Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michel Folco 1 jour 1 auteur article 23

Michel Folco 1 jour 1 auteur article 23

Il fut un temps où Bernard Pivot présentait chaque semaine à la télévision une émission littéraire.

Apostrophe, puis Bouillon de Culture, recevait ainsi des écrivains venus présenter leurs derniers livres. Aujourd'hui La grande librairie sur france 5 ressemble à ces émissions d'antan, et Bernard Pivot demeure actif sur twitter dans des tweet bien plus fins et intéressants que ceux de Donald Trump!

Lors d'une de ces émissions, donc, Michel Folco vient présenter son roman Dieu et nous seuls pouvons, sur une dynastie de personnages originaux: une famille de bourreaux!

Intrigué, intéressé par ce qu'en disait l'auteur, mon frère acheta cet ouvrage et me le prêta après lecture. Et comme lui j'en devint immédiatement fan, ce qui nous amena à lire les suivants.

Michel Folco, est un écrivain français né à Albi le 29 septembre 1943.
Il a travaillé comme photographe pour les agences Black Star, Gamma et Sipa avant de se consacrer à la littérature. Il reçut le prix Jean d'Heurs en 1995.
Son premier livre, Dieu et nous seuls pouvons, qui raconte l'histoire de la dynastie Pibrac, exécuteurs des hautes et basses œuvres, a été adapté (pour sa première partie) par Christian Fechner dans son film Justinien Trouvé ou le Bâtard de Dieu.


Dans les trois suivants, on retrouve la même partie du Rouergue, pour y raconter l'histoire des épateurs de Racleterre, les quintuplés nés de l'union de Clovis Tricotin et de sa femme.

Dieu et nous seuls pouvons est le premier roman de Michel Folco, paru en 1991. Il raconte en deux sous-parties et avec humour, l'histoire peu commune des Pibrac, une famille fictive de bourreaux dans l'Aveyron entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle.
En 1663, un nourrisson au nez arraché est découvert à l'entrée d'une abbaye de l'Aveyron. En attendant son adolescence (l'âge où il pourra devenir à son tour moine novice), l'abbé confie l'enfant au couple Coutouly. Ceux-ci élèvent le petit Justinien Trouvé (Justinien en l'honneur de l'empereur de Byzance, qui avait lui aussi le nez coupé, et Trouvé parce que c'est un enfant trouvé) comme leur propre enfant. Justinien devient un gamin intelligent, vif et fort instruit. Toutefois, à la puberté, il n'envisage pas avec plaisir de devenir moine. De là, sa vie entière prend un tournant inattendu. D'aventures en aventures, il se retrouve injustement accusé d'être un bricon rôdant dans le village de Bellerocaille-en-Rouergue et condamné à 20 ans de galères. Mais alors qu'il attend avec angoisse son futur départ pour les galères, son geôlier lui propose un moyen d'obtenir sa grâce... Bellerocaille n'a alors pas de bourreau et un homme vient d'être condamné à mort pour un crime horrible. Or, malgré une offre généreuse de rémunération, personne dans le village n'a manifesté l'envie d'exécuter l'assassin. Justinien, un peu rétif au départ, finira par se résoudre à cette solution... Et c'est sous le nom de Justinien Pibrac qu'il deviendra l'ancêtre fondateur d'une des plus importantes lignées de bourreaux en France.

Très documenté et écrit dans un style truculent, ce roman est à la fois agréable et très instructif. On y voit l'évolution du métier de bourreau et de la façon de rendre la justice au cours du temps. On y apprend aussi l'origine de beaucoup d'expressions ou de croyances dérivées de ce métier (ne pas passer sous une échelle - car seul le condamné passait sous l’échelle du gibet- Mariée ou pendue - car une femme condamnée à la pendaison était graciée si quelqu'un acceptait de l'épouser-...)

Un loup est un loup est le deuxième roman de Michel Folco paru en 1995.
Sans être vraiment la suite du premier livre de Folco, l'histoire se déroule dans un contexte géographique et historique proche. En effet, c'est deux générations plus tard et dans un bourg voisin que Folco inscrit sa narration.
De nombreux éléments abordés dans le premier livre sont repris : les descendants de Justinien Pibrac, bourreau dans Dieu et nous seuls pouvons, interviennent dans l'intrigue ; les relations entre les nobles de la famille Armogaste et ceux de la famille Boutefeux sont rappelées, rendant l'ensemble de l'œuvre littéraire de Folco riche et cohérent.
Cette œuvre historique permet donc de se pencher, à travers le récit de la vie de quintuplés dont le principal personnage est Charlemagne Tricotin, sur de nombreux sujets tels que les relations des nobles et des habitants des bourgs (compliquées par les rivalités avec les « Maisons » et les régiments de l'armée du Roi), les nombreuses croyances populaires (concernant entre autres les loups-garous) et les métiers, bien évoqués grâce à de très riches descriptions (le métier de bourreau, de maréchal ferrant, de sabotier, de piqueur, ainsi que l'univers de la vénerie)...

Aussi truculent que le premier et tout aussi érudit. On apprend beaucoup de chose sans que l'auteur nous "fasse la leçon", des notions très intéressante sont simplement énoncées en quelques phrases au milieu de l'histoire. Un talent certain de Folco pour raconter son histoire.

En avant comme avant ! est le troisième roman de Michel Folco paru en 2001.
L'action reste concentrée sur les aventures de Charlemagne Tricotin. Ses frères et sa sœur ayant réussi à lui éviter l'emprisonnement dans les galères royales, Charlemagne s'enfuit à Paris en espérant plaider sa cause auprès du roi Louis XVI.
Le roman nous fait alors revivre un Paris sous les derniers jours de la monarchie. L'auteur en profite pour aborder plusieurs thèmes :
La vie des aristocrates et leurs plaisirs coûteux : chasses, duels, jeux de hasard, etc. ;
Les emprisonnements arbitraires sous simple lettre de cachet du roi et la vie dans la prison de la Bastille ;
 La vie d'une colonie de rats au sein des murs de ladite prison.
L'arrivée d'un Charlemagne aux pieds bien en terre dans un monde d'apparences et de légèreté est une source de multiples quiproquos permettant à l’auteur de faire évoluer l’histoire.

Même le mal se fait bien est le quatrième roman de Michel Folco paru en 2008.

L'action se passe peu après les guerres Napoléoniennes, pendant lesquelles Charlemagne, personnage central du livre précédent En avant comme avant !, décède peu après son mariage. L’histoire se concentre alors sur son petit-fils qui, pour tenir la promesse faite à son père mourant, quitte son village natal en Italie et part à la découverte de l'histoire de son père et de ses ascendants.
Michel Folco profite de ce voyage initiatique en plein XIXe siècle pour faire plusieurs portraits :
La domination des autrichiens sur l’Europe et plus particulièrement sur l’Italie ;
Vienne, ville moderne de l’Europe d’alors ;
Le fonctionnement de la science et ses errements ;
Le fonctionnement administratif d’une maison close ;
L’organisation et les conditions de voyage à l’époque (trains, hôtels, bateaux, etc.).

Il va rencontrer Freud et un jeune garçon attiré par la peinture et prénommé Adolf...

Le roman est tout aussi prenant que les autres au final, j'ai juste regretté que la promesse implicite à la fin de En avant comme avant! d'une suite sur Charlemagne à l'école militaire avec le jeune Bonaparte soit éclipsée par ce bon en avant dans le temps.

La Jeunesse mélancolique et très désabusée d'Adolf Hitler est le cinquième roman de Michel Folco paru en 2010

Le roman s'intéresse à la jeunesse d'Adolf Hitler, de la rencontre de ses parents, Aloïs Schicklgruber-Hitler et Klara Pölzl, jusqu'à sa période viennoise. Le livre se demande pourquoi Hitler est devenu ce qu'il est devenu. Le livre met en scène certains personnages des livres précédents de Michel Folco tels que Marcello Tricotini, Aloïs Schicklgruber-Hitler, Klara Pölz ainsi qu'Hitler lui-même durant une scène qui était aussi dans Même le mal se fait bien.

Je n'ai pas (encore) lu ce dernier roman paru. Michel Folco met longtemps à écrire chacun de ses romans, il faut donc être patient entre deux publications. Mais le contenu foisonnant explique en partie ce temps d'écriture (et de recherches sans doute aussi).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :