Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Huston Charlie:Le paradis (ou presque)

le paradis ou presque

 

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Babelio et les Editions du Seuil

 

L'histoire: Hank Thompson vit en reclus sur une plage déserte du Yucatan. Détendu, un peu aviné, et globalement heureux... Quand un jeune touriste russe fait son apparition, il comprend vite que sa retraite est terminée et que la mafia russe est à ses trousses, bien décidée à récupérer son pactole dérobé quelques années plus tôt. Notre héros est projeté dans une course à la montre pour rejoindre la Californie et protéger ses parents avant qu’il ne soit trop tard. Sur sa route, il croise, policiers, mafieux, dealeurs, autant d’obstacles qui le couvrent de taches rouges et bleues…Des plages dorées du Mexique aux clubs de strip-tease minables de Las Vegas, Charlie Huston ouvre la porte des dessous crasseux du crime et de la corruption, attrape son lecteur par le col et le plonge dans une descente aux enfers aux airs de road-movie. Pour sortir vivant de cette épopée chaotique, notre cher Hank Thompson aura recourt à ses armes les plus fidèles : l’humour noir et l’autodérision que nous avions déjà goûtées dans Trop de mains dans le sac.

 

Mon avis: Ce livre est une suite. La suite des mesaventures de Hank Thompson, un looser alcoolique qui a hérité d'une fortune. Mais la fortune en question étant de l'argent mafieux, la possession de cet argent a couté cher. Malgré les épreuves (torture et mort de ses proches) Hank a réussi à fuir les états unis et à couler des jours heureux au Mexique sur la plage.

Il vit paisiblement, une cigarette dans chaque oreille (l'auteur vous expliquera pourquoi dès la première page du roman). Mais la venue d'un jeune russe va vite le reploger dans un passé violent et le ramener aux etats unis dans un road movie sous amphétamines plein de drogue, de violence et de mort.

Sur la forme: le récit nous est conté par Hank lui même, un anti héros désabusé poussé par les événements. Il regrette la violence qui a marqué son passé mais essaye de survivre et de ce fait retombe dans ses vieux démons l'alcool la drogue et les tueries.

Un récit violent et trash mais peuplé de créatures improbables (un sosie d'Elvis flanqué d'un chien d'attaque nommé Hitler) sur fond de Baseball et de Football Américain.

Peu familier de ces sports, les passages y faisant référence m'ont plus ennuyé qu'autre chose mais ils ne sont pas si longs.

L'auteur reste dans un grand réalisme, infligeant blessures et souffrance à ses personnages et ne sacrifiant jamais ni au politiquement correct ni au happy end.

Après une première partie au Mexique rappelant le passé (utile pour les lecteurs comme moi qui n'ont pas lu le premier opus) et décrivant cette nouvelle vie paisible de Thompson, le rythme s'accélère et les mésaventures s'enchainent. Le fait de posséder autant 'argent et d'être un des hommes les plus recherchés d'amérique (même si les crimes datent un peu à présent) attire les convoitises. Mais Hank est aussi très (trop?) malchanceux: acheter une voiture d'occasion dans la rue se termine en course poursuite et fusillade.

Mais le roman est fidèle à la définition qu'en donne l'auteur: c'est un "pulp" (un "roman de gare") avec tous ses éléments. Si on aime, on en retira grande satisfaction car tout y est. Si on n'aime pas ce genre on n'aimera pas le livre.

Pour ma part, j'ai apprécié avec un petit reproche sur la ponctuation: de nombreux dialogues s'arrêtent sur des phrases incomplêtes. L'usage serait de les terminer par un point de suspension. Là, il y a un simple point, prenant le lecteur par surprise. Je ne sais pas si c'est un choix de l'auteur ou une erreur d'impression (vu la répétiton systématique je pencherai pour un choix de l'auteur) mais je trouve ces passages "désagréables" à lire de ce fait.