Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nicol Mike: La dette

tous les livres sur Babelio.com

Reçu dans le cadre du prix SNCF du polar ( www.prixsncfdupolar.com )en collaboration avec le site BABELIO ( http://www.babelio.com/ )

 

L'histoire: Le Cap. Tenus par une ancienne dette, Mace Bishop et Pylon Buso, ex-mercenaires et trafiquants d'armes reconvertis dans la sécurité, sont engagés par un malfrat pour qu'ils assurent la protection de son fils Matthew. Gérant d'une boîte de nuit, véritable plaque tournante de la drogue, Matthew est menacé par la Pagad, une association représentée par l'avocate Sheemina February, manipulatrice au passé trouble. Si Mace et Pylon l'ont oubliée, Sheemina, elle, a une excellente mémoire. Malheureusement pour eux !

 

Mon avis: Je l'avoue je ne suis pas (pas encore du moins) un lecteur d'auteur mettant en scène l’Afrique du sud comme le célèbre Deon Meyer, je n'ai donc pas de point de comparaison. Par contre j'ai un peu d'expérience dans la lecture de polars et thrillers.

Alors La dette (je dirais plutôt "les dettes" car les différents personnages ont tous des dettes les uns envers les autres) est avant tout le premier tome d'une trilogie et malheureusement ça se voit. Car l'histoire a tout d'une introduction, d'une présentation des personnages que l'on va suivre sans doute par la suite et dont on commence à découvrir le passé un peu sombre (car les héros comme les méchants n'ont pas un passé joli joli).

Mais 600 pages d'introduction, ça fait un peu long... Surtout pour une fin qui reste une mini conclusion à l'histoire et surtout un appel à suivre sans avoir le côté accrocheur d'un cliffhanger en bonne et dû forme.

Pas que le livre soit mauvais toutefois. Les personnages sont multiples, assez richement décrits dans leur historique (avec ce qu'il faut de non dit et d'évocation de leur passé), leur personnalité et les mésaventures qui parsèment quand même ces 600 pages. C'est une présentation, la trame principale est trééééésss étirééée, mais il se passe un tas de chose tristes et violentes malgré tout. L'atmosphère du roman noir est là elle aussi. Tout est crasseux et pourri et dès que les personnages s'engagent dans un contrat quelconque on sait bien que tout va mal se passer et qu'en espérant s'en sortir ils vont au contraire s'enfoncer un peu plus dans les problèmes.

Un sentiment mitigé donc: d'un coté une histoire "noire" (sans mauvais jeux de mots) bien réussi dans sa présentation, son atmosphère et ses personnages; mais un récit inachevé qui ressemble à une introduction trop longue des volumes à venir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :