Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fantasy

ANGE: Les trois lunes de Tanjor Tome 2

 tanjor 2-copie-1

L'histoire: En recouvrant le trône d'Harabec dont elle est l'héritière, la princesse Marikani a aussi révélé au galérien Arekh une vérité qui remet en cause toute son existence : les dieux et croyances cimentant le monde de Tanjor n'existent pas. C'en est trop pour Arekh : en proie à de grands tourments, il quitte la cour de la souveraine. Recruté au cours de son exil pour défendre une riche cité marchande, il constate cependant avec douleur les exactions continuelles de l'Eglise. Pendant ce temps, à Harabec, on tente d'assassiner Marikani, qui oppose néanmoins sa clémence à la volonté de répression des autorités. Face à un pouvoir religieux figé dans de séculaires traditions, la révolte gronde et la tourmente va réunir à nouveau Arekh et Marikani...

 

Mon avis: Après un premier tome qui pouvait paraitre un peu trop classique du point de vue de l'intrigue, on retrouve dans cette suite des intrigues plus profondes: politique, religion, complots. Et tout l'interet du premier tome se dévoile car on s'apperçoit alors que tout ce qui nous a été présenté en marge de l'intrigue nous permet ici d'être bien immergé dans ce monde et toutes ses tensions. Le peuple turquoise peut il échapper à l'esclavage de droit divin qu'on lui a imposé et Marikani peut elle échapper au destin de déesse qu'on veut lui imposer, elle qui ne croit pas? Et que va devenir l'amour inavoué entre elle et Arekh? LEs happy end sont rares dans cette trilogie et c'est aussi bien.

Un deuxième tome plus interessant que le premier (tout en nescessitant d'avoir lu le précédent pour bien le comprendre)

Voir les commentaires

ANGE: LES TROIS LUNES DE TANJOR tome 1

 tanjor 1-copie-1

Le peuple Turquoise:

 

L'histoire: Quelque part en mer, dans un monde ravagé par les guerres et la peste depuis des millénaires... Arekh, un galérien au passé mystérieux et trouble, est arraché à une mort certaine par une belle inconnue qui se révèle n'être autre que Marikani Aya Arrethas, héritière de la lignée des rois-sorciers d'Harabec. Accompagnés d'une suivante et d'un autre esclave sauvé de la noyade, les rescapés vont tenter de rallier la cité natale de la souveraine. Mais pour cela, ils devront déjouer les nombreuses embuscades tendues par l'émir, l'irréductible ennemi de la jeune femme. Des pics aux mines souterraines, du palais d'été des rois d'Harabec à la Cité des Pleurs, c'est une course-poursuite aux mille périls qui va s'engager

 

Mon avis:

Ce premier volume ressemble à une histoire qu'on pourrait qualifier de trop classique. Bien écrite, pas désagréable à lire, mais l'histoire du renégat bourru en perpetuelle opposition avec la gentille princesse altruiste, c'est du vu revu et réchauffé. On connaît la fin: ils se marrièent et eurent beaucoup d'enfants...

Sauf que!!

La fin n'est pas aussi heureuse. Mais ce n'est pas cela qui excuse tout ce premier tome. Car ce n'est qu'un premier tome, et il n'a d'interet que comme prelude aux deux autres. En effet au travers de cette histoire un peu classique, on découvre ce monde, ses légendes, son histoire et ses tensions politiques. Alors je pense qu'il mérite d'être lu au delà de cette première impression de déjà-vu et on s'appercevra ensuite que les auteurs nous ont habillement initié à leur monde pour mieux nous y plonger ensuite.

 

Après une premère impression négative, j'ai revu mon jugement à la lecture des deux autres volumes.

Voir les commentaires

Howard Robert E. : Bran Mak Morn

bran

L'histoire: (je devrais lire plutot: le livre) Les éditions Bragelonne ont entrepris de rééditer en compilations l'oeuvre de Howard. Après le célébrissime Conan le Cimmérien (6 volumes) et le moins connu Solomon Kane suivi d'un volume intitulé le seigneur de Samarcande dans lequel apparait Sonia la Rousse, une Conan au féminin, voici Bran Mak Morn, le roi des Pictes. Là encore un recueil de nouvelles re-traduites et un ensemble de documents inédits et de commentaires.

 

Mon avis: ancien lecteur de Conan (dans mon adolescence au hasard de quelques nouvelles) et d'un autre personnage El Borak lui aussi créé par Howard, je n'ai pas été vraiment dépaysé par ce livre. Bran est un etre d'exception vivant dans une époque sauvage où il survit de par sa volonté et son habileté au combat. Toutefois, ce livre est je pense à réserver aux fan ou du moins aux lecteurs intéréssés par l'auteur. Avant tout il est riche des textes annexes (synopsys, poêmes, versions de travail des nouvelles, textes inachevés et correspondances avec un grand auteur de fantastique: Lovecraft). Concernant les nouvelles Mak Morn n'y apparait pas toujours (ou très indirectement). Il y est surtout question du peuple Picte qui fascinait Howard. Un peuple de petits personnages sombres qui disparut des iles anglaises (ici nommées Bretagne) chassés par les Celtes puis les Romains (selon l'auteur) et qu'on voit ici ressurgir pour combattre vikings et romains avant de retourner aux fonds des forets et des grottes où ils se cachent. Certains récits flirtent avec la mythologie Lovecraftienne et la correspondance entre Howard et Lovecraft montre leurs échanges sur certains thèmes.

En résumé: intéressant historiquement et littérairement pour un lecteur aimant Howard ou voulant le découvrir plus avant mais pas pour un débutant dans son oeuvre.

Voir les commentaires

Pevel Pierre : l'alchimiste des ombres (les lames du cardinal 2)

lames cardi 2

L'histoire: Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume.
Surgis de la nuit des temps, ils sont avides de pouvoir et décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire déjà dans les plus grandes cours d'Europe.
Pour déjouer leurs sinistres complots, Richelieu a reformé son unité d'élite, une compagnie clandestine d'aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d'élégance et d'astuce. Six hommes et une femme aux talents exceptionnels prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal.
Mais alors qu'ils ont rendez-vous, par une nuit d'orage, avec une espionne italienne aussi belle que dangereuse qui prétend détenir les clés d'un complot à venir, ils sont loin d'imaginer l'ampleur de la tragédie qui va s'abattre sur la France et les obliger à affronter leur plus terrible adversaire : l'Alchimiste des ombres...

 

Mon avis:  Je suis un grand fan de series TV et  l'écriture de Pevel ici est une description de séquence de cliffhanger (suspens pour tenir le spectateur en haleine avant le prochain épisode - pour les non initiés à la serie TV US). J'ai dit pour le premier tome que j'avais pu discuter un peu avec l'auteur qui m'a assuré s'être appuyé sur un socle historique exact d'une période de l'histoire qu'il adore et que même les lames seraient le fruit de son imagination mais inspiré par certains écrits d'époque. Comme pour le premier tome, lire ce roman c'est voir se dérouler un film des 3 mousquetaires: poursuites dans les rues de paris, complots à la cour, combats à l'épée et ce petit zeste de fantastique qui ajoute au plaisir et au depaysement.

Voir les commentaires

Pevel Pierre : Les lames du cardinal

lames cardi 1

L'histoire: Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'œuvre des plus fourbes adversaires du royaume: les dragons! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes...

 

Mon avis: Pierre Pevel, je l'ai découvert avec sa trilogie du chevalier Kantz de Wielstadt, et ayant la chance de le voir (et lui parler surtout ) à la foire du Livre de Brive-la-gaillarde en 2009 je me suis fait dédicacer ces 2 premiers tomes de son nouvel ouvrage. Et je ne suis pas déçu. Habilement situé dans un contexte historique, les "lames du cardinal", sorte de comando spécial, main armée du fameux Cardinal m'a ramené dans les Trois mousquetaires. Duels au sabre, mousquetaires (avec un clin d'oeil vers les fameux "trois" de Dumas), complots royaux..tout y est, bien écrit, bien raconté. Mon seul reproche: ces passages ou l'auteur nous instruit certe, mais de façon malhabile ("à cette époque, on dinait le midi et on soupait le soir": cela fait un peu trop manuel d'histoire au milieu d'un récit et ces petites "remarques" se repettent plusieus fois). Mais au final un très bon roman du genre avec tout juste ce qu'il faut de fantasy (les dragons). C'est le premier tome, un peu axé sur la présentation des personnage et la révélation de l'histoire des lames. Une fin "à suivre" mais qui à l'instar d'un Dumas feuilletoniste, clos l'intrigue principale tout en alléchant le lectuer pour l'entrainer vers le prochain volume

Voir les commentaires

Pevel Pierre : Wielstadt (la trilogie)

Pierre Pevel est un auteur français que j'ai découvert au travers de cette trilogie du chevalier de Wielstadt.

wielstadt ombres

Histoire: Hiver 1620 : le Saint Empire Romain Germanique est dévoré par les premiers feux de la Guerre de Trente Ans. Après s'être acquitté d'une délicate mission pour l'Ordre des Templiers, le Chevalier Kantz revient à Wielstadt, une cité allemande protégée depuis toujours par un mystérieux dragon. Chasseur de démons initié aux arts secrets de la Kabbale, Kantz est un exorciste qui mène contre le mal une croisade solitaire et implacable. Rapière au poing, il va devoir traquer une insaisissable meute de goules qui répand la terreur dans la ville

wielstadt masque

Histoire: Eté 1623 : la guerre de Trente Ans s'est étendue à tout le Saint Empire romain germanique, lequel connaît certaines des heures les plus tragiques et sanglantes de son histoire. Grâce au dragon qui la protège jalousement, Wielstadt a jusqu'alors échappé aux massacres. Mais l'immense cité est devenue le lieu privilégié des affrontements entre le Bien et le Mal. Aidé de trois terrifiants spadassins surgis des Enfers, un puissant démon à visage humain vient ainsi d'y élire domicile pour accomplir de sinistres desseins. Seul le Chevalier Kantz, un exorciste en armes au passé mystérieux, grand connaisseur de la Kabbale et combattant redoutable, est à même de s'opposer au démon et d'empêcher le pire. Mais, pour cela, il lui faudra d'abord déjouer les intrigues de la Sainte-Vehme et résoudre le mystère d'une prophétie longtemps tenue secrète par les templiers...

 

 wielstadt chevalier

Histoire: Automne 1624. Un an s'est écoulé depuis les événements rapportés dans Les Masques de Wielstadt. La guerre de Trente Ans semble s'essouffler mais, malgré la paix précaire qui s'est instaurée dans le Saint empire, Wielstadt traverse des jours particulièrement sombres. Tandis que des sociétés secrètes s'affrontent pour le pouvoir, règlements de compte, profanations de sépultures et messes noires dans les catacombes sont devenus le lot presque quotidien de la cité. En outre, un tueur fou - le Voleur de visage - y sévit désormais. Insaisissable et sanguinaire, celui-ci commet des meurtres rituels qui terrifient la ville et menacent de la plonger dans le chaos. Le bourgmestre de Wielstadt fait de nouveau appel au chevalier Kantz. Mais doutant plus que jamais de lui-même et du bien-fondé de sa croisade solitaire contre le Mal, Kantz réussira-t-il à résoudre l'énigme qui met en péril Wielstadt la maudite ? Pour y parvenir, il devra renouer avec un passé ancien et douloureux, au risque d'y perdre son âme

 

Mon avis:  Tout l'art de Pevel c'est comme alexandre Dumas de nous conter des aventures chevaleresque du temps passé dans un décors historique. Sa touche à lui: y rajouter quelques événements et créatures issu(e)s du fantastique comme ce Dragon qui protège la ville ou ces Goules et autres ordres occultes contre lesquels Kantz va se battre. C'est vraiment l'impression que j'ai eu en lisant ces livres (non réédités dans cette collection mais qui devrait- selon ce que m'a dit l'auteur revoir le jour dans une autre maison d'edition peut etre en intégrale) lire duDumas moderne matiné d'occulte léger avec des personnages originaux (la petite fée "clochette" par exemple qui semble bien sortie de peter Pan). Une excellente lecture même si comme mois on n'est pas féru d'histoire de cette époque (contrairement à l'auteur)

Voir les commentaires

Hobb Robin: L'assassin Royal (1er cycle)

C'est une serie en 13 tomes (en français, les éditeurs ayant l'habitude - lucrative- de diviser les gros volumes originaux en 3). Mais la première moitié forme déjà un cycle. Le deuxième reprends plus tard et il n'est pas mauvais de changer d'air avec la saga des aventuriers de la mer entre les deux.



L'histoire:  Elle se deroule à Castelcerf, dans le royaume des six duché (plutôt au nord du monde).
 Dans ces duchés, les habitants portent tous des noms imagés  reflétant leur personalité comme le roi Subtil père des princes Vérité et Chevalerie. Ce dernier, prince défunt, laisse un baterd Fritz (qui signifie justement batard en anglais) que sa mère vient déposer sur les marches du palais. Confié aux bons soins du maitre des écuries, le jeune garçon va grandir au palais. Il va découvrir très vite qu'il possède un "don", une ancienne magie nommée le vif qui permet de communiquer avec les animaux mais considérée comme diabolique. De par son sang (a demi) royal, il possède aussi le talent de l'Art, la magie de la famille royale.
Mais n'étant qu'un batard, on ne l'initie pas à l'Art, mais au maniement des armes plus ordinaires. Et, parallélement le roi le confie aux bons soins secrets de son assassin pour qu'il devienne à son tour l'assassin royal, celui qui règle secrètement les affaires inavouables du royaume.
Pendant que Fritz grandit, un danger menaçe le royaume: des pirates qui enlèvent les habitants et menacent de les rendre si on ne cède pas à leurs exigence (non non, je ne suis pas fou, c'est bien ça leur menace, et elle est vraiment effrayante vous verez si vous lisez).
Partagé entre son héritage, la noblesse de son sang et la magie de l'Art d'un coté et son entrainement d'assassin, ses sentiments, les complots contre lui et son attrait pour le vif, Fritz va devoir sauver les six duchés tout en se sauvant lui-même.

 

Mon avis:
Un premier cycle prenant

L'histoire est écrite à la première personne. Racontée par Fritz et c'est donc à travers ses yeux que l'on découvre le monde des six duchés.
 Robin Hobb est une conteuse extraordinaire. Le rythme est lent mais sa description des personnages et de leurs sentiments est extremement bien faite.
 Le sort de ses héros est un peu défaitiste (on se dit parfois que ce pauvre Fritz fait toujours les mauvais choix ou manque singulièrement de chance). Les magies évoquées originales et bien présentées.
 Même un lecteur peu familier du genre suivra sans peine les tribulations du héros.
 Par contre les fan de grandes batailles épiques et de grands espaces n'y trouveront rien à se mettre sous la dent. Excepté le long voyage final, tout le début se déroule au palais ou en ville. Les affrontements sont plutôt des intrigues de cour et des luttes d'influence (ou des rivalités amoureuses)

J'ai adoré, je le recommande chaudement.

Voir les commentaires

Cook Glen: La compagnie noire (les livres du nord)

Ce livre est un recueil des trois premiers tomes des annales de la compagnie noire, parus égalements en volumes séparés chez atalante (superbe collection) et en poche (si on privilégie le budget).

Trois volumes donc: La compagnie noire, Le chateau noir, La rose blanche.

Résumé: "Mercenaires nous sommes et nous resterons. Que nous importe si la cause de notre employeur est légitime ? On nous paye pour la servir. Nous sommes la dernière des compagnies franches de Khatovar. Nos traditions et nos souvenirs ne vivent que dans les présentes annales et nous sommes les seuls à porter notre deuil. C'est la Compagnie noire contre le monde entier. Il en a toujours été, il en sera toujours ainsi"
C'est ainsi que l'analyste nommé Toubib commence le livre. Toubib est bien sur le médecin de la compagnie de mercenaire. Une sorte de légion étrangère ou l'on rentre en laissant derrière soi son passé et son identité réelle.
Toubib n'est pas le premier analyste, car la compagnie a vécu bien avant lui et peu de ses membres d'origine sont encore en vie. Même qu'un oeil, le vieux sorcier centenaire ne connais pas le Khatovar, ce pays du sud dont elle est originaire.
Pour l'heure la compagnie est au nord, employée par La Dame, Sorcière despote gouvernant avec ses dix sorciers asservis. Car depuis le passage d'une comète, certains rappellent la légende: une rose blanche viendra libérer le pays.
C'est l'accomplissement (ou non) de cette prophétie que racontent ces trois volumes.

Mon avis: Le début est difficile. Glen Cook prends le parti de ne rien expliquer vraiment. On lit le récit de Toubib, comme si on lisait les véritables anales de la compagnie, donc on est censé connaitre le monde dans lequel ils évoluent. Et on a du mal à déterminer qui est qui. Mais l'ambiance est là dès le début. La noirceur aussi. On ne suit pas de preux chevaliers, mais des mercenaires désabusés. C'est un peu les 12 salopards de la fantasy. Même La Dame, si belle que Toubib en est secrêtement amoureux est une vile sorcière sans pitié qui a volé le pouvoir à son époux le Dominateur en l'enterrant vivant sous un tumulus. Quand aux Asservis (le hurleur, le boiteux...) ils sont tous fous et prèts à tout pour augmenter leur pouvoir, voire à leur tour éliminer La Dame
. Dans le deuxième tome, on est bien dans le monde et dans l'ambiance et tout devient exaltant. La ville de Génépi et son mystérieux chateau nous captivent ainsi que le destin trouble de Corbeau le dissident.
 Et dans le troisième tome, la fin approche pour la compagnie décimée et réfugiée dans la plaine de la peur truffée de dangers mortels.

Si le début demande quelques efforts sur les premiers chapitres, et si l'on ne se sent bien dans ce monde étrange qu'au bout du premier tome, la suite est prenante, tiens en haleine . De la "Dark Fantasy" qui change agréablement des classiques gentils Elfes et Nains du genre

Voir les commentaires

Fantasy 1ere approche

Si je l'ai dit, j'ai eu une approche de pas mal de genre à travers la lecture de la longue collection de Bob Morane, mon premier contact (1981-82) avec l'heroïc fantasy eut lieu au travers d'un classique (mais aussi un des seuls ouvrages du genre traduit en france à cette époque): Le seigneur des anneaux.
Pour le cas où quelqu'un l'ignore encore je vais faire un bref résumé de l'histoire:
Résumé: Les Hobbits, petits êtres apparentés à l'Homme, mais proches également des Elfes et des Nains, vivent en paix  dans la Comté. Paix précaire et menacée, cependant, depuis que Bilbon Sacquet, le seul Hobbit a avoir parcouru le monde hors de la Comté,  a dérobé au monstre Gollum l'Anneau de Puissance jadis forgé par Sauron de Mordor. Car cet anneau est doté d'un pouvoir immense et maléfique. Il permet à son détenteur de se rendre invisible et lui confère une autorité sans limites sur les possesseurs des autres Anneaux distribués aux autres races peuplant le monde (les hommes, les elfes et les nains).. C'est pourquoi Sauron s'est juré de reconquérir l'Anneau par tous les moyens. Autrefois vaincu par l'alliance des hommes des elfes et des Nains, désincarné, il cherche à renaitre et à récupérer l'anneau Déjà ses Cavaliers Noirs rôdent aux frontières de la Comté. 
Des héros vont se rassembler pour mener à bien une importante mission: rapporter l'anneau au fond du Mordor et le jeter dans la lave de la montagne du destin où il fut forgé sans succomber à son pouvoir. Il seront guidés par Gandalf, le magicien et grand sage qui seul mesure la portée véritable de la quête.  Aragorn, qui dissimule ses origines princières sous les traits d'un rôdeur taciturne ? Frodon, Sam, Merry et Pipin, jeunes Hobbits dépassés par cette quête, Legolas et Gimli le nain et l'elfe et Boromir prince du Ponant qui souhaite utiliser l'anneau pour gagner la guerre. Et que fera Gollum, créature abjecte un temps dépositaire et esclave de l'anneau. Les aidera t'il ou les trahira t'il pour récupérer son précieux ?


Mon avis: Une grande histoire, épique, imaginative, qui a posé les bases du genre. Mais c'est aussi un univers très complexe. Tolkien a vraiment créé un monde. En linguiste qu'il était il a même été jusqu'a inventer de toute pièce la langue elfique, établissant une grammaire, un vocabulaire complet de cette langue imaginaire.
On ne lit pas un simple conte. Il y a des chansons, des légendes, des poêmes entre deux aventures, deux combats. Il y a la petite histoire des personnages que l'on suit et parrallélement de grandes batailles entre royaumes; et le recit de la fin d'une époque, celle des nains et des elfes qui vont céder le monde aux hommes.

Un ouvrage à lire si l'on aime la fantasy ou si on veut la decouvrir. Mais attention, c'est un gros volume, il faut avoir la patience de s'y plonger, peut etre perseverer un peu au debut, car Tolkien nous décrit le peuple Hobbit longuement avant que l'aventure commence, mais on en est récompensé grandement ensuite.
Pour les petits lecteurs qui ne voudraient pas se lancer dans une si longue aventure litteraire, reste les 3 films de peter jackson qui sont fidèles à l'histoire principale et aux personnages primordiaux. (Mais dans ce cas vous passerez à coté de bien des personnages et de quelques mésaventures de la communauté de l'anneau).

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5