Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Grangé Jean-christophe: La terre des morts

Grangé Jean-christophe: La terre des morts

L'histoire: Quand le commandant Corso est chargé d'enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.
Il a tort : c'est d'un duel qu'il s'agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.
Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu'un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d'un flic peut totalement basculer, surtout quand il s'agit de la jouissance par le Mal.

Mon avis: J'ai autrefois été déçu par la lecture des Rivières pourpres du même auteur, je n'avais donc pas renouvelé mes lectures avec lui. Suite à un cadeau me voici donc avec son dernier opus  2018 entre les mains.
J'ai été en partie réconcilié avec l'auteur, mais en partie seulement.
L'histoire est habile, parfois surprenante. Je m'attendais à une traque d'un tueur mystérieux du début à la fin, mais non on trouve un coupable, on le juge et une partie du roman montre le procès, les manœuvres du suspect... original et conforma au quatrième de couverture qui nous annonce un duel entre les deux hommes.
Le thème c'est à la fois le milieu SM et aussi l'art, la peinture.
Tout a l'air bien documenté. Mais trop restitué. le milieu SM c'est bien de le présenter au lecteur, mais parfois j'ai eu l'impression que l'auteur voulait me faire un exposé sur tout ce qu'il avait appris sans que cela serve l'histoire. Voire qu'il fallait faire choc en exposant les pratiques les plus extrêmes sans rapport avec l'enquête.
Quand à son héros flic, il est encore un peu trop caricatural. OK sur son enfance, sur son parcours, mais ses penchants borderline et de violence qui le font franchir les lignes trop souvent, c'est un peu too much, trop téléphoné "je suis un mec à la dérive", trop stéréotypé sans intérêt pour l'histoire.

De même l'implication de sa femme dans l'enquête ne sert absolument à rien juste à renforcer ce coté "je rajoute des choses pour faire un polar bien classique".


Des imperfections donc, des choses que je n'ai pas aimé. Mais c'est un polar bien fait, une histoire qui est globalement bien construite, qui manipule suffisamment bien le lecteur. Je ne me suis pas ennuyé, j'ai lu rapidement sans devoir me forcer.

Mais je n'ai pas eu non plus de coup de cœur qui aurait pu me réconcilier entièrement avec Grangé. Toutefois, à l'occasion je pourrais me laisser retenter par un autre de ses livres pour voir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :