Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Incardona Joseph: Trash Circus

trash circus

 

 Livre reçu dans le Cadre de masse critique avec BABELIO

 

L'histoire: Frédéric Haltier travaille dans l'univers schizophrène de la télé réalité. Version trash. Argent, sexe, drogue, cynisme et hypocrisie... Mais ce jeune homme moderne entretient également une passion secrète pour les rassemblements hooligans, leur violence et leur sauvagerie. Tout irait donc pour le mieux dans cette existence soigneusement compartimentée si Haltier n'avait pas l'idée malencontreuse de mélanger le travail et le plaisir. Un de ses collègues en paiera le prix sur un fauteuil roulant. Dès lors, d'inquiétants messages s'accumulent dans la boîte vocale, sur l'ordinateur ou dans les poches d'Haltier. Toujours les mêmes : « Je sais qui vous êtes Frédéric Haltier! ». La traque commence

 

Mon avis:
Frédéric Haltier travaille pour une grosse chaine de télévision. A mon avis l'auteur nous suggère une chaine de type Canal + au temps de la démesure de Jean Marie Messier. Co-producteur au sein d'une compagnie qui fait là aussi référence à une entité existente (Endemol) d'une émission trash à succés, il navigue dans un univers de fric, d'alcool, de drogue et de sexe. Mais son jardin secret, son fantasme innavouable, c'est la violence hooligan des tribunes de stade de foot qu'il assouvie dans les virages du Parc des Princes lors des match du PSG.
Un univers bien ancré dans notre présent donc.
Mais Frédéric Haltier va finir par s'y perdre.
C'est lui qui nous raconte sa vie. Tout d'abord quelques jours par mois (une semaine en octobre, une semaine en novembre) qui forment les deux premières parties du livre. Puis en Décembre LE week end, celui qui doit voire sa gloire consacrée et qui va le mener au bord du gouffre (tombera, tombera pas?)
Haltier est un personnage antipathique. Il n'a pas de moral, du mépris pour tout et tous. Mais au fond à le lire, on finit par comprendre que derrière cette suffisance et ce mépris se cache la peur de perdre tout ce qu'il a.
Et comme dans tout bon roman noir, le personnage va tomber de Charrybe en Scylla, faisant les mauvais choix puis tremblant pour les conséquences de ses actes, tout en commettant d'autres transgressions tout aussi ignobles que risquées.

Un bon roman dans son style, mais à reserver à un lectorat averti. Le langage est cru, les situations et les personnages totalements amoraux et parfois pervers. (Je le classe en "Thriller" car c'est une catégorie que je lis plutôt il serait mieux dans une catégorie "roman noir" (style "série noire") que je ne créé pas car lecteur plutot occasionnel de ce style)

 

Le roman nous parle des milieux Sexe alcool drogue et rock'n'roll de la télé mais en cette période DSK on peut aussi se projetter vers d'autres milieux tout aussi malsains ou les entourages professionnels sont des souffres douleurs ou de petits esclaves, les femmes des objets de désirs et de plaisirs sexuels et les puissants des modèles devant qui on se montre obséquieux de peur de perdre sa position et retomber dans l'univers du tout venant que l'on exécre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :