Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carver Tania : Substitutions


substitutions
L'histoire:
C'est un double meurtre particulièrement horrible qui attend l'inspecteur détective Philip Brennan lorsqu'il arrive dans l'appartement de Colchester. Deux femmes sauvagement tuées. L'une gît sur le sol de l'entrée qui ressemble à un abattoir, l'autre est attachée sur son lit, les yeux révulsés, le ventre ouvert. Son bébé pas encore né a été... arraché. Personne ne peut imaginer quelle sorte de fou est capable de commettre des actes aussi monstrueux. Quand la psychologue Marina Esposito est affectée à l'enquête, son analyse fait l'effet d'une bombe : une femme est impliquée dans l'affaire. Une femme désespérée de ne pas avoir d'enfant. Un thriller captivant jusqu'à la dernière page.

Mon avis: Un thriller britannique. Pas la violence ou l'atmosphère des thrillers américains en général. Pourtant, dans ce cas je souscrit presque aà la dernière phrase du quatrième de couverture: un thriller captivant jusqu'à..l'avant dernière page. Pour ma part j'aurais trouvé plus intéressant une fin moins classique. Mais que se soit dans la description des névroses psychiques du coupable, dans les personnages (flics et suspects) qui peuplent le récit, l'intrigue tiens en haleine. Mieux elle est dangereusement simple en apparence (j'avoue avoir cru à une histoire classique alors que la fin m'a prouvé le contraire) pour évoluer vers des rebondissements bienvenus. Pas le thriller du siécle, mais un livre agréable à suivre, découpé en courts chapitre entrecroisant l'enquête et la vision de l'histoire à travers le tueur psychotique. Chaque personnage est enchainé par son passé qui va ressurgir dans cette enquête.

Un conseil: lecture à éviter pour les femmes souhaitant avoir des enfants et peut etre celles en ayant déjà eu, le traitement des foetus arrachés du ventre de la mère avant leur naissance et maltraités ensuite par une dingue psychotique est assez éprouvant (même pour un homme sans enfants comme moi, imaginer ces traitements était à la limite du dégout parfois)