Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faulks Sebastian: 007 Le diable l'emporte

007 faulks

L'histoire: Sebastian Faulks reprend l'histoire de James Bond là où Fleming l'avait laissée avec Octopussy. Lorsque débute Le Diable l'emporte, nous sommes donc toujours en pleine guerre froide. Le Diable l'emporte nous entraîne sans temps mort dans l'univers des meilleurs James Bond et réunit tous les ingrédients qu'on attend d'une aventure du plus sexy et du plus efficace des agents secrets : glamour, suspense et action.

 

Mon avis: Après plusieurs tentative de prolonger la vie littéraire de 007 via des auteurs qui en ont fait tout et sutout n'importe quoi, à l'occasion du centenaire de la naissance de Ian Flemming, on confia à Sebastian Faulks la lourde tache d'écrire un nouveau James Bond.

L'auteur choisi alors de reprendre le personnage là ou son créateur l'avait laissé. De ce fait, pas de transposition du personnage à notre époque, c'est le lecteur qui va repartir à la grande époque de la guerre froide affronter l'URSS, les passages en France évoqueront le FLN, on parlera de l'Opium, de la 2eme guerre mondiale encore assez proche...etc.

Faulks a bien lu Fleming et lui reste fidèle sur bien des points.

Pas de gadgets abracadabrantesques concoctés par un "Q" (Bond méprise les gadgets et n'a confiance qu'en ses capacités et son arme), pas de voitures rutilantes, d'armées de jeunes femmes courts vétues. Il y a bien une femme, comme dans tous les Bond, mais leur relation correspond à celles que Fleming décrivait dans ces romans. De même, Bond n'est pas superman, il se blesse, a ses limites, fait des erreurs. Il est un peu paranoïaque (un gage de survie dans son métier) et sait rebondir dans les pires situations. Il sait aussi se montrer sans pitié.

Un cahier des charges bien rempli par l'auteur donc, que tout connaisseur du Bond de Fleming devrait reconnaitre je pense.

Et pourtant... Pourtant il manque un petit je ne sais quoi qui faisait du personnage de 007 un homme fascinant , inquietant, un tueur froid... Etait ce le style de Flemming, sa façon de nous conter l'histoire? Je ne sais pas, mais c'est le reproche que je pourrais faire à ce livre. Il est bien meilleur que tous ceux que j'ai pu lire depuis les originaux, mais il l'est moins qu'un livre de Fleming.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :