Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Teulé 1 jour 1 auteur article 30

Jean Teulé 1 jour 1 auteur article 30

J'ai découvert un auteur...à la télévision. Non pas dans une émission littéraire, mais en tant que chroniqueur dans une émission culturelle mais assez populaire malgré tout, sur Antenne 2 , dans les années 90, aux coté du présentateur (ex présentateur du JT) Bernard Rapp.

Jean Teulé y parlait alors plutôt d'art et même du septième art qu'il pratiquait. A ce moment là il n'avait encore jamais écrit de roman.

Revenons un peu sur son parcours:

Jean Teulé, est né le 26 février 1953 à Saint-Lô (Manche). Dans son enfance, ses parents quittent st-Lô et s'installent à Arcueil.
 En CM1, à l'école communale Jules-Ferry, il est le camarade de classe de Jean-Paul Gaultier, qui dessine déjà des costumes. Tous deux resteront en contact avec leur ancienne institutrice, qui a aussi enseigné la lecture à Bernard Fixot.
Il s'oriente vers le dessin, suivant des études à l'école de l'art de la rue Madame (aujourd'hui lycée Maximilien Vox). André Barbe, auteur de bande dessinée alors en vogue, remarque une de ses illustrations chez un libraire d'Arcueil et le fait entrer à L'Écho des savanes.
Entré à L'Écho des savanes au numéro 44 de septembre 1978, Jean Teulé en devient immédiatement un pilier, y apparaissant sans discontinuer jusqu'au numéro 81, et figurant au sommaire du numéro 84, le dernier de la formule historique. Il s'inscrit dans la mouvance des auteurs qui travaillent à partir de photographies retravaillées, tels Jean-Claude Claeys ou les membres du Groupe Bazooka.


À la fin de l'année 1983, Teulé entre à Circus, l'un des mensuels de la maison d'édition, et en reste un collaborateur régulier jusqu'en 1986. De 1984 à 1986, il publie également trois nouveaux albums aux éditions Glénat. Arrivé très rapidement à maturité, Teulé sent poindre le risque du système, et décide de changer d'approche.
En janvier 1986, il publie dans Zéro le premier de ses reportages en bande dessinée où il présente des personnages loufoques, des originaux, à la manière de l'émission Strip-Tease, apparue l'année précédente sur la chaîne de télévision belge RTBF1. Quelques mois plus tard, ces histoires sont publiées dans (A SUIVRE), le mensuel de bande dessinée des éditions Casterman. Cette collaboration cesse en 1989 et débouche sur deux albums, Gens de France en 1988 et Gens d'ailleurs en 1990. Le premier obtient l'Alph-Art du meilleur album français. En 2005, les éditions Ego comme x publient une intégrale augmentée de ces récits.
Jean Teulé reçoit en 1990 au festival d'Angoulême un prix spécial du jury pour « contribution exceptionnelle au renouvellement du genre de la bande dessinée ». Le prenant pour un prix posthume, il abandonne sur le coup la carrière de dessinateur, se lance dans la télévision dans L'Assiette anglaise de Bernard Rapp qui l'a remarqué dans (A SUIVRE) puis Nulle part ailleurs sur Canal.

Élisabeth Gille lui propose son premier contrat pour la maison Julliard, où il publie Rainbow pour Rimbaud (1991). De ces débuts littéraires il explique: " "J'étais à Canal + et une éditrice de chez Julliard m'a dit : 'ça fait des années que je vous entends à la télé et ça fait des années que je me dis qu'en fait, vous êtes un écrivain qui ne le sait pas. Venez, je vous signe un contrat'", Je lui ai demandé combien de pages je devais rédiger à la main pour que cela fasse un livre. Et pendant qu'elle me parlait de tout ça, je voyais qu'elle avait préparé le contrat. Et surtout, je voyais le chèque de 50.000 francs sur la table. C'était un moment où j'avais besoin d'argent. J'ai accepté d'écrire mon premier livre pour le chèque.Pourtant,en prenant le métro pour rentrer chez moi, j'hésite à rebrousser chemin pour expliquer à l'éditrice qu'il s'agit d'un malentendu. Je me suis dit, 'je suis con, maintenant il faut que j'écrive un livre'. J'ai failli faire demi-tour mais comme j'avais besoin d'argent je suis parti avec le chèque et bon sang ça m'a plus d'écrire".

Et il n'a plus arrété, consacrant son temps à l'écriture, publiant un roman par an (ou tous les 2 ans maximum).
Aujourd'hui, dix-sept autres ouvrages portent sa signature:
L'Œil de Pâques (1992), Balade pour un père oublié (1995), Darling (1998) ,Bord cadre (1999), Longues Peines sur une idée de Jean-Marie Gourio, Les Lois de la gravité (2003), Ô Verlaine ! (2004), Je, François Villon (2006), Le Magasin des suicides (2007), Le Montespan (2008), Mangez-le si vous voulez (2009), Charly 9 (2011), Fleur de tonnerre (2013), Heloïse Ouille! (2015) Comme une respiration...(2016),  Entrez dans la danse (2018) et Gare à Lou (2019).

J'ai commencé par Je, François Villon. Cela m'a déjà fait connaitre ce poête qui a inspiré Rimbaud et sa vie...particulière. Cela m'a permis aussi d'aborder le style de Jean Teulé.

J'ai enchainé avec Charly 9, là encore une découverte de la vie du jeune roi Charles IX que je méconnaissais totalement.

Reste dans ma PAL à ce jour Le Montespand sur le méconnu mari de Mme de Montespand, maitresse célèbre du roi, et qui pour défier le souverain fit poser d'énorme cornes sur son carosse afin de revendiquer son statut de "cornu".

C'est là la particularité de Teulé: il prend un personnage historique méconnu, ou un fait divers passé inaperçu (dans Fleur de Tonnerre par ex sur une femme tueur en série) et nous raconte l'histoire à la manière d'un conte un peu burlesque. Je le rapprocherait de Michel Folco (voir article 23 de cette rubrique) pour ce mélange de connaissance et de récit picaresque voire décalé où l'érudition se dissimule derrière l'iconoclasme et la bizarrerie des personnages.

Enfin, concernant l'auteur, fréquentant régulièrement la foire du livre de Brive (dont il présida la 33ème édition en 2014), il est un de ces auteurs agréables et bienveillant avec ses lecteurs venus le voir et faire dédicacer ses derniers livres.

Un auteur à découvrir pour qui ne le connaitrait pas encore.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :