Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les classiques SF : 1 jour 1 auteur article 6

Les classiques SF : 1 jour 1 auteur article 6

Avide de lecture, je demandais systématiquement comme cadeaux de noël ou d'anniversaire d'avoir des livres. Je me rendais alors avec mes parents chez le libraire qui me conseillait quelques ouvrages classiques de science fiction. J'ai donc plongé dans la SF américaine des années 50-70 grâce à lui. Cette époque ou à travers une littérature de genre, les auteurs traitaient des problématiques sociales ou politiques de leur époque. Ces auteurs étaient publiés dans la Collection Présence du Futur ou Mille soleils pour un classique comme chroniques martiennes de Ray Bradbury

Je ne vais pas tous les citer, mais seulement rappeler quelques grands au travers de leurs œuvres les plus connues et qui m'ont marquées.

Isaac Asimov: né vers le 2 janvier 1920 à Petrovitchi, en Russie, et mort le 6 avril 1992 à New York, aux États-Unis, est un écrivain américano-russe (naturalisé américain en 1928) et un professeur de biochimie à l'Université de Boston, surtout connu pour ses œuvres de science-fiction et ses livres de vulgarisation scientifique.
Asimov est un écrivain prolifique qui a écrit ou édité plus de 500 livres . L'œuvre la plus  célèbre d'Asimov est la série Fondation (Foundation), dont les trois premiers livres ont remporté l'unique prix Hugo de la « Meilleure série de tous les temps » en 1966. Ses autres séries majeures sont le cycle de l'Empire (Galactic Empire) et le cycle des robots (Robot series).
A ce titre, il fait partie, avec Arthur C. Clarke et Robert A. Heinlein, des « Trois Grands » (Big Three) auteurs de science-fiction de langue anglaise.
Il a également écrit des ouvrages ayant pour thèmes la fiction mystérieuse et la fantasy, ainsi que de nombreux ouvrages de non-fiction.
Isaac Asimov, en dehors d'une inventivité débordante, se caractérise par la simplicité de son écriture. Pour lui, comme pour la plupart des auteurs anglo-saxons, les styles tourmentés ne font que rebuter le lecteur. C'est donc l'histoire, et elle seule, qui est mise en avant. Il fonde ses livres sur des dialogues entre protagonistes.

Je l'ai découvert dans des recueil de nouvelles Histoires mystérieuses et un roman Tyrann. Mais il lui est régulièrement fait allusion dans les oeuvres de SF au travers des 3 lois de la robotique qu'il a imaginé.

Arthur Charles Clarke, ou Arthur C. Clarke, né le 16 décembre 1917 à Minehead dans le Somerset au Royaume-Uni et mort le 19 mars 2008 (à 90 ans) à Colombo au Sri Lanka, est un écrivain de science-fiction, écrivain scientifique, futurologue, présentateur télé, explorateur sous-marin et inventeur britannique.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l’élaboration du système d’alerte radar qui a fortement contribué au succès de la Royal Air Force pendant la bataille d’Angleterre.

La célébrité lui vient grâce à son livre 2001 : l’Odyssée de l’espace. Le 22 avril 1964, Clarke rencontre en effet le réalisateur Stanley Kubrick au restaurant Trader Vic's du Plaza Hotel de New York. C'est à partir de cette rencontre que les deux hommes décident de travailler ensemble sur le projet. Le film est fondé sur la nouvelle La Sentinelle que Clarke a transformée en roman à l’époque où Stanley Kubrick en tirait un film. Les deux versions diffèrent légèrement l’une de l’autre. Son œuvre comporte de nombreux autres livres, en particulier la série des Rama et les suites à 2001, et un grand nombre de nouvelles.
Sa contribution scientifique la plus importante est certainement le concept de satellite géostationnaire largement mis en œuvre, de nos jours, pour les satellites de télécommunications qu’il proposa dans un article de Wireless World en 1945 et plus tard l’utilisation de plates-formes à satellites pour relayer les signaux de télévision et l’observation de la Terre. Il est également l'auteur des trois lois de Clarke.

J'ai vraiment apprécié Rendez-vous avec RAMA: En 2130, les radars terrestres repèrent un gigantesque cylindre qui pénètre dans le Système solaire. D'abord identifié comme l'astéroïde 31/439, on lui attribue le nom Rama en hommage au prince hindou Rama (« les astronomes [ayant] depuis longtemps épuisé la mythologie grecque et romaine»), quand on réalise que son envergure de 50 km de long par 20 km de diamètre et sa perfection impliquent nécessairement une origine extraterrestre.
L'équipe du vaisseau Endeavour, en mission de routine avant la découverte, est chargée d'aller à la rencontre du vaisseau, qui a déjà atteint l'orbite de Vénus, pour l'explorer. Ils réalisent progressivement que le cylindre, qui à première vue semblait inhabité, est occupé par de bien étranges créatures. Pendant ce temps, la Commission Rama réunit un panel de spécialistes et de représentants des mondes habités du Système solaire, les Planètes unies, afin de faire face à cette situation.

Ici est traité la rencontre avec une civilisation totalement différente de la notre. Comment communiquent ils? quelles sont les lois qui régissent leur monde? Peut on raisonner à partir de nos certitudes humaines et nos bases scientifiques que l'on croit immuables?

Enfin, arbitrairement un troisième roman de SF qui m'a durablement marqué:

 

Je suis une légende (I Am Legend) est un roman de science-fiction de l'auteur américain Richard Matheson paru en 1954 et adapté en 1964, 1971 et 2007 au cinéma (de façon différente et pas terrible à chaque fois...!!!).
Le livre relate le destin tragique du dernier homme sur Terre, seul être humain à ne pas avoir subi les affres d'une pandémie ayant inexorablement transformé les victimes infectées en créatures présentant des caractéristiques attribuables à la fois aux vampires et aux morts-vivants, ce dernier terme étant utilisé par le protagoniste alors qu'il s'interroge sur les motivations de son voisin, Ben Cortman, qui assiège quotidiennement la maison dans laquelle le héros vit retranché pendant la nuit (et qu'il protège avec des gousses d'ail et des croix, Cortman étant juif il ne craint pas les croix mais recule face à une Torah...).
Comme chaque roman de l'époque il se termine par une question assez philosophique: qu'est ce qui définie la bizarrerie? Qui choisit la norme?

Remplaçons la maladie des infectés par une autre religion, une autre croyance, un autre mode de vie, et on lira ce roman de manière très actuelle plus de 60 ans après son écriture.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :