Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les comics de super héros US: 1 jour 1 BD article 5

Les comics de super héros US: 1 jour 1 BD article 5

A l'age du collège (années 80), nous avons, mon frère et moi plongé dans une addiction: les revues périodiques publiant en France des comics américains plein de super-héros...

A cette époque, ces publications étaient vendues chez le marchand de journaux. Nous n'avions pas vraiment d'argent de poche mais nos parents nous laissaient acheter de temps en autre, pour occuper un peu nos vacances par exemple, quelques uns de ces périodiques.

Notre premier achat fut je crois un Spécial Strange (publié par les éditions LUG, éditeur lyonnais dont on reparlera bientôt au sujet de ses propres créations super-héroïques).

La principale bande dessinée qui nous y intéressa fut celle des "nouveaux X-men" dont nous allions suivre les péripéties jusqu'au numéro ci-dessus (et les précédents) relatant la première mort tragique dans cet univers: La mort de Jean Grey, Strange-girl devenue Phénix. J'étais plutôt fan de cyclope, mon frère de Serval (oui à l'époque volwerine avait un nom français et il faut bien avouer que la VF de volwerine étant "glouton", le nom de "Serval" était bien trouvé)

Mais alléché par notre découverte de Spiderman et des X-men nous nous sommes rapidement intéressés à leurs homologues paraissant dans Spidey

 

une version pour les plus jeunes au début. Puis nous avons suivi spiderman dans Strange

 

Dans lequel Iron-man et Daredevil nous plaisaient beaucoup. Le premier pour ses inventions d'armures afin de vaincre de nouveaux ennemis, le second parce qu'un aveugle super-héros c'était quand même incroyable.

Quand une revue parut sur l'origine de nos super-héros (et d'autres que nous connaissions moins ou pas encore), nous avons bien entendu acheté Strange Spécial Origine

On y découvrait la première apparition d'un héros ou d'un groupe, précédé d'un interview de son ou ses créateurs (souvent Stan Lee).

Il y avait d'autres revues à ce moment là pour publier les innombrables séries de la "maison des idées", mais faute de finances immodérées, il fallait faire un choix. Alors exit Nova.

Parce que nous étions moins fan des 4 fantastiques que des x-men. Et que le format un peu particulier de la revue la rendait aussi moins agréable à lire. Et Nova (qui donnait son nom au titre ne nous attirait pas trop à l'époque (bien avant les gardiens de la galaxie et son revival). Et adieu Titans

Même si j'étais accroc à star wars et qu'on y trouvait des aventures de Leia, Luke et Han. 

Adieu... pas complétement car après leur publication au numéro, LUG ressortait les anciens numéros sous forme d'intégrale où on payait 4 revues pour le prix d'une. Aussi à l'occasion nous nous offrions ces promo...

Une enfance, une adolescence et un début d'âge adulte accompagné de toute la galerie de héros aujourd'hui passés au cinéma. Des décennies d'aventures variées restant dans mon imaginaire. Une époque où certains termes étaient traduits (avec plus ou moins de réussite) mais aussi des noms en VO comme Iron-man, silver sable, dazzler m'ont fait chercher leur signification et apprendre quelques termes anglais...

A l'occasion d'un week end, d'une pièce de 5 ou 10 francs donnée, nous nous offrions aussi parfois un fascicule plus modeste:

Des petits fascicules édités par AREDIT dans lesquels, les héros DC et certains héros marvel moins célèbres étaient confinés dans des petits ou moyens formats,  en noir et blanc parfois.

Ainsi j'ai découvert Green Arrow et Green Lantern sans couleur (heureusement on n'en était pas encore à la guerre des lantern corps de toutes les couleurs...), ainsi que des héros Marvel moins populaires comme Thor et Namor (pluôt Thor, en noir et blanc..) ou Adam Strange et ses voyages intersidéraux par rayon Zeta..

 

Des traductions tout aussi hasardeuses également puisque on nommait la JSA (Justice Society of América - La Société de Justice d'Amérique; l'ancêtre de la Ligue de Justice)  "l'escadron des étoiles" par exemple...

Mais cela ne nous a pas empêché de lire, jouer et rêver avec ces personnages.

Aujourd'hui cette publication périodique en Kiosque est en perte de vitesse, voire quasi disparue. A l'instar des séries TV, le "Sérial" ne plait plus, on "Binge Watch" les épisodes d'un coup sans avoir la patience d'attendre un mois de découvrir la suite. Par contre DC est à présent géré par une maison d'édition (Urban Comics) qui fait un bon travail et ressort en librairie des recueils Batman, Superman, Green Arrow, Flash... etc. de ces âges anciens devenus des "classiques"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Bernie 14/03/2020 18:21

moi le collège c'était dans les années 70 et j'ai aussi plongé un peu dans cet univers, un article qui ravive plein de souvenirs, c'est top