Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Raynal Gerard: Fukushima mon amour

fukushima

 

Roman reçu dans le cadre d'un partenariat avec l'éditeur TDO grace au site Bibliofolie

 

L'histoire: Le drame de Tchernobyl est resté dans toutes les mémoires comme la plus grande catastrophe nucléaire civile de tous les temps. Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 8,9 suivi d un gigantesque tsunami anéantit la côte nord-est du Japon. La centrale de Fukushima, ébranlée dans ses fondements, devient alors une réelle menace pour l ensemble de l humanité. À Kamaishi, petit village du Pacifique submergé par les eaux, terrassé par le séisme et mis en péril par le fléau nucléaire, Kiyoto n est pas rentré au port. Commence alors pour Kaede, sa jeune épouse, une longue et douloureuse attente. Entre espoir et découragement, elle va tenter de retrouver, dans les décombres de sa ville, les traces de son disparu. Jusqu au jour où... Un roman écrit comme un hommage au peuple japonais.

 

Mon avis: Un court roman. Un peu comme un moyen métrage dans le domaine du cinéma, on hésite entre le format de la nouvelle et celui du roman. 56 pages, 12 petits chapitres de 3 à 4 pages chacun.

Concernant le contenu: Fukushima n'est pas le sujet du roman, et la seule évocation qui en est réellement faite consiste en un résumé de l'évolution du drame en début de chapitre, comme les titres des journeaux ont pu jalonner nos journées à l'époque.

Le drame lui se joue à Kamaishi, village ravagé par le tsunami où Kaede ne peut se résoudre à accepter la mort de son époux Kiyoto parti en mer ce jour là.

C'est Kaede qui nous conte ses espoirs, ses doutes, son découragement et ses souvenirs. Souvent elle image son état d'esprit du moment en décrivant le sort des cerisiers ("les cerisiers sont morts"; "les cerisiers s'étiolent"; "les cerisiers allaient refleurir"...)

Dans ses recherches elle croise une galerie de personnages différemment éprouvés par la catastrophe et errant dans la ville.

En fait l'histoire a peu de caractère très japonais, mais elle pourrait retranscrire les drames humains de toutes ces populations victimes de guerres, de catastrophes naturelles dans le monde. Le deuil, l'espoir, les recherches et la mort des êtres chers, la perte de ses biens, de sa maison, de sa vie passée...

Vite lu (trop court?), agréable à lire comme ces journeaux intimes ou récits faits par un personnage auquel on s'attache vite car il nous fait partager sa vie et ses pensées, peut être un peu trop simple du fait de sa longueur limitée.

A ne pas lire si on recherche un roman sur le Japon ou les japonais. Mais un excellent exercice de style qui réussi à nous faire toucher du doigt (enfin je l'imagine ainsi) toute les épreuves de ces rescapés qu'on peut régulièrement voir dans nos journées télévisés un peu partout dans le monde.

clovis simard 27/10/2011 14:09



Blog(fermaton.over-blog.com)No-8: THÉORÈME DES CATASTROPHES-MORTS ?



clovis simard 28/08/2011 16:35



 


Blog(fermaton.over-blog.com)No-8: THÉORÈME DES CATASTROPHES


morts potentiels?