romans d'espionnage (type Ludlum) et d'actions plus "pulp" type SCUM, KNACK, Le survivant...

Mais j'avais développé un intérêt pour le Japon, y compris ses espions de l'époque shogun (qui apparaissent d'ailleurs dans SHOGUN, dont j'avais vu l'adaptation téléfilm avec Richard Chamberlain).

L'auteur était Eric Van Lustbader (le Van de son nom disparaitra par la suite sur certains romans publiés sous le nom d'Eric Lustbader).

Eric Van Lustbader, né le 24 décembre 1946 à New York, est un écrivain américain de fantasy et de thriller.
Diplômé en sociologie de l’Université Columbia, il a été enseignant. Passionné de musique populaire, il a travaillé pour plusieurs maisons de disques dont Elektra Records et CBS records. Participant à Cash Box Magazine il a prédit les succès d'Elton Jones (avec qui il devint ami) Santana, Roxy music, David Bowie, The Who... "The Sunset Warrior", son premier roman a été publié en 1975.
Il l'auteur de nombreux best-sellers, qui se sont vendus à des millions d'exemplaires à travers le monde, donc "Le Ninja" (The Ninja, 1980) , autour du personnage de Nicholas Linnear, personnage à cheval entre Orient et Occident.
Il a été choisi par les héritiers de Robert Ludlum, après la mort de ce dernier en 2001, pour poursuivre les aventures de Jason Bourne,
Il a donné plusieurs suites à la trilogie Jason Bourne dont "La Peur dans la peau" (The Bourne Legacy, 2004), "La Trahison dans la peau" (The Bourne Betrayal, 2007), "L'Urgence dans la peau" (The Bourne Imperative, 2012), The Bourne Enigma (2016)....
Il est le mari de l'écrivain Victoria Lustbader.

Le Ninja: Ninja veut dire, en japonais, « furtivement ». Depuis le VIe siècle de notre ère, les ninjas, dont l'art est né en Chine, sont les âmes damnées des samouraïs, des prestidigitateurs de l'art de la guerre, des redoutables incarnations du mal et de la mort...
Au lendemain d'Hiroshima, -le japon sanglant bouillonne de passions, oscille entre le passé et sa tradition immobile et l'avenir qu'offrent l'Amérique et l'Occident, porteur de toutes les revanches victorieuses pour des conquérants impénitents.
Le conflit entre Nicholas, enfant de ces soubresauts, et le Ninja est aussi inoubliable que celui de Caïn et d'Abel, aussi dépourvu de pitié que l'affrontement, au jument dernier, du soleil et de la lune....

Pour ce premier roman (pour moi) , l'histoire reste assez classique: Enfant d'un père militaire américain proche de Mc Arthur dans le Japon occupé de l'après guerre, et d'une mère originaire d'Asie (Chino-japonaise), Nicholas Linnear a grandi au Japon.
Très jeune il est initié à l'aïkido, au Kenjutsu et iai-jutsu (sabre) au dojo itto Ryu. Il y fut en compétition avec son cousin Saïgõ qu'il réussi à battre, s'attirant son ressentiment pour le reste de sa vie.
D'ailleurs, à leur combat suivant, Saigõ bat Nicholas.
Bien des années plus tard, Linnear vit en Amérique, vivant une existence paisible et aisée. Il a fait carrière dans la publicité et fréquente une jeune et belle héritière, Justine, fille d'un businessman Raphaël Tomkin. Mais un jour un homme d'affaire est tué par un Shuriken empoisonné. Nicholas est appelé comme consultant sur l'enquête en raison de sa connaissance du Japon. Il se liera d'amitié avec un flic local Lew Croaker et devra affronter l'assassin (Saigõ bien sur..) qui menace Tomkin (et sa fille..).

Les aventures de Nicholas se poursuivront dans plusieurs titres

La Miko (ayant pour cadre le Japon):

Akiko sait tout des arts martiaux, de la transmission de pensée et des secrets de l'amour. C'est une Miko, une de ces redoutables sorcières du Japon traditionnel.

Nicholas Linnear, le héros du Ninja, va croiser sa route... Commence alors une danse de mort où l'occulte, la violence, l'amour et les passions du corps sont des atouts maîtres.

White Ninja et Le Kaisho où on passera du Japon aux origines chinoises de sa mère (seuls autres volumes de la série sur Linnear traduits en France à ce jour : 4 suivants non traduits)

Enchanté par ce premier roman, j'ai cherché d'autres productions de Lustbader. Le second fut un one-shot.

Coeur noir: Crise cardiaque ou assassinat ? La mort mystérieuse du gouverneur de l'État de New York provoque un séisme dans les milieux politiques américains; et fait resurgir de vieilles affaires -terrorisme, trafic de drogue, tortures - que l'on croyait oubliées à jamais.
Un séisme qui va donner à Khieu, tueur à gages entraîné au Cambodge par les Khmers rouges et pour lequel les sévices les plus raffinés n'ont guère ce secrets, l'occasion d'exercer ses talents...

Opposition d'un tueur exceptionnel avec un agent lui aussi exceptionnel maitrisant aussi les arts martiaux. Pas de Ninja mais un roman tout aussi excellent avec des personnages qui parcourent le monde de l'Asie à l'occident.

Ensuite je me renseignais sur l'auteur et commandait auprès de mon libraire préféré une série de deux tomes:

Jian : Quels liens obscurs relient les vieux dirigeants chinois, adversaires de Mao, aux chefs occultes de la pègre de Hong-Kong et aux taïpans contrôlant l'économie fragile de la colonie anglaise ?
Qui donne ses ordres à Jake Maroc, l'agent américain eurasien : un patriote ou un traître ?
Nichiren, le terroriste " japonais ", est-il manipulé par les Russes qui soutiennent à Pékin la faction opposée aux réformes ?
Qui est vraiment le Jian, maître des arts martiaux, de la transmission de pensée et des secrets de l'amour : un chef spirituel ou le chef d'orchestre invisible qui tire les ficelles dans l'ombre ?

Shan : Le postulat du départ: le pays qui prendra le contrôle économique de Hong Kong deviendra la première puissance économique du monde.

Les forces en présence:

Jake Maroc et Shi Zilin, des agents rompus à toutes les disciplines des arts du combat et dotés des pouvoirs supranormaux que leur confère le "ba mahk", la force spirituelle suprême.

Daniella Vorkuta, une femme prête à aller jusqu'au meurtre pour réaliser ses ambitions.

Huaishan Han, qui a décidé de consacrer la fin de sa vie à une tâche unique: l'élimination de Jake Maroc.

La Traque, une organisation parallèle d'espionnage au service du Président des États-Unis.

Le terrain de jeu: Pékin, Kyoto, Hong Kong, Moscou, Washington, Miami.

Tous les coups sont permis. Violence, sexe et corruption...

Deux romans centrés sur la Chine et opposant encore des experts en arts martiaux travaillant pour des organisations d'espionnage opposées. La seule difficulté pour le lire: un choix de l'éditeur (editions Acropole) de ne pas faire de renvoi mais de compiler tous les termes compliqués en lexique, obligeant le lecteur à d'incessante recherches dans ce lexique.

Un autre One-shot.

Zero : Michael Doss est un américain  parti à la recherche de la vérité sur la disparition tragique de son père.

De Paris à Washington, en passant par Hawaii, l'URSS et le Japon, cette quête le mènera au cœur d'un complot international l'opposant à des Japonais qui, secrètement alliés à des espions russes, trament depuis quarante ans la ruine économique de l'Occident.

Entraîné dans les méandres d'une intrigue de politique-fiction aux rebondissements terrifiants, Michael, traqué comme son père par un tueur sans visage aux pouvoirs surnaturels nommé Zéro, s'alliera à une mystérieuse et fascinante jeune femme pour affronter cette redoutable organisation nippone, le Jiban, créée pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est ensemble qu'ils tenteront de sauver leurs pays respectifs de la destruction totale, dans un climat haletant où suspense, sexe, sang et lutte pour le pouvoir composent des scènes d'une efficacité dramatique exceptionnelle.

Par contre j'ai bien moins aimé:

Les yeux de l'ange :

Les services secrets américains sont en état d'alerte maximal: ils viennent de découvrir l'existence d'un complot terroriste à l'échelle internationale, aux ramifications si complexes qu'il menace de faire sombrer le fragile équilibre Est-Ouest de l'après-Guerre froide dans l'irréversible chaos d'un conflit nucléaire mondial...

Pour déjouer ce complot, trois femmes hors normes: Tori Nunn l'Américaine, spécialiste du Japon et ancien agent de l'organisation secrète MALL; Irina Ponomareva la Russe, partagée entre ses deux amants– l'un agent du KGB et partisan d'un communisme pur et dur, l'autre militant pour l'indépendance des minorités russes-; et Honno Kansei, redoutable tueuse au service du Yakusa Big Ezoe, chef tout-puissant de la mafia japonaise.

La mise en échec du complot passe par le démantèlement d'un double trafic de drogue et de matériaux nucléaires – mission à hauts risques qui entraînera les trois femmes dans un périple haletant à travers le monde, de Buenos Aires à Tokyo en passant par Los Angeles, la Cité des Étoiles à Moscou et la Colombie du cartel de Medellin...

Trop de personnages peut être, en tout cas je n'ai pas accroché

La Conspiration Carson :

Son nom est Jack McClure, agent fédéral. Sa vie a volé en éclats lorsque sa fille est décédée dans un terrible accident.

Un jour, il reçoit un appel à l'aide d'Edward Carson, le futur président des États-Unis. À un mois de l'investiture, sa fille Alli vient d'être enlevée. Sur l'insistance de Carson, l'enquête est confiée à Jack dont la défunte fille était la meilleure amie d'Alli.

L'agent fédéral se lance à corps perdu dans cette enquête et il réalise vite que certaines personnes ne souhaitent pas qu'il réussisse. Entre fondamentalistes religieux et groupes de terroristes, Jack tente de retrouver la trace d'un homme dangereux, à l'esprit froid comme l'acier et à la détermination sans failles.

Un homme qui, dans l'ombre, tire toutes les ficelles...

Là j'ai trouvé embrouillé l'histoire au début puisqu'on part de l’enlèvement de la fille du président et on découvre ensuite les liens entre la fille de Carson et celle de McClure...embrouillé et pas très original. McClure ne m'a pas enthousiasmé.

Quand aux suites des aventures de Jason Bourne (plusieurs trilogies) je ne les ai pas encore testées, déjà moyennement emballé par les deux suites de Ludlum à La mémoire dans la peau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :