Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quine Caroline: 1 jour 1 auteur article 4

Quine Caroline: 1 jour 1 auteur article 4

Pas de chance: non seulement ma mère était fille unique et donc je n'avais sous la main que des livres plutôt "féminins" en bibliothèque rose et verte, mais en vacance chez mes grands-parents leurs voisins qui me donnaient accès à leur impressionnante bibliothèque étaient parents de..3 filles!

Qu'importe, je puisais tout de même dedans et découvrit une autre série d'enquêtes policières avec

Alice de Caroline Quine...

Comme Enid Blyton, il s'agissait d'une auteur étranger traduite et d'ouvrages un peu anciens remis au gout du jour en francisant et en revoyant le style. Mais la particularité ne s’arrêtait pas là concernant le(s) auteur(e)(s):

Caroline Quine (nom original : Carolyn Keene) est le nom de plume d'au moins une douzaine d'auteurs sous lequel sont publiées les séries policières américaines pour la jeunesse.
Edward Stratemeyer (1862-1930), patron de la société Stratemeyer Syndicate, embauchait des écrivains pour rédiger des romans sur demande. Il leur fournissait les grandes lignes de l'intrigue principale puis vendait les romans finis à des maisons d'édition. En cela, Edward Stratemeyer était pionnier. Les rédacteurs n'étaient au départ payés que 125 dollars par livre, et un contrat les obligeait à renoncer à tous droits sur leur travail et à garder secrètes leur collaboration et leur identité.
Dans les années 1980, à la suite d'un procès opposant le Stratemeyer Syndicate aux éditions Grosset & Dunlap, et grâce à la pression de millions de fans qui cherchaient, depuis des dizaines d’années, à percer « le mystère Carolyn Keene », le Stratemeyer Syndicate finit par céder et révèle au public la véritable identité des auteurs : c'est Mildred Wirt Benson (1905-2002) qui a écrit, à l'âge de 25 ans, vingt-huit des trente premiers titres de la série. Puis Harriet Adams (1892-1981), la propre fille d'Edward Stratemeyer, a pris la relève. Depuis la mort de cette dernière en 1981, bien d'autres auteurs ont pris part à l'écriture de la série Nancy Drew (Alice en français).

Depuis sa première parution en 1930, Alice Roy (Nancy Drew) a résolu plus de 350 mystères et a vendu plus de 200 millions de livres dans 14 langues.  
Aux États-Unis, elle est l'héroïne d'une série principale, constituée de 175 volumes : "les Nancy Drew Mystery Stories". Elle fait également l'objet de nombreuses séries littéraires dérivées : "les Nancy Drew Files" (des livres d'une maison d'édition concurrente), "les Nancy Drew Notebooks" (des enquêtes destinées aux plus petits, où Alice a 8 ans)... Sans parler des divers adaptations pour la télé, ou plus récemment encore de jeux vidéos !
En France , la série paraît dès 1955 en Bibliothèque Verte et en version Bibliothèque de la Jeunesse,

Qu'en est il du thème de cette série:

Tous les noms des personnages, et certains lieux, sont « francisés » ou modifiés de façon à ce qu'ils sonnent, certes américains, mais pas trop cependant.

Le nom de sa ville natale devient River City pour River Heights. On retrouve ce même phénomène dans la série du Club des Cinq d'Enid Blyton, parue la même année que le premier Alice en France, ou beaucoup plus récemment dans les tomes d'Harry Potter de J.K Rowling.

Alice ne recherche pas les « affaires » ; elles fleurissent d'elles-mêmes sous ses pas ; il y a toujours une personne, jeune ou moins jeune qui est en difficulté et qui, ayant entendu parler des réussites exceptionnelles de la détective de River City, l'appelle à son secours.
Ce qui caractérise cette série, c'est l'aventure, mais aussi l'évasion : si Alice est originaire de River City, et que de nombreuses intrigues commencent dans cette ville, on peut remarquer qu'elle voyage également beaucoup et nous emmène à travers le monde : en Amérique du Nord d'où elle est originaire, mais aussi en Amérique Latine , en Asie , en Afrique , et en Europe.


Une dernière caractéristique enfin, qu'on retrouve dans de très nombreuses séries, c'est que l'âge de l'héroïne ne change pas : quel que soit le titre, depuis 1930, Alice est toujours présentée comme ayant dix-huit ans.

Les principaux personnages:
Le personnage principal est le personnage éponyme, à savoir Alice (Nancy). Orpheline de mère, mais élevée par son père James (Carson) Avoué puis avocat (Attorney), et sa gouvernante, Sarah Berny, (Hanna Gruen en VO). C'est une jeune fille de dix-huit ans. Au fil des quatre-vingt-sept tomes parus en France, on peut voir qu'elle cumule les qualités : c'est une excellente sportive , ainsi elle est très bonne cavalière, joue parfaitement au golf, est une barreuse habile en voile... Malgré son jeune âge, c'est une conductrice experte , au volant de son cabriolet bleu. Si elle ne fait pas d'étude, elle a été initiée « au droit et à la jurisprudence », elle a également suivi des cours de dessins, et même fait un stage d'été pour une chaîne de télévision...

Si elle est réellement le personnage principal, elle a auprès d’elle deux faire-valoir :

Bess Taylor (Bess Marvin en VO, et dans les derniers titres parus en France) et Marion Webb (George Fayne).

Bess et Marion sont totalement opposées, de la même façon que le sont Boulotte et Ficelle dans la série « Fantômette » de Georges Chaulet, que ce soit de caractère ou physiquement : Bess, « du même âge qu'Alice,  était blonde et jolie bien qu'un peu rondelette »  car elle a « une prédilection marquée pour les sucreries, les desserts » , toujours à attendre le pire , ce qui ne l'empêche « nullement de partager les aventures d'Alice, par loyauté envers cette dernière »,

alors que Marion est « une fille très mince, très séduisante aussi, d'allure sportive, aux cheveux bruns coupés courts, et « remplie d'optimisme et d'ardeur » qui se « vante de n'avoir peur de rien » , à l’instar d’Annie et de Claude dans « le Club des Cinq », Elles permettent aux lecteurs de s'identifier et servent de faire valoir à Alice.

 


Alice est parfois accompagnée de son "chevalier servant", Ned Nickerson, étudiant à l'université mais qui n'apparaît pas dans tous les romans, et qui a pour amis Bob Eddleton et Daniel Evans qui apparaissent dans plusieurs tomes comme les compagnons de Bess et Marion et les aident à résoudre diverses aventures.

A l'époque de mes lectures (années 70) et plus encore de son écriture, Alice était une héroïne plutôt moderne, assez indépendante et forte pour un personnage adolescent et féminin de surcroit. Je pense que ses aventures peuvent encore se lire aujourd'hui. Plutôt dans des versions un peu anciennes (années 70-80) pour bénéficier d'une mise à jour partielle (le contexte 1930 serait peut être un peu daté), sans tomber dans la simplification extrême du style qui a fait basculer ces romans dans la bibliothèque rose pour ses dernières éditions...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :