Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fantastique

Signol Anthony: Miserabilis

Signol Anthony: Miserabilis

L'histoire: 3 "histoires courtes" seulement dans ce deuxième ouvrage:

REDEMPTION: Jack a un vice. Il traque les femmes et les prend. Il vole leur âme et leur chair. Ce soir, la chasse est ouverte, sa proie est terrorisée. Mais le crime, pour une fois, n aboutira pas. Parce qu une autre femme, une qu il n a pas choisie, une différente des autres, se met en travers de son chemin... Très vite, Jack prend conscience de l étendue de son pouvoir. Et lorsqu elle lui demande de commettre un acte encore plus effroyable, il ne peut refuser. 

GALICA: La tempête approche de Galica, petite base scientifique perdue au coeur de l Antarctique. Anna, biologiste, fait partie des six chercheurs nommés pour une mission de plusieurs mois. Un soir, un de ses collègues, victime d un accident alors qu il carottait la glace, rentre à la base grièvement blessé. Anna parvient à lui sauver la vie, mais quelque chose a changé en lui. 

ETERNITE:  Une détonation a provoqué un éboulement dans la galerie souterraine. Simon, jeune homme naïf, se retrouve enseveli. Pourtant, sa force et sa rage parviennent à l extirper de ce cauchemar. Lorsqu il se croit tiré d affaire, et qu il atteint enfin la lumière du jour, une surprise de taille l attend à la surface. Le monde a changé. Bien des choses ont disparu, et Simon se retrouve seul. Ou presque...

Mon avis: L'avantage avec les "histoires courtes" c'est qu'elles se lisent assez vite, permettant de se faire une idée de l'auteur avant qu'il ne s'en aille. Acheté le Vendredi, première histoire lue le soir même et dès le Samedi j'étais de nouveau devant le stand de l'auteur pour avoir mon deuxième volume et ma deuxième dédicace (Foire du Livre de Brive, ma carte bleu ne lui dit pas merci!!)

Pour résumer ce deuxième opus, je reprendrais les idées talentueusement développées dans la préface par Maud Mayeras:

Rédemption évoque les nouvelles fantastiques ou les séquences télévisées des "contes de la crypte" (présentées par une excellente marionette squelette ricannant de ses blagues funébres). Avec un coté "diabolique" et si pour une fois la fin me paraissait évidente, j'ai quand même été surpris par les motifs de la mystérieuse femme (et j'adore etre surpris par une histoire)

Galica évoque sans hésitation "the thing" de Carpenter avec son infection menaçant des scientifiques isolés dans une base arctique (et aussi un épisode d'X-files...)

Eternité n'aurait pas fait tache dans la fabuleuse série "Twillight Zone" ("La 4ième Dimension) avec son "twist ending" (retournement final) qui nous laisse songeur quand à la destiné du personnage.

D'excellentes références donc que reconnaitront les amateurs de (bon) fantastique. Pour ceux à qui cela ne parle pas forcément je résumerai ça par un simple: "c'est très bien, lisez les"

Un deuxième livre qui confirme le premier. Et un auteur vraiment prometteur.

Voir les commentaires

Signol Anthony: L'aube des fous

Signol Anthony: L'aube des fous

L'histoire: Pour une fois pas vraiment de résumé pour ne pas trop en dire. Il s'agit de 8 "histoires terrifiantes" d'une quarantaine de pages chacunes: 

HUITIEME ETAGE (dé)plaira aux phobiques des ascenceurs);

RENDEZ VOUS NOCTURNE vous fera hésiter à prendre la voiture le soir dans les bois correziens;

JUSTE UN CRI evoque un cas malheureusement banal de jeunes fétards victimes d'un accident de la route provoqué par trop de vitesse, d'alcool et d'inconscience;

ZONE 7 nous emmene dans le futur, à Limoges...et au delà;

LE SCULPTEUR est une histoire policière, la traque d'un sérial killer mais l'enquéteur en charge de l'affaire en sait plus qu'il ne veut en dire...

Mon avis: Anthony Signol est un jeune auteur corrèzien qui en est déjà à son deuxième recueil de "nouvelles" (entre guillemet car il préfère parler "d'histoires" plutot que de nouvelles en ce sens que chacun des tecxtes est bien une histoire avec début et fin et non une simple tranche de vie comme le sont parfois les nouvelles), chez un jeune éditeur Limousin (les ardents éditeurs).

C'est donc tout naturellement lors de la 33ème foire du Livre de Brive que je l'ai rencontré et me suis laissé tenter par son oeuvre.

J'ai déjà dit ici être peu habitué aux nouvelles (pardon Mr Signol: aux histoires courtes) même si j'ai eu ma période nouvelles de SF dans les recueil Astounding ou autres reprenant les nouvelles SF anglo saxones des années 60-70. De stephen King j'ai aussi lu quelques "histoires courtes" mais peu par rapport à ses romans. Et justement c'est de King (et de Dean Koontz) qu'Anthony Signol se revendique (du moins comme lecteur et amateur de) et c'est en "Stephen King Corrézien" que son éditeur le décrit sur le bandeau de son dernier livre.

Après lecture de ce recueil je pense qu'il y a bien une similtude. A partir de situations du quotidien, ou du moins assez familières au début, ses récits basculent peu à peu vers autre chose, plus surnaturel ou simplement inquiétant.

Pas besoin de faire appel aux créatures fantastiques à la mode (zombis, vampires ou autres lycanthropes), mais il suffit de mettre en place une atmosphère, ou mieux, de nous décrire les doutes du personnage central qui sent confusément que quelque chose cloche mais n'arrive pas à savoir quoi... du moins jusqu'au dénouement final. Et c'est alors le lecteur qui est invité à enquéter, à suivre la réflexion des personnages, à echaffauder des hypothèses.

Tout cela pour nous pièger à la fin, dans un dernier retournement de situation, jamais vraiment attendu.

En plus tout cela se passe dans la région, alors le lecteur Limousin y trouvera le plaisir de visualiser certains lieux.

Un jeune auteur à découvrir et un bon moment à passer avec son premier livre.

Voir les commentaires

Honaker Michel: Chasseur Noir

chasseur noir

L'histoire:

" ... D'anciennes légendes parlent de celui qui, pour avoir pactisé avec le Mal, se voit condamné à galoper chaque nuit à la poursuite des démons. Jusqu'à la fin des temps, il se doit d'accomplir sa traque, inlassablement.,. Telle est la malédiction du Chasseur noir. " Le maire assassiné par envoûtement, un adolescent qui s'adonne à des incantations... Depuis quelques semaines, New York est devenu le théâtre d'événements inquiétants. Alertés, le lieutenant Trevor Meredith et son stagiaire Bob Single mènent l'enquête. Mais ils n'y arriveront pas seuls. Ils ont besoin de l'aide du professeur Ebezener Graymes. Spécialisé en " Démonologie et Traditions anciennes ", il est également le nouveau régulateur des pratiques occultes, autrement dit le " Chasseur noir "...
Mon avis: Je connais l'auteur et la plupart des personnages car ils sont apparus dans une série publiée dans les années 90 par Fleuve noir  sous le titre "Le commandeur".
Ici l'action est ramenée dans les années 2000, et au lieu de mettre en scène un Graymes vieux démonologue et un Single inspecteur aguerri de la criminelle, elle ramène les personnages à leurs débuts : Graymes débarque à New York et Single est un simple inspecteur stagiaire.
Une sorte de préquel donc, et un style moins brut qu'il avait pu l'être dans la version 90' (qui avait des passages plus trash mais qui correspondait aux séries de l'époque où sexe et violence étaient à la mode).
C'est donc avec plaisir que je me suis replongé dans ces aventures de sorcellerie urbaine. Un roman vite lu, facile, mais bien construit et raconté avec aisance et talent par un auteur confirmé.
Pour ma part je regrette un peu "l'adoucissement" du récit type roman jeunesse car j'aimais bien ce style un peu plus cru qui à mon avis cadrait bien avec la sorcellerie, mais au delà du coté magique l'intrigue est correcte sans que l'on soupçonne directement le fin mot de l'histoire, la réalité étant habilement travestie jusqu'à la conclusion.
D'autres volumes, réécrivant  des épisodes parus précédemment ont été publiés... à suivre donc pour juger de leur réécriture...
Mais dans tous les cas Honaker est un auteur que j'apprécie. 

Voir les commentaires

Golden Christopher: Hellboy l'armée maudite

hellboy

L'histoire: 525 av. J.-C. : une armée dépêchée par le roi des Perses, forte de cinquante mille hommes, disparaît corps et biens dans une tempête de sable en plein Sahara. 1986 ap. J.-C. : une expédition britannique partie sur ses traces s'évanouit à son tour. Le Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal est saisi de l'affaire et envoie alors son plus illustre investigateur : Hellboy, le démon rouge ramené de l'enfer par les nazis et recueilli par les alliés. Sa mission : retrouver l'équipe disparue et élucider le maléfice qui règne en ces lieux. Ignorant les avertissements que lui adressent les morts eux-mêmes, Hellboy et ses compagnons vont se jeter dans les griffes de légions de morts-vivants et dans le piège dressé pour eux par le sorcier immortel qui dirige cette Armée maudite !

 

Mon avis: De christopher Golden je n'ai lu que l'excellent roman fantastique sur les aventures de Jack London chroniqué il y a peu ("Sauvage"). De Hellboy, j'ai lu l'intégralité des Bandes dessinées de Mike Mignola grace à mon collègue Crapullax (dont vous trouverez le Blog  de BD, Musique et jeux vidéo "Le Zine du Moi" référencé  dans mes liens) qui me les a prété. J'ai également vu les 2 films consacrés au fils de l'enfer.

D'après Mignola lui même, Hellboy est un aventurier du fantastique à l'instar d'un Doc Savage.

Bon, je deteste le dessin de Mignola, et je trouve certains de ses scénarii (tous?) trop simplistes: Helleboy arrive se castagne avec un monstre et gagne... (si si c'est à peu près toujours comme ça).

Ce qui est original dans les albums BD de Hellboy c'est les personnages et les monstres issus de mythologie connues ou moins connues (Russe par exemple) et de références aux entités lovecraftiennes comme les grands anciens.

En prenant ce livre en main, je pensais donc découvrir un roman fantastique à la hauteur de Lovecraft ou de Brian Lumley (cycle du Necroscope chroniqué dans ce Blog). Mais pas du tout.

Christopher Golden n'a malheureusement pas voulu trahir son ami Mignola. Golden sait raconter une histoire, décrire des scènes de façon détaillées. Mais on a un peu le sentiment de lire une BD de Hellboy (on a même les dessins de Mignola pour bien visualiser). Dommage, Golden introduit bien une histoire sentimentale pour le démon écarlate, mais c'est tout. De plus, il se focalise sur Hellboy sans faire intervenir le BPRD (Bureau de Recherche sur le paranormal pour qui travaille Hellboy) qui est un recueil de personnages tout aussi fascinant que Hellboy à mes yeux.

Le livre plaira donc sans doute aux fans d'Hellboy (voyez la critique de Crapulax), mais il m'a déçu... comme une BD d'hellboy.

Voir les commentaires

Holden Christopher et Lebon Tim : Sauvage

sauvage

 

Reçu en partenariat avec l'éditeur CASTELMORE et le site LIVRADDICT

Qu'ils en soient remerciés, la découverte de ce livre ayant été très positive (cf ma critique) ci-dessous un lien vers le livre et ses commentaires sur Livraddict

<a href="http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=56649"><img src="http://www.livraddict.com/images/logo_liv.jpg" alt="Logo Livraddict" title="Fiche du livre sur Livraddict" /></a>

 

L'histoire: Jack, dix-sept ans, part à la conquête du Grand Nord pour devenir chercheur d’or. Plus intéressé par l’aventure que par la richesse, il espère se mesurer aux rigueurs du climat et affronter la nature sauvage. Mais Jack est loin de s’attendre aux obstacles qui se dresseront sur sa route : des hommes sans scrupules, prêts à tout pour faire fortune, et surtout des créatures redoutables qui incarnent ce que l’homme abrite de plus sombre en son cœur. Son animal totem, le loup, l’aidera à traverser les épreuves… pourvu que Jack reste en vie.

 

Mon avis: Au delà de la superbe et évocatrice illustration de la couverture, le sous titre "Les voyages de Jack London" nous précise d'emblé le thème de l'histoire: une épopée dans le grand nord avec l'auteur de "croc blanc" et de "l'appel de la forêt" (pour citer ses oeuvres les plus connues).

Mais ce n'est pas une biographie, plutôt une uchronie fantastique.

Comme les auteurs le précisent en postface, ils se sont inspiré du personnage de London (personnage romanesque par excellence puisque exerçant moult activités rocambolesque depuis l'enfance) et de ses écrits sur le grand Nord, prenant juste quelques libertés avec les dates et développant un coté mystique en prenant pour base les activités de médium de sa mère.

Et cela étant, nous voici partis avec le jeune Jack à la conquête de l'or du Yukon.

Jack y rencontrra des amis (dont Hal Sawyer qui se présente comme le conteur de ces aventures), de dangereux malfaiteurs et des créatures mystiques et mortelles comme le Wendigo (issue du folklore du grand nord Canadien).

 

Le roman débute comme un roman de London: le départ vers l'Eldorado, les espoirs de tous les chercheurs d'or venus chercher fortune, les dangers de la nature et du climat, les villes sordides...

Ensuite, les créatures mystiques entrent en scène et on plonge dans une aventure plus romanesque mais savamment présentée.

Ce livre se lit facilement et les auteurs savent captiver leur lecteur dans un astucieux mélange d'aventures classiques et de fantastique. Ces deux aspect en font un livre qui se dévore vite (il n'est pas énorme: environ 300 pages découpées en chapitres d'une quinzaine de pages chacun).

De plus, l'univers de London est là ce qui rappelera des souvenirs aux lecteurs de "croc Blanc" et fera peut être naitre chez les autres un désir de plonger dans les oeuvres de Jack London pour repartir dans les immensités vierges du Yukon... avant le prochain tome (car le sous-titre "les voyages de Jack London" semble indiqué que ce n'est que le début d'une série de romans)

Un roman à mettre entre toutes les mains (adulte ou enfant -pas les plus jeunes malgré tout, le Wendigo est une entité canibale quand même!!).

 

Voir les commentaires

Wellington David: 13 balles dans la peau (vampire story - 1)

13 balles

L'histoire: Selon les rapports officiels, tous les vampires sont morts. Un agent fédéral nommé Arkeley a trucidé le dernier dans les années 1980 à l'issue d'un combat qui a failli lui coûter la vie. Pourtant, lorsque Laura Caxton, de la police d'État, appelle des renforts en pleine nuit à la suite d'un contrôle de routine qui a mal tourné, le FBI décide de tirer Arkeley de sa retraite. Il est en effet le seul à savoir qu'un vampire a survécu: une femme, qui croupit dans un asile abandonné. Elle est conservée dans un état de faiblesse permanent, mais Arkeley la soupçonne de manigancer le retour en force des damnés. Lui aussi attend ce moment pour en finir une fois pour toutes. Et comme Caxton va vite s'en rendre compte, ils n'affrontent pas des créatures d'opérette, mais de véritables machines à tuer.

 

Mon avis: Peu fan de "bit-lit" (je ne suis pas trop dans la cible non plus il faut avouer), j'aurais hésité à acheter un tel livre d'autant qu'il est publié chez Milady, plutot éditeur de ce type de littérature dès lors qu'on parle de vampires.

Et puis j'ai lu ici et là de plutot bonnes critiques de ce livre, pas du tout bit-lit, plutot un peu gore et violent, et le trouvant à très bas prix dans un magasin je me suis laissé tenter pour quelques euros.

Alors qu'en est il?

Bit-lit? Non, c'est vrai. Pas de romantisme ni avec les vampire ni entre les personnages.

Gore? oui c'est gore, le sang gicle, les victimes sont démembrées...

De l'action? oui, plein plein plein c'est massacre sur massacre

En fait on se croirait dans un de ces jeux vidéo à la Resident Evil et consors où l'on avance de niveau en niveau, vidant ses revolvers sur du menu fretin jusqu'au Boss de fin de niveau. Le menu fretin ce sont les non-mort, des espèces de zombie à demi décomposés au service du vampire, et le Boss c'est le vampire, rapide violent et difficile à tuer.

Ok, c'est original, les vampires ne craignent pas les croix, l'ail et tout l'attirail habituel, ils ne sont pas de jeunes garçons séduisants mais des monstres assoifés de sang et répugnants. Mais à part ça... je me suis un peu ennuyé à suivre mes avatars du jeu...oh pardon, les personnages du livre, dans leur avancée sanglante de vampire en vampire.

Pour la structure de l'histoire, c'est  tout aussi classique: le vieux briscard veut initier une jeune recrue à la chasse au vampire, il est dur avec elle mais lui sauve la mise souvent. La encore plutot un classique dans le genre, on imagine bien un vieux clint eastwood initiant une jeune recrue aux méthodes de survie de l'armée ou de la police...

 

En somme, plein de lieux communs, trop d'action enchainée sans vraiment autre chose pour corser l'intrigue, très vite répétitif et donc assez ennuyeux.

Seul point positif pour moi la vision des vampire sans doute un peu originale elle.

A reserver aux fan de shoot them all

Voir les commentaires

Garnier Romain: L'heritage de glace

heritage de glace

 

Reçu dans le cadre de l'opération masse critique

avec Babelio 

 

 

 

 

L'histoire: Lorsqu'en 2011 on retrouve un sous-marin frappé de la croix gammée pris dans les glaces du pôle Nord, c'est la stupéfaction. D'autant plus que tous ceux qui s'approchent de l'épave meurent. Une force mortifère semble émaner de ses entrailles d'acier. Qu'allait chercher ce sous-marin dans ces contrées désolées ? Une civilisation perdue ? Une religion oubliée ? Envoyé au pôle Nord fouiller le submersible, le jeune sanskritiste John Akcroyd n'est pas au bout de ses surprises : de la banquise de glace aux profondeurs de la terre, il va basculer dans l'inconnu, à la poursuite d'un secret indicible, un héritage du passé aussi redoutable qu'extraordinaire

 

Mon avis: Avant tout une précision: Ce roman est affiché comme "Thriller" par l'éditeur et s'en est un. Mais attention pour ceux qui ont pris l'habitude de voir derrière ce qualificatif anglo-saxon des romans policiers ou assimilés. Car ce Thriller là n'en est pas un.

Je pense que l'auteur de par la mythologie évoquée et de par le style parfois employé dans l'écriture a été beaucoup influencé par H.P. Lovecraft. Il sera donc question des "grands anciens", ces mysterieuses et dangereuses créatures qui auraient précédé l'homme sur Terre.

Du fait de cette écriture "à la manière de", je suis rapidement retombé dans l'ambiance sombre des romans de Lovecraft. Le style est soigné, d'un français impeccable et truffé de petits qualificatifs inquiétants: les mots "maudits", "monstrueux", "angoissant"...etc ponctuent le récit.

Cet univers Lovecraftien est associé à la revisite des exactions nazi de la deuxième guerre mondiale et le fait qu'ils s'interessaient à l'occulte pour accomplir leurs desseins. Ce postulat, de nombreuses fois exploités au cinéma ("Les aventuriers de l'Arche perdue" par exemple) et en littérature est ici combiné aux mythes developpés par Lovecraft.

Le tout emballé dans un joli papier scientifique (on voit que l'auteur est un Universitaire érudit) qui permet de faire un lien avec quelques mythes religieux.

 

Globalement un roman agréable à lire donc, si ce n'est à mon gout une trop grande simplification concernant les amours du personnage principal (à la fois dans la simplicité des histoires et dans la façon de les presenter) et une fin ouverte comme il est de tradition dans ce type de récit mais qui laisse bien trop de choses en suspens.

 

Quelques petites imperfections donc mais un bon potentiel que ce nouvel auteur.

Voir les commentaires

Brite Poppy Z: Contes de la fée verte

contes fee verte

 

Reçu dans le cadre d'un partenariat avec logobob01

 

L'histoire: Que se passe-t-il lorsque deux frères siamois séparés à la naissance n’ont qu’un seul souhait : redevenir un ? Quand chaque apparition d’un chanteur de rock s’accompagne d’un drame ? Quand un entrepreneur de pompes funèbres du quartier de Chinatown vous charge de surveiller un cadavre ? Et quand vous vous perdez dans Calcutta livrée aux morts-vivants ?

 

Mon avis: Recueil de nouvelles écrites entre 1987 et 1993, ces contes de la "fée verte" (l'absinthe) sont des histoires de morts, de morts-vivants, de personnages déjantés dans un univers moite et inquiétant de la Nouvelle Orléans.

Premier avis: si vous êtes dépressif ou craintif, passez votre chemin. Les gens meurent, se mutilent se suicident... nous sommes dans une ambiance gothique.

Mais, pour ma part, c'est un peu cela le point faible: il y a l'ambiance mais pas réellement d'histoire(s).

Certaines nouvelles se terminent sans que j'ai bien compris quel était le thème de l'histoire (deux musiciens debarquent à New York et traversent la ville jusqu'à leur lieu de concert, confrontés à des SDF qui leurs apparaissent comme des zombis...oui et alors? hormis les ambiances et descriptions, quel interet?)

Quelques unes ("paternité"," musique en option pour voix et piano", "la sixième sentinelle")sont de bonnes petites histoires telles que je conçois une nouvelle: un récit avec une fin pleine de surprise . D'autres ("Calcutta seigneur des nerfs") contiennent de bonnes idées (les morts vivants ont envahi la ville) mais traités trop etrangement pour que la nouvelle soit réussi à mon sens.

Un ressenti globalement négatif donc. Si l'univers de l'auteur est nettement gothique et ses textes très imagés avec parfois des descriptions presque poétiques, les histoires sont souvent inexistantes et pour moi une nouvelle est avant tout une histoire pas une simple ambiance.

Voir les commentaires

McCammon Robert: L'heure du loup

heure du loup

L'histoire: Michael Gallatin est un as de l'espionnage, un séducteur, mais surtout un loup-garou.
Capable de se transformer à la vitesse de l'éclair, de tuer silencieusement et avec une incroyable férocité, il a déjà donné un aperçu de ses talents en Afrique contre Rommel. Il doit maintenant s'acquitter de la plus dangereuse et de la plus délicate des missions : découvrir qui se cache derrière l'opération « Poing d'Acier », le mieux gardé des plans secrets nazis.

 

Mon avis: Tout ce que j'aime: une ambiance un peu "à l'ancienne" où se mélent des nazis, du surnaturel, de l'espionnage... A l'instar de la série du Nécroscope de Lumley ou de Hellboy (les films ou les BD) , ici McCammon nous plonge dans un récit mi "réaliste" (un espion durant la seconde guerre mondiale) mi fantastique (l'espion en question étant un loup garou). Et outre la mission actuelle de Gallatin nous découvrons ses origines et la vie de la "communauté" lycanthrope. Comme Lumley qui revisite le mythe des vampires, McCammon réussi lui aussi son approche des loup-garou

Un livre plaisant bien écrit avec un talent de conteur indéniable.

Voir les commentaires

Lumley Brian: Les Origines (nécroscope 3)

necroscope 3

 

L'histoire: Au-delà de la mort ? La damnation éternelle !
Les montagnes de l'Oural en Russie dissimulent une porte surnaturelle. Des scientifiques soviétiques et des experts, dans une base militaire secrète, étudient la porte et les créatures maléfiques qui en surgissent dans l'intention d'exterminer l'humanité.
Quand Jazz Simmons, un agent britannique chargé d'infiltrer cette base, est capturé par l'ESPionnage du KGB et contraint de franchir la porte, son dernier message avertit Harry Keogh, le Nécroscope, que les vampires se préparent à une invasion massive.
Harry n'a pas le choix : il doit frapper le premier et porter la guerre des humains contre les vampires sur les propres terres de ces derniers. Mais son don spécial sera inutile là-bas : à quoi bon appeler à l'aide les morts, dans un monde où rien ne meurt jamais, où hommes, femmes et enfants deviennent les serviteurs morts-vivants des Wamphyri ?

 

Mon avis: Une troisième fois, Lumley change de récit. Et comme dans le deuxième tome, Harry Keogh n'est pas le principal sujet du livre, il n'apparait d'ailleurs que dans la deuxième partie. On débute avec l'agent Simmons infiltré en Oural qui va découvrir la porte ouverte sur le monde d'origine des Vamphyris; puis le roman prends des allures de roman d'aventure à l'ancienne comme "le monde perdu" quand Simmons est envoyé sur ce monde nouveau et dangereux qu'il va devoir découvrir et comprendre. Enfin, Harry viendra le chercher et sera confronté à quelques surprises.

Ce roman peut surprendre les fans des deux premiers. Le récit comme je l'ai dit précédemment fait parfois penser aux vieux récits d'aventure alors que les précédents étaient davantage vieux romans d'espionnage matiné de fantastique ou carrément vieux roman d'horreur. Le préfixe "vieux" n'étant pas péjoratif car si les récits rappellent d'anciens romans (plutot années 60/70) ils sont néammoins bien écrits et innovants.

Toutefois, pour les lecteurs accrochés par l'univers "vamphyri", on découvre ici leurs origines et leur mode de vie dans leur monde natal, ce qui en fait une bonne suite des deux premiers.

Pour ma part je l'ai apprécié et je reste admiratif sur la capacité de l'auteur à se renouveller en gardant des personnages et des créatures récurentes d'un roman à l'autre. Que réserve la suite? j'espère le découvrir rapidement (ayant du attendre de nombreuses années entre les trois premiers tomes)

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>