Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cook Glen: La compagnie noire (les livres du nord)

Ce livre est un recueil des trois premiers tomes des annales de la compagnie noire, parus égalements en volumes séparés chez atalante (superbe collection) et en poche (si on privilégie le budget).

Trois volumes donc: La compagnie noire, Le chateau noir, La rose blanche.

Résumé: "Mercenaires nous sommes et nous resterons. Que nous importe si la cause de notre employeur est légitime ? On nous paye pour la servir. Nous sommes la dernière des compagnies franches de Khatovar. Nos traditions et nos souvenirs ne vivent que dans les présentes annales et nous sommes les seuls à porter notre deuil. C'est la Compagnie noire contre le monde entier. Il en a toujours été, il en sera toujours ainsi"
C'est ainsi que l'analyste nommé Toubib commence le livre. Toubib est bien sur le médecin de la compagnie de mercenaire. Une sorte de légion étrangère ou l'on rentre en laissant derrière soi son passé et son identité réelle.
Toubib n'est pas le premier analyste, car la compagnie a vécu bien avant lui et peu de ses membres d'origine sont encore en vie. Même qu'un oeil, le vieux sorcier centenaire ne connais pas le Khatovar, ce pays du sud dont elle est originaire.
Pour l'heure la compagnie est au nord, employée par La Dame, Sorcière despote gouvernant avec ses dix sorciers asservis. Car depuis le passage d'une comète, certains rappellent la légende: une rose blanche viendra libérer le pays.
C'est l'accomplissement (ou non) de cette prophétie que racontent ces trois volumes.

Mon avis: Le début est difficile. Glen Cook prends le parti de ne rien expliquer vraiment. On lit le récit de Toubib, comme si on lisait les véritables anales de la compagnie, donc on est censé connaitre le monde dans lequel ils évoluent. Et on a du mal à déterminer qui est qui. Mais l'ambiance est là dès le début. La noirceur aussi. On ne suit pas de preux chevaliers, mais des mercenaires désabusés. C'est un peu les 12 salopards de la fantasy. Même La Dame, si belle que Toubib en est secrêtement amoureux est une vile sorcière sans pitié qui a volé le pouvoir à son époux le Dominateur en l'enterrant vivant sous un tumulus. Quand aux Asservis (le hurleur, le boiteux...) ils sont tous fous et prèts à tout pour augmenter leur pouvoir, voire à leur tour éliminer La Dame
. Dans le deuxième tome, on est bien dans le monde et dans l'ambiance et tout devient exaltant. La ville de Génépi et son mystérieux chateau nous captivent ainsi que le destin trouble de Corbeau le dissident.
 Et dans le troisième tome, la fin approche pour la compagnie décimée et réfugiée dans la plaine de la peur truffée de dangers mortels.

Si le début demande quelques efforts sur les premiers chapitres, et si l'on ne se sent bien dans ce monde étrange qu'au bout du premier tome, la suite est prenante, tiens en haleine . De la "Dark Fantasy" qui change agréablement des classiques gentils Elfes et Nains du genre