Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Romans "de gare" mais de bons moments

Toujours en quête de lectures je suis tombé sur plusieurs ouvrages en vogue à l'époque (en dehors de la bibliothèque municipale:
S.A.S (Son Altesse Serenissime, le prince Malko Linge aristocrate fauché qui vend ses talents à la CIA pour payer l'entretien du chateau de la famille) de Gerard de Villiers a ses fans, je n'en fais pas partie. On y trouve portés à l'extrême les ingrédients du vieux OSS117, avec une grande inventivité dans les scènes de sexe et surtout de tortures. Le héros parcours le Monde et se confronte à toutes sortes de situations d'actualité. MAis je n'ai pas accroché au personnage ni à ses aventures.
Par contre j'ai lu par hasard un volume d'un justicier américain, tireur d'élite de l'armée, vétéran de la Corée qui reviens du Vietnam pour assister aux obsèques de ses parents et de sa soeur. Il apprendra de la bouche de son jeune frère la terrible histoire: Ruiné par la Mafia, son père ne pouvait rembourser ses dettes et sa soeur décida alors de se prostituer pour clore la dette. L'apprenant, le père devint fou, tua sa fille et sa femme avant de se suicider. Fou de rage, le sergent Mack Bolan décida de faire payer ça aux mafieux de la ville, responsables du drame.Il acheta un fusil de chasse pour gros gibier et commença à faire ce qu'on lui avait appris et qu'il faisait de mieux: identifier les cibles (c'était moins difficile que de trouver un vietcong dans un village vietnamien), et l'executer. Car ce que personne ne savait c'est que ses camarades de combat l'avaient surnommés:l'EXECUTEUR. Sa signature: après chaque raid il laisse une médaille de tireur d'élite sur les lieux.
Pas très original me direz vous, mais à l'époque j'avais 16/17 ans, on était en 83/84, et c'était assez original.
La série a été longue, très longue (plus de 250 volumes je crois), un peu trop longue.
J'en retiendrais pourtant les premieres histoires ou on découvre Bolan, et le début de son combat.
Le premier volume nous montre sa vengeance mais detruire une famille mafieuse, c'est s'attirer la haine des autres et de vengeur, Bolan devient un homme traqué dont la tête est mise à prix par la Mafia et qui est recherché par la Police (et le FBI) pour meurtres multiples.
Sur l'image, le tome 3 "le masque de combat" où il tente de changer de visage grace à la chirurgie esthétique pour échapper à la Cosa Nostra, en vain.
Il tentera aussi de monter un commando avec des vétérans pour être plus efficace, mais le massacre quasi intégral de son équipe le poussera à continuer seul.
Ayant un contact officieux au ministère de la Justice et respectant son seul interdit: ne pas tirer sur un flic, commence alors une tentative de purger les USA de la Mafia. Bolan passe d'état en état, un par volume, fais un tour à Palerme et même en France.
Quelques épisodes à l'intérèt accru: Bolan retourne au Vietnam, puis chez lui, où tout à commencé.
Mais, volumes après volumes, l'intéret finit par décroitre.
 Et là! astucieux rebondissement: Le gouvernement lui propose de mettre en scène sa mort pour pouvoir le recruter officieusement pour lutter contre le terrorisme.
Bolan accepte mais demande un délai d'une semaine pour achever sa croisade et finir de mettre à genoux le crime organisé. S'ensuit une série de 7 titres évocateurs dont "Lundi linceuls", "Mardi Massacre", "Mercredi des cendres"...
Bolan disparait et voici le colonel phoenix, agent fédéral, en guerre contre le terrorisme... pas pour longtemps car au fil des missions, Bolan va se rendre compte que la Mafia reprends du poil de la bête et que de jeunes loups reprennent les commandes laissées libres par les vieux "CAPI" massacrés par l'executeur.
Et donc Exit Phoenix, et revoilà Bolan.
J'ai arrété après, essayant ponctuellement d'en relire un pour voir (numéro 150 ou plus) et j'ai été déçu, l'impression de revoir sans cessa les mêmes combats et l'écriture (ou la traduction peut être) avait changée. Plus simple (les méchants étaient autrefois "les amici", "les portes-flingues", "les petites frappes"..etc; ils n'étaient plus que "les pourris"..)

Une série moins originale aujourd'hui car on a vu plusieurs personnages de ce genre depuis. Une description de l'amérique des années 60 et 70 (dans les premiers volumes) passée de mode. Mais une lecture que je ne regrette pas et qui peut encore être interessante pour qui aime ce genre de personnage (en ciblant les 10 premiers volumes puis la semaine du massacre, l'épisode anti-terroriste et quelques un du "retour" de Bolan)

Pour une version BD et ciné d'un personnage très proche (et même ouvertement inspiré de Bolan): Franck Castle est LE PUNISHER. Un "ennemi de SPIDERMAN et DAREDEVIL mais qui a fait l'objet d'une série récente dans la ligne MAX de MArvel (BD pour adulte) dont les premiers volumes sont excellents tant au niveau du scénario (par Garth Ennis) que du dessin (à mon gout) en ce qui concerne les versions ciné (une ancienne avec Dolph Lungren et une plus récente: vous pouvez les éviter)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :