Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carofiglio Gianrico: Le silence pour preuve

le silence pour preuve

 

L'histoire: Les époux Ferrara sont fous d’angoisse : leur fille a disparu depuis six mois, évanouie dans le
néant, et les pistes suivies jusque-là n'ont mené à rien. Refusant de se rendre à l’évidence et de
voir classer l’affaire, ils veulent charger Guerrieri, avocat assez renommé, d'enquêter sur cette
disparition. Après bien des hésitations, celui-ci finit par accepter. 

 Plus détective qu'avocat, donc, Guerrieri n'en est pas moins séduisant, avec sa manie des citations littéraires, cinématographiques et musicales, ses allures de perdant à la Charlie Brown malgré ses succès professionnels, son habitude de confier ses secrets à son sac de boxe…

 

Mon avis: ce roman aurait pu se classer dans une categorie de "légal thriller" comme beaucoup de romans américains ecrits par des avocats. Mais deux choses font qu'il ne rentre pas dans cette categorie: le thème de l'histoire pour commencer, car si le héros est bien avocat, on lui demande de vérifier une enquête ce qui est l'appanage d'un "privé" et non d'un juriste en principe; Le traitement de l'intrigue ensuite où - même si l'auteur apporte ici et là quelques précisions sur les procédures judiciaires italiennes - l'on assiste à une enquête et non à des joutes judiciaires dans un tribunal.

L'autre différence avec les thrillers américains, c'est le rythme et les personnages: pas de glauque, de grosses félures ou d'immoralité chez les personnages. La prostitué est rangé, le dealer prêt à raccrocher et à aider l'avocat dans son enquête....

Trop propre tout ça?

Peut etre si on recherche la tension plus habituelle d'un roman noir, mais ces descriptions sont peut etre moins spectaculaires et plus proches de certaines réalités.

L'enquête elle même n'est qu'une partie du roman, entrecoupée de tranches de vie du héros sans aucun rapport avec l'affaire.

Un livre qui se lit vite (moins de 250 pages de courts chapitres) mais qui emporte le lecteur dans une atmosphère nonchalante et intimiste à la rencontre (à la suite pour ceux qui ont lu les précédents romans de l'auteur) de maitre Guerrieri.

Je n'aurais sans doute pas acheté ce livre n'étant ni fan de l'Italie, ni fan des "legal thriller" et pourtant j'ai apprécié cette lecture. Je la deconseille à ceux qui recherchent un polar très noir ou une intrigue inhabituelle, mais il reste digne d'interet. C'est à la fois le recit d'une tranche de vie de cet avocat quadragenaire et la curiosité de découvrir la vie cachée de la jeune femme disparue, comme dans les series d'enquete du type "porté disparu" ou l'on decouvre que sous les apparences la vie des gens est souvent une inconnue même pour leurs proches.

Le tout ponctué de références à la litterature, le cinéma, la chanson (certaines italiennes diffcile à appréhender pour un français, mais d'autres aussez internationales) et à la nostalgie du passé évoquée par le héros-narateur (que je partage sur certains points du fait de notre age proche)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
O
<br /> <br /> Bonjour Bruno<br /> <br /> <br /> Moi aussi j'ai fort apprécié cet ouvrage qui est une bouffée de fraîcheur dans une production qui systématise la violence. Bonne fin de semaine<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre